Les vrais experts ne sont pas ceux que l’on croit….

Dans Telerama, Erwan Desplanques et Lucas Armati regrettent la solitude du chercheur, véritable expert.
 
La vraie expertise est souvent à l’université, mais les études restent dans les tiroirs. Car il y a peu de liens entre chercheurs, élus et médias.

Les experts autoproclamés ont-ils remporté la bataille médiatique faute d’adversaires uni­versitaires ?

A priori, non : avec ses neuf cents unités de recherche en sciences humaines et sociales et ses trois cent trente écoles doctorales, la France dispose d’un puissant réseau d’études, qui a fait émerger des intellectuels reconnus sur les questions moyen-orientales, comme Jean-Pierre ­Filiu, Olivier Roy, Pierre-Jean Luizard, Myriam Benraad ou François Burgat. Le problème, c’est qu’une bonne partie de ces travaux ne dépasse jamais le cercle restreint des chercheurs.

Élus et universitaires français, deux mondes à part

Début mars, dans un rapport sur les recherches en sciences sociales consacrées aux radicalisations rendu à la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem, le directeur du CNRS, Alain Fuchs, a pointé « la quasi-ignorance mutuelle » du monde universitaire et des élus.

A l’opposé des Etats-Unis, (…) l’universitaire français travaille seul. Un isolement que voudrait ­briser Alain Fuchs, qui préconise la création d’une interface opérationnelle entre « chercheurs, décideurs publics et membres de la société civile », et d’un poste de « chercheur conseiller référent » afin de faciliter les échanges.(….)

« Après les attentats, les autorités sont revenues nous solliciter, raconte Marc Hecker (Ifri), mais elles veulent des résultats rapides. Or le temps de la recherche n’est pas celui des médias, ni du politique. »

29/03/16

       

Ajouter un commentaire

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...