Le Prix Bayeux Calvados des correspondants de guerre

Le Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre a récompensé samedi un reportage photo du journaliste Ali Arkadi, pour l’agence VII, dénonçant le recours à la torture par une milice irakienne.

Le Prix Bayeux Calvados des correspondants de guerre vient de refermer ses portes. Il récompense, chaque année, des reportages de presse écrite, télévision, radio, photo sur « une situation de conflit ou ses conséquences pour les populations civiles ou un fait d’actualité concernant la défense de la liberté ou de la démocratie ».

Cette année, la présidence du jury, composée d’une quarantaine de journalistes internationaux, était assurée par Jérémy Bowen, grand reporter pour la BBC qui a couvert la plupart des grands conflits de la planète depuis 30 ans pour la chaîne britannique et a été maintes fois récompensé.

Cinquante reportages avaient été pré-sélectionnés par les pré- jurys. Une grande partie d’entre eux étaient, cette année, consacrée à la bataille de Mossoul. Et cette bataille contre l’Etat Islamique dans la vieille ville irakienne a, bien sûr, été au cœur de toute cette 24ème édition.
Endeuillée, la profession a tout d’abord rendu hommage à ses trois confrères morts sur place le 19 juin dernier : Bakhtiyar Haddad, journaliste et fixeur irakien, Véronique Robert et Stéphan Villeneuve, journalistes français, ont sauté sur une mine alors qu’ils réalisaient un reportage sur la bataille de Mossoul pour Envoyé Spécial.

http://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20171007.OBS5693/le-prix-bayeux-calvados-decerne-son-palmares.html

Samuel Forey l’emporte en presse écrite pour une série de reportages sur Mossoul dans Le Figaro, Gwendoline Debono en radio pour Europe 1 pour « L’entrée dans Mossoul (Irak) ». En télé, la « journaliste citoyenne syrienne » Waad Al-Kateab est récompensée en TV format court pour « Le dernier hôpital d’Alep détenu par des rebelles », diffusé par Channel 4, et Olivier Sarbil en format long pour « Dans la bataille de Mossoul » diffusé sur Channel 4 News. Ce dernier remporte aussi le prix de l’image vidéo. Le prix du public est revenu au photographe Antoine Agoudjian pour « La conquête de Mossoul Ouest », publié par le Figaro Magazine. http://culturebox.francetvinfo.fr/arts/photo/le-prix-bayeux-2017-recompense-un-reportage-controverse-sur-la-torture-en-irak-263557

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Portrait fragmenté
George Sand, Aurore Dupin, fragments d’intimité Isabelle Krauss est George Sand. On connait la romancière auteure de plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’oeuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. Aurore Dupin est devenue George Sand. A une époque où les femmes étaient sous la tutelle d’un
L’Histoire en chansons
Chat noir Ces comédiens, chanteurs, danseurs sont alertes, vifs, souvent drôles. Ils ont étudié précisément les documents, et composent une reconstitution historique. Ils nous invitent à pousser la porte d’un cabaret mythique Le Chat noir ouvert par Rodolphe Salis entre 1882 et 1897. Le créateur applique une nouvelle formule avec poètes, musiciens, chansonniers, peintres. Fantaisie,
Dieu est un chômeur de plus
Le CV de Dieu Le choix des comédiens est capital. C’est une lapalissade, mais si Dieu n’était pas interprété par JF. Balmer, la pièce de Jean-Louis Fournier n’aurait pas la même saveur.  On l’a vu au cinéma, à la télévision, au théâtre. Il a joué Louis XVI, Richard Wagner, Henry IV, Racine, Malesherbes, Georges Pompidou…C’est
Le comédien est un boxeur
L’effort d’être spectateur Pendant un long moment Pierre Notte a des gants de boxe : une sorte de Prométéo à la Rodrigo Garcia, mis en scène par François Berreur,  vu au Volcan, au Havre, il y a plusieurs années. Prométéo, le Titan qui a donné l’art aux hommes  : « Comme le boxeur, qui se relève
L’homme qui a des amis n’est pas un raté
La vie est belle On pourrait s’étonner qu’une compagnie adapte au théâtre le film La vie est belle de Franck Capra, avec James Stewart, d’après The greatest Gift, une nouvelle de Philip Van Doren Stern. Ce film d’après-guerre, 1946, est devenu un classique projeté à Noël, adoré par les américains et par les cinéphiles. La
Une rencontre
Une chambre en attendant Son fils est parti « faire le djihad ». Il a 20 ans. Depuis, son père dit qu’il est parti en voyage. Dans une chambre d’hôtel à la frontière turco-syrienne, il attend, son fils l’a appelé pour rentrer. Il est venu et il tourne en rond.               

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...