Frontières et piège identitaire

Brexit, jungle de Calais, murs de Trump… pourquoi, à notre époque de la mondialisation et de la circulation, un tel retour aux FRONTIÈRES ? Et pourquoi en fait-on aujourd’hui des murs infranchissables et exclusifs? Réponses de Mireille Delmas-Marty, Michel Agier et Gérard-François Dumont.

https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/lannee-vue-par-la-philosophie-35-quoi-servent-les-frontieres

Michel Agier est ethnologue et anthropologue, Directeur de recherche à l’IRD et Directeur d’Etudes à l’EHESS. Ses recherches portent sur les relations entre la mondialisation humaine, les conditions et lieux de l’exil, et la formation de nouveaux contextes urbains.

                                                                 

“La mondialisation libère les uns et oppresse les autres. Et dans cette partition du monde, chacun est renvoyé à une identité prétendument essentielle et “vraie”. D’où un véritable “piège identitaire”, négation de l’autre et de sa subjectivité, parfois justifié par l’anthropologie – à l’opposé de sa vocation humaniste et critique. Face à ce défi, le regard contemporain sur le monde doit être repensé, en dépassant le relativisme culturel et ses “ontologies” identitaires.

Dans ce livre, Michel Agier prend une position résolument “décentrée”, invitant le lecteur à reconsidérer les sens de la frontière : lieu de passage, instable et sans cesse négociée, elle nous fait humains en instituant la place et l’existence sociale de chacun tout en reconnaissant celles des autres. Le mur est son contraire : il incarne le piège identitaire contre l’altérité.”

Mireille Delmas-Marty est titulaire de la chaire «Etudes juridiques comparatives et internationalisation du droit» au Collège de France et membre de l’Institut. Elle est notamment l’auteur du Flou du droit (PUF, 1986, rééd. 2004). Pour un droit commun (Seuil, 1994), Trois Défis pour un droit mondial (Seuil, 1998) et Les Forces imaginantes du droit (3 vol., Seuil, 2004, 2006, 2007).

Aux quatre vents du monde / Petit guide de navigation sur l’océan de la mondialisation

“Nous vivons dans une société à bout de souffle, désenchantée et plutôt fière de l’être. Une société d’où l’esprit aurait été chassé par la matière, la raison numérisée ne laissant guère de place au rêve.

Placer la réflexion « aux quatre vents du monde » c’est précisément rêver, pour changer le monde, de lui redonner souffle. Mais où trouver le souffle, lorsque les interdépendances croissantes paralysent les États et semblent condamner toute action à l’impuissance ? Comment transformer ces interdépendances subies en projet commun ?

En mobilisant les forces imaginantes du droit.”

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Si quelqu’un vous dit avoir vu un lapin rose de 61 mètres, allongé sur les hauteurs des Alpes, en Italie, croyez-le. Ou alors allez vérifier,
  Smart factory, la fabrique d’œuvres d’art, au Tetris Il resta silencieux pendant un long moment Il se tut pendant un moment Il était
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...