L’édito de La Terrasse, avant le festival d’Avignon, est révélateur de nos curiosités.

Dans le journal La Terrasse, Agnès Santi relevait l’appétit des artistes et des spectateurs pour la culture, alors même que le politique s’en détourne.

“Etrange paradoxe ! L’ambition politique pour  la culture fléchit, alors même que la culture rassemble, dynamise l’économie, fabrique du lien social, distingue chacun dans sa singularité créatrice, encourage l’ouverture et dénonce l’enfermement – autant de domaines d’action qui agitent de façon aiguë les politiques depuis les attentats de janvier. Elle fléchit, alors même que les artistes n’ont pas perdu le désir ardent de créer et que les spectateurs n’ont pas perdu le goût de la découverte, du plaisir esthétique et de l’enrichissement de la pensée. Les baisses budgétaires affaiblissent les collectivités territoriales. Pourtant le succès du Festival d’Avignon est la preuve éclatante de la nécessité d’une politique culturelle ambitieuse. Il rappelle à nos élites politiques que la culture et cette fameuse “exception culturelle“ si française participent pleinement à ce qui définit la République, et constituent une incomparable richesse, pas seulement comptable, pour notre pays.

Déclenchés par une idéologie meurtrière qui s’apparente à la logique nazie et au délire de l’Inquisition, qu’il faut combattre par tous les moyens possibles, les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher ont tragiquement mis en lumière les fractures de notre société, à l’œuvre depuis plusieurs années déjà. Il apparaît d’autant plus impératif de promouvoir fortement l’éducation, et la culture, à la fois ferment identitaire et reconnaissance de l’altérité.(…)

Plus que jamais, les artistes réfléchissent à l’état du monde. Les représentations qu’ils créent s’inscrivent contre le renoncement et pour la possibilité d’un avenir meilleur. Pour notre joie de spectateur aussi. “

 

 

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,
Thelma recherche Louise désespérément…au Bastringue.
Le choix du titre fait référence à deux  film,  Thelma et Louise de  Ridley Scott (1991)et Recherche Suzanne désespérément de Suzanne Seidelman (1985). Les deux
Dom Juan au 21ème siècle
DOM JUAN, Myriam Muller / Théâtre de Caen, janvier 2017 Myriam Muller, metteure en scène luxembourgeoise, n’a pas froid aux yeux : elle prend le chef d’œuvre

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...