Le comédien est un boxeur

L’effort d’être spectateur

Pendant un long moment Pierre Notte a des gants de boxe : une sorte de Prométéo à la Rodrigo Garcia, mis en scène par François Berreur,  vu au Volcan, au Havre, il y a plusieurs années. Prométéo, le Titan qui a donné l’art aux hommes  : « Comme le boxeur, qui se relève et retourne au combat. Comme l’acteur, qui chaque soir, remonte sur les planches. » Le théâtre comme un ring. Quel combat ? 

Pierre Notte, auteur, interprète et metteur en scène, annonce une conférence, dans un petit espace délimité par les lumières, au théâtre des Halles. En fait il joue, les yeux dans nos yeux,  un sourire charmeur aux lèvres, il met et enlève son chapeau, chausse des talons hauts, entreprend de se mettre nu pour nous prouver que l’attention est alors distraite…

Drôle de titre pour un spectacle !

Qu’est-ce qu’un spectateur ?  Nous sommes plutôt confinés dans l’obscurité de la salle, réduits au silence, immobiles…Le succès d’une représentation se mesure parfois au remplissage de la salle et à la vigueur de nos applaudissements : nous serions à notre insu, l’aune des réussites, des carrières et des consécrations.

Et parler d’ « effort » ! Alors que tout notre souci est de nous extraire de notre routine, de nous divertir, c’est-à-dire de sortir de notre chemin battu, distraire notre morosité, au mieux découvrir quelque image nouvelle du monde ou de la société, vibrer avec d’autres…Justement nous ne voulons plus faire d’effort : la balle est dans le camp des artistes !

Eh bien non ! Le spectateur ne peut pas être passif. Son « travail » commence dès l’entrée dans la salle, dès le lever de rideau : son imagination se saisit de chaque signe pour faire se lever un monde. Les éléments de décors évoquent des espaces que notre imaginaire peuple. Des accessoires renvoient à des situations ou dépeignent des personnalités que nous déchiffrons. Celui qui comble le vide, c’est notre pouvoir ! Il est en cela plus proche de la littérature que du cinéma.

L’artiste entre en résonance avec notre histoire et nos émotions : ce dialogue secret crée le spectacle.

Pierre Notte illustre son propos de mille références qui tracent une histoire du théâtre, cite des auteurs, des metteurs en scène, des comédiens : ce foisonnement, qu’il parle ou non au spectateur, témoigne d’une heureuse ébullition  de la scène.

Finalement il parle et du spectateur et de l’acteur, de ce couple lié par la scène hors du temps et de l’espace. Sur ce ring, le corps à corps est celui des générosités ou selon le mot de Pierre Notte, des nécessités.

Isabelle Royer

       

Ajouter un commentaire

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...