Le Pass culture de 500€ pour les jeunes de 18 ans.

« Des étapes majeures ont été franchies dans la conception du Pass culture », a annoncé avec assurance, lundi 25 juin, la ministre de la culture, Françoise Nyssen, lors de la deuxième réunion du comité d’orientation chargé de réfléchir et de débattre sur ce « projet phare » de la politique culturelle macronienne.

Contenu, organisation, financement : force est de constater que les modalités du Pass culture, cette application mobile qui réunira les offres culturelles à proximité et sera créditée de 500 euros pour les jeunes âgés de 18 ans, se précisent.

  • Un contenu exhaustif

Ni sélection ni « snobisme ». « Aucune offre ne sera exclue, insiste la ministre. Tous les acteurs culturels publics ou privés, physiques ou numériques, sont les bienvenus sur le Pass. » On y trouvera des propositions de sorties (places de concert, théâtre, musée, cinéma…), des cours de pratiques artistiques, des jeux vidéo (sans doute « labellisés »), du tourisme culturel (comme, par exemple, une semaine d’archéologie ou la découverte d’un métier d’art), des abonnements à la presse numérique ainsi qu’à des plates-formes de musique ou de vidéos en ligne.

Une image intrigante pour « susciter le désir », un tarif et une distance seront les trois éléments qui apparaîtront sur l’écran du Pass pour chaque offre proposée. L’utilisateur pourra alors pousser l’image vers le haut pour avoir davantage d’informations et réserver, ou la faire glisser vers la gauche pour passer à la proposition culturelle suivante.

  • Une utilisation « encadrée » des 500 euros

Parce que « l’objectif numéro un » de cette application est d’« encourager à la découverte et la diversification des activités culturelles », et non de faire la part belle aux géants du Web, l’algorithme géolocalisé du Pass mettra en avant des offres du secteur public et « des petits acteurs indépendants » (librairies, associations, etc.).(…)

Il n’y aura pas de plafond pour la pratique culturelle. Un jeune pourra, s’il le souhaite, utiliser l’intégralité de son crédit pour se payer, par exemple, des cours de guitare.

  • Un financement à 80 % privé

Estimé à près de 500 millions d’euros par an, le budget du Pass culture sera financé à 20 % par l’Etat et à 80 % par le secteur privé

Jusqu’en septembre, environ 400 jeunes volontaires, répartis dans cinq départements (Seine-Saint-Denis, Bas-Rhin, Hérault, Finistère, Guyane), testent l’ergonomie de l’application. A la rentrée, ils seront 10 000 à expérimenter, en conditions réelles, le Pass culture pendant six mois, avec un crédit de 250 euros.

Cette expérimentation permettra notamment d’observer les choix d’achats des jeunes et d’améliorer l’algorithme pour inciter les utilisateurs à diversifier leurs activités culturelles.(…)

Ancien de HEC et cofondateur de Webhelp, Frédéric Jousset investit dans des start-up culturelles et a récemment racheté Beaux Arts Magazine, il  a par ailleurs dirigé le conseil d’administration de l’Ecole nationale des beaux-arts et a été membre de la Commission des acquisitions du Louvre. Si son profil détonne, M. Jousset semble convaincu par le projet. « Je suis assez impressionné que l’Etat ait la capacité de monter des petites équipes dans une ambiance de start-up, avec une logique expérimentale, confie-t-il. Rien n’est sacrifié pour la mise en place du Pass, et il offrira un coup de pouce aux acteurs locaux. Si on réussit ça, ce sera une chance d’avoir 18 ans en France. Aux Etats-Unis, la majorité donne droit au port d’une arme… » Emmanuelle Jardonnet (Le Monde)

       

Ajouter un commentaire

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...