L’édito de La Terrasse, avant le festival d’Avignon, est révélateur de nos curiosités.

Dans le journal La Terrasse, Agnès Santi relevait l’appétit des artistes et des spectateurs pour la culture, alors même que le politique s’en détourne.

“Etrange paradoxe ! L’ambition politique pour  la culture fléchit, alors même que la culture rassemble, dynamise l’économie, fabrique du lien social, distingue chacun dans sa singularité créatrice, encourage l’ouverture et dénonce l’enfermement – autant de domaines d’action qui agitent de façon aiguë les politiques depuis les attentats de janvier. Elle fléchit, alors même que les artistes n’ont pas perdu le désir ardent de créer et que les spectateurs n’ont pas perdu le goût de la découverte, du plaisir esthétique et de l’enrichissement de la pensée. Les baisses budgétaires affaiblissent les collectivités territoriales. Pourtant le succès du Festival d’Avignon est la preuve éclatante de la nécessité d’une politique culturelle ambitieuse. Il rappelle à nos élites politiques que la culture et cette fameuse “exception culturelle“ si française participent pleinement à ce qui définit la République, et constituent une incomparable richesse, pas seulement comptable, pour notre pays.

Déclenchés par une idéologie meurtrière qui s’apparente à la logique nazie et au délire de l’Inquisition, qu’il faut combattre par tous les moyens possibles, les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher ont tragiquement mis en lumière les fractures de notre société, à l’œuvre depuis plusieurs années déjà. Il apparaît d’autant plus impératif de promouvoir fortement l’éducation, et la culture, à la fois ferment identitaire et reconnaissance de l’altérité.(…)

Plus que jamais, les artistes réfléchissent à l’état du monde. Les représentations qu’ils créent s’inscrivent contre le renoncement et pour la possibilité d’un avenir meilleur. Pour notre joie de spectateur aussi. “

 

 

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
7eme grande conversation – Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues, la ville transformée Le vendredi 13 avril prochain, l’association MCH recevra François Delaroziere, directeur artistique de la Cie la Machine. Il aura carte blanche, à la bibliothèque Oscar Niemeyer, à 18h 30. L’entrée sera libre. Il parlera de sa démarche, de sa collaboration avec les artistes, les techniciens et les décorateurs qui
10 MN CHRONIQUE – VIVACULTURE – sur Ouest Track.com, le dimanche à 11h
A retrouver sur notre site www.asso-maisondelaculture.fr dans Actualités / Rubrique des spectateurs 2017 14 mai : Une ville qui fait rêver le monde, exposition Los Angeles, à Lyon 28 mai : histoires de musées 11 juin : faire la fête, les 500 ans du Havre 25 juin : Une série culte : Le prisonnier. 09
Razzia, un film de Nabil Ayouch  Ou l’art de se tromper de colère.  1982. Un instituteur renonce à ce qui fait sa joie : enseigner aux enfants la beauté du monde. L’arabisation forcée exerce sa violence religieuse jusque dans ces superbes montagnes reculées de l’Atlas marocain, et les écoliers kabyles, magnifiquement filmés, n’y comprennent plus rien.
Apéro des spectateurs du 20 mars 2018 au Monte-Cristo
C’était un petit apéro de printemps mardi, agréable et sympathique. Comme on n’était que 4 (Isabelle, Liliane, Sylvette et moi) on a pris le temps de bavarder. Sylvette était curieuse de savoir ce qu’on avait pensé de sa soirée aux Yeux d’Elsa consacrée au Printemps des poètes. Liliane qui aime beaucoup cet endroit pour l’ambiance
7eme Grande conversation  -Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues – La ville transformée Carte blanche à François Delaroziere L’association MCH – Maison de la Culture du Havre, invite François Delaroziere, le vendredi 13 avril 2018, à 18h30, à la Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre, pour la 7e édition de la Grande Conversation. François Delaroziere, pendant son compagnonnage avec le Royal
PETIT RESUME DE L’ APERO DES SPECTATEURS DU 20/2/2018
Une pièce de théâtre : « Love and money » (THV : théâtre de l’Impossible)  Bien jouée ; pièce intéressante et mise en scène plaisante. Mais certaines personnes ont trouvé que les différentes phases de la pièce donnaient un aspect décousu et longuet, parfois. En fait, la pièce était conçue comme une  série de sketchs sur un même thème. Personnellement,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...