L’Ecole des femmes, Molière /Philippe Adrien

Le Volcan janvier 2017

On le sait, janvier c’est le mois du blanc. Le gel sur les toits, le linge dans les vitrines, les salons du mariage… Et sur scène! Philippe Adrien a choisi lui aussi le blanc pour monter la célèbre comédie de Molière qui parle de mariage, de pureté virginale et d’ardeurs refroidies.

Le beau voile blanc tendu sur tout le fond du décor donne le ton : il filtrera le regard entre la vie publique où se croisent les personnages et l’intimité du logis où la belle Agnès est confinée pour assouvir le sombre dessein d’Arnolphe, son tuteur. C’est le symbole aussi de son vain combat pour préserver l’innocence de la jeune fille puisque l’amour traversera sans encombre ces mailles patiemment tissées pour la retenir loin du monde et façonner une épouse modèle (donc soumise). C’est peut-être aussi le tamis à travers lequel Philippe Adrien a passé le texte de Molière pour le rafraîchir et alléger par un jeu réinventé une comédie pas toujours digeste aujourd’hui : longs récits, longs monologues mais surtout  les  lourdeurs de la farce initiale.

On s’accommode du bon tour joué à Arnolphe (tel est pris qui croyait prendre, on ne s’en lasse pas après tout), de la tromperie ourdie par la maisonnée sous le nez du barbon cocu avant d’être mari ( bon d’accord), du coup de théâtre final trop précipité (classique…). En revanche on a bien du mal à supporter ces valets grossiers aux plaisanteries scabreuses qui peinent à amuser le public avec leur jeu surfait.

Heureusement le texte de Molière recèle d’autres saveurs et le bel Horace a fait virevolter les alexandrins en séduisant Agnès! Et elle a vite appris à se défendre et à clouer le bec à son vieux tuteur. A lui les longs discours pontifiants mais vains, misogynes,  à elle le vers assassin : « Horace avec deux mots en ferait plus que vous ». Et toc !  Le quiproquo est roi ici et fait mouche à tous les coups. On rit beaucoup et on se régale des alexandrins quand ils sont  bien dits et qu’ils ricochent d’un mot sur l’autre dans les échanges les plus vifs ou s’épanouissent à l’envi quand le cœur palpite, faisant oublier leur mécanique implacable.  

Enfin il y a eu surtout le jeu plein de grâce de Pierre Lefebvre, Horace virtuose quand il lit la lettre d’Agnès, jouant et dansant tour à tour ce miracle de l’amour, prince charmant qui libère sa belle du carcan épouvantable promis par Arnolphe et enterre à tout jamais (on l’espère… !) les horribles maximes sur le mariage prônées par les maris jaloux du XVII° siècle.

Christine Baron Dejours

 

 

       

A propos de l'auteur

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  Smart factory, la fabrique d’œuvres d’art, au Tetris Il resta silencieux pendant un long moment Il se tut pendant un moment Il était
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...