Le CNC présente la réforme Art et Essai

Donner un nouvel élan aux salles d’art et essai, telle est l’ambition de la réforme du secteur annoncée, vendredi 7 avril, par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC). « Aujourd’hui, 1 162 établissements en font partie, soit presque la moitié des 2 400 cinémas hexagonaux », souligne Frédérique Bredin, la présidente du CNC. (…)

La moitié de ces petites salles programment des films destinés à un jeune public, 335 ont obtenu un label « recherche et découverte », et autant se sont vu attribuer le ­label « patrimoine » pour soutenir des raretés oubliées. Cette cinéphilie souvent militante les place aux antipodes de la plupart des grands réseaux, qui se financent en visant un large public fasciné par les block­busters. Ce qui n’empêche pas de belles frictions quand un long-métrage de Woody Allen, par exemple, qui entre dans la catégorie des films art et essai (A & E) « porteurs », est convoité par tous les exploitants.

Le réseau de salles art et essai – une spécificité hexagonale – n’attire qu’un quart de la fréquentation totale française. Bon nombre de ces petits exploitants, qui font parfois vivre les derniers lieux culturels implantés dans des zones rurales, sont confrontés à de réels problèmes financiers. Surtout quand ils subissent la concurrence frontale d’un multiplexe.

Simplification administrative

Le CNC, qui avait commandé en 2016 un rapport sur le secteur au secrétaire général de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) Patrick Raude, a fait siennes bon nombre de ses préconisations. « Cela aidera toute la filière : les salles, mais aussi les distributeurs, les producteurs et les auteurs », se félicite M. Raude.

Dans un souci de simplification administrative, les responsables de salles n’auront plus à demander le classement A & E que tous les deux ans (au lieu d’un aujourd’hui), et ce, auprès de deux instances et non plus trois. Pour intégrer ce classement, les exploitants devront davantage accompagner et éditorialiser les films, ce qui passe par des débats animés par les réalisateurs, des festivals… Le CNC demandera aux régions de cofinancer des emplois d’animateurs.

Le changement le plus attendu consiste à labelliser les films A & E (en général 350 sur les 700 diffusés chaque année en France) avant leur sortie en salles, et non trois semaines après. Tous les cinémas sauront ainsi s’ils choisissent un film qui peut être aidé. (…)

Pour l’heure, cet accord n’a été mis en œuvre que par Gaumont Pathé et le MK2 Bibliothèque. Et encore, celui-ci fait débat. (…) Un bilan de la mesure est attendu en juin, et des sanctions financières pourraient être prises à l’encontre des exploitants qui ne jouent pas le jeu.

Rajeunir le public

La réforme A & E présentée parle CNC prévoit aussi de relever le plafond des aides accordées aux exploitants de salles d’art et essai s’ils s’engagent à programmer sur l’année au minimum 15 % de films labellisés. Un coup de pouce financier plus important sera donné aux plus petites salles : les écrans uniques, mais aussi les 300 salles de deux ou trois écrans, qui prennent plus de risques en assumant des programmations exigeantes.

Lire aussi :   Au cinéma, les vieux films font recette

Autre nouveauté, les exploitants verront leurs subventions majorées de 1,5 % à 6 % selon qu’ils auront obtenu un à trois labels (« jeune public », « recherche et découverte », « patrimoine »). Le coût de cette mesure est estimé à 550 000 euros. (…)

Au total, le CNC débloquera en année pleine 1,5 million d’euros supplémentaires (et 1 million dès 2017), qui s’ajouteront aux 15 millions d’aides déjà distribuées à la filière A & E chaque année.

Lire aussi :   Lumière sur les salles obscures

Réussir à rajeunir ce public assidu, plus aisé et plus âgé (49,2 ans) que la moyenne, constitue un autre enjeu. (…) Les moins de 24 ans ne représentent que 13 % du public aujourd’hui.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/04/07/cinema-le-cnc-presente-une-reforme-pour-soutenir-les-salles-d-art-et-essai_5107559_3234.html#XMfeGIX6zkdWdY0z.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Haruki Murakami est un écrivain japonais, né en 1949. Dans les années 70, il ouvre un bar de jazz à Tokyo et en 78, il
VIVACULTURE 3 septembre / OUEST TRACK RADIO 95.9
La culture dans tous ses états ! Emission du 3 septembre 2017 : écoutez le poscast ! ECLAT D’HISTOIRE : Serge Reneau évoque le théâtre au Havre RUBRIQUE
  Que savons-nous des rêves secrets des artistes ? De leurs regrets ? De leurs désirs ? Ou tout simplement de leur quotidien ? Ce qu’en
Aujourd’hui, tout le monde est photographe. Et pendant les vacances, les photos se multiplient comme baigneurs sur la plage. Le plus grand nombre de clichés
Viva culture du 20 août sur Ouest Track Radio http://ouest-track.com/podcasts/viva-culture-20-aout-2017-519 : complément d’infos sur le festival d’Avignon
Festival d’Avignon#3 http://ouest-track.com/podcasts/viva-culture-20-aout-2017-519 Christine Labourdette a vu Flammes au Théâtre des Halles. Dans Grazia, Anne Seften rend compte de sa rencontre : Non professionnelles il y a encore
Ce jour-là, beaucoup d’américains étaient en mer, ils voyageaient sur le France. C’est entre Le Havre et Southampton qu’ils ont appris la nouvelle. Stupéfaits, anéantis,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...