“L’œuvre est éphémère, mais sa présence mentale sera durable”

Le Bon Marché Rive Gauche a l’honneur de recevoir Chiharu Shiota pour une exposition monumentale au coeur du magasin. Jusqu’au 18 février.

Célèbre pour ses spectaculaires installations de fils tissés et la puissance d’évocation de ses oeuvres, l’artiste s’est engagée dans cette carte blanche avec l’intensité qu’on lui connaît. Where are we going?* est une invitation à l’émerveillement mais aussi au questionnement, indissociable de l’oeuvre de Chiharu Shiota. L’artiste a notamment représenté le Japon à la 56ème Biennale de Venise avec The Key in the Hand, 2015, une intervention très remarquée qui a confirmé sa position d’artiste internationale.

LE MONDE :

Chiharu Shiota tisse les fils fragiles de l’existence

Regarder travailler Chiharu Shiota est une expérience étonnante. L’artiste japonaise, née à Osaka en 1972, s’est fait connaître il y a une dizaine d’années en envahissant les lieux les plus divers de réseaux avec des fils entrecroisés en tous sens, du sol au plafond(..)

Au rez-de-chaussée du Bon Marché, les lignes de laine blanche se tendent et se croisent à grande vitesse.(…)
Un grand magasin n’est pas le meilleur lieu pour la contemplation et la rêverie. L’artiste en est consciente. « Les gens viennent ici pour le shopping, pas pour l’art. Mais l’art ne doit pas être séparé de la vie. Si je parviens à susciter des émotions chez quelques-uns, ce sera formidable. »(…)
Il y a même une disproportion violente entre les heures de travail nécessaires, les milliers de mètres de fil employés, les centaines d’agrafes fixées dans sols et plafonds pour faire office de points d’attache et cette certitude : tout ceci, au bout de quelques semaines, sera détruit. « Oui, ce sera détruit. Mais quand l’ex­position est finie, il reste ce que les gens qui l’ont vue ont senti : ça reste dans le cœur et dans la mémoire. C’est de loin le plus im­portant. » L’œuvre est éphémère, mais sa présence mentale sera durable : tel est le principe de Shiota.(…)

L’expérience est physique, mais pas seulement. « Ces fils entrecroisés, on peut se dire que ça représente les relations humaines, qui sont compliquées, dans lesquelles on peut se perdre. » Que ses œuvres soient symboliques – sinon même symbolistes –, elle le reconnaît aisément. « Les bateaux, ici comme à Venise, ce sont les symboles du déplacement, du transport d’un lieu à un autre, d’une culture à une autre. Mais, aujourd’hui, nous sommes submergés par des flux d’informations. Nous sommes perdus. Où ­allons-nous ? Dans quel but ? On ne voit pas bien. »
 
L’exposition, visible jusqu’au 18 février, s’intitule donc « Where Are We Going ? ».
Philippe Dagen

Where Are We Going ?, de Chiharu Shiota au Bon Marché, 24, rue de Sèvres, Paris 7e. Du lundi au samedi de 10 heures à 20 heures, 20 h 45 les jeudis et vendredis. Lebonmarche.com. Jusqu’au 18 février.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/arts/article/2017/01/19/chiharu-shiota-tisse-les-fils-fragiles-de-l-existence_5065124_1655012.html#AHTX0ueluWctphqR.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
L’Apéro des spectateurs/février 17
Réunis le 9 février,   les spectateurs que nous sommes ont échangé sur quelques évènements culturels du mois. Voici un rapide aperçu… nous nous sommes réjouis de
Jean Defrêne, adhérent de notre association, homme politique et militant associatif, est mort
Jean Defrêne,  maire honoraire de Rouelles, membre du Parti Socialiste puis du Parti radical de gauche au Havre, ancien maire de Rouelles et adjoint au
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...