“Les coquelicots des tranchées”

Avignon off, Prix du Public 2014

100 ans d’une guerre, dont tous pensaient qu’elle ne durerait pas.

Une botte de foin, 3 poteaux, et surtout un tableau noir sur lequel est inscrit une citation de Charles Peguy : « Et si nous avions contre nous le monde que nous voulons faire ? » accueillent les spectateurs. Très vite, un décor de réunion familiale s’installe le temps d’une photo de famille, à l’occasion de l’anniversaire de la matriarche, qui, signe du destin, est née le 11 novembre, puis nous plongeons dans le quotidien de la guerre.

LesCoquelicots_des_tranch_esCette pièce de George Marie Jolidon, « Les coquelicots des tranchées », présentée par la Compagnie Les Larrons, avec le soutien de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, nous offre la vie d’une soixantaine de personnages, à la fois au front et restés à l’arrière, avec la peur qui rythme le quotidien de chacun. Un scénario, qu’on pourrait dire sans concession : en effet, tous les aspects ou presque de cette guerre font parti de l’intrigue. Bien sûr les retrouvailles durant les permissions, mais aussi les poilus dans les tranchées, les mutineries suivies des condamnations à mort par fusillade au pied des poteaux d’exécution.

La question de la cohabitation, dans une même maison, entre la matriarche radicale et autoritaire jouée par Bérengère Dautun (sociétaire de la Comédie française) qui a vu son père se faire tuer par un prussien durant la guerre de 1870, un prisonnier allemand qui est embauché pour le travail de la ferme, et la femme d’un soldat tué au front. Voilà, un des mélanges qui est le fils conducteur de cette épopée.

Bien que la mise en scène soit relativement simple, et le jeu de certains acteurs parfois un peu décevant, cela reste efficace et ne laisse pas de marbre le spectateur quel qu’il soit. Il aurait été dommage de passer à côté de cette pièce.

Christophe Manchon

http://www.atelier-theatre-actuel.com/fiche.php?menu=102&fiche=384

       

A propos de l'auteur

Association MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
7eme grande conversation – Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues, la ville transformée Le vendredi 13 avril prochain, l’association MCH recevra François Delaroziere, directeur artistique de la Cie la Machine. Il aura carte blanche, à la bibliothèque Oscar Niemeyer, à 18h 30. L’entrée sera libre. Il parlera de sa démarche, de sa collaboration avec les artistes, les techniciens et les décorateurs qui
10 MN CHRONIQUE – VIVACULTURE – sur Ouest Track.com, le dimanche à 11h
A retrouver sur notre site www.asso-maisondelaculture.fr dans Actualités / Rubrique des spectateurs 2017 14 mai : Une ville qui fait rêver le monde, exposition Los Angeles, à Lyon 28 mai : histoires de musées 11 juin : faire la fête, les 500 ans du Havre 25 juin : Une série culte : Le prisonnier. 09
Razzia, un film de Nabil Ayouch  Ou l’art de se tromper de colère.  1982. Un instituteur renonce à ce qui fait sa joie : enseigner aux enfants la beauté du monde. L’arabisation forcée exerce sa violence religieuse jusque dans ces superbes montagnes reculées de l’Atlas marocain, et les écoliers kabyles, magnifiquement filmés, n’y comprennent plus rien.
Apéro des spectateurs du 20 mars 2018 au Monte-Cristo
C’était un petit apéro de printemps mardi, agréable et sympathique. Comme on n’était que 4 (Isabelle, Liliane, Sylvette et moi) on a pris le temps de bavarder. Sylvette était curieuse de savoir ce qu’on avait pensé de sa soirée aux Yeux d’Elsa consacrée au Printemps des poètes. Liliane qui aime beaucoup cet endroit pour l’ambiance
7eme Grande conversation  -Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues – La ville transformée Carte blanche à François Delaroziere L’association MCH – Maison de la Culture du Havre, invite François Delaroziere, le vendredi 13 avril 2018, à 18h30, à la Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre, pour la 7e édition de la Grande Conversation. François Delaroziere, pendant son compagnonnage avec le Royal
PETIT RESUME DE L’ APERO DES SPECTATEURS DU 20/2/2018
Une pièce de théâtre : « Love and money » (THV : théâtre de l’Impossible)  Bien jouée ; pièce intéressante et mise en scène plaisante. Mais certaines personnes ont trouvé que les différentes phases de la pièce donnaient un aspect décousu et longuet, parfois. En fait, la pièce était conçue comme une  série de sketchs sur un même thème. Personnellement,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...