Laure Adler s’entretient avec le scénographe Richard Peduzzi

France Culture (A propos de l’événement du 20/11/14)

“C’était gangster ou artiste”. Il a grandi entre deux univers, comme il le raconte dans “La-bas, c’est dehors”. Du coté de son père, c’est la campagne. Du coté de sa mère, c’est le Havre, détruit par la guerre, où il se promène au milieu des décombres.

http://www.franceculture.fr/emission-hors-champs-richard-peduzzi-2014-11-20

“On me parlait tout le temps de ma mère mais elle était absente”, en prison. Il se souvient parfaitement de la première fois où il est allé la voir. Cette vision de la prison l’a inspiré pour le théâtre, pour sa vision du plateau, “la cage de scène, un lieu où je crée mes évasions“.
Il parle de son obsession pour les “nouveaux paysages, de sa manière de créer. Faire des décors de théâtre, “c’est peindre“. Tout peut inspirer Richard Peduzzi, même les scènes du quotidien“Les minutes qu’on vit font partie de l’absolu”.
Aujourd’hui, il travaille avec Vincent Huguet, Luc Bondy… mais sa première rencontre, son plus grand compagnonnage fut Patrice Chéreau. Un “coup de foudre”. Avec Chéreau et Boulez, il cherche à restituer la nouveauté de la forme”.
De la “cage de scène” il a essayé de faire “un pinceau, un outil de rêves”“Les textes que je lis sont des paysages”
Richard Peduzzi évoque ses décors sur le “Ring” de Wagner à Bayreuth, rend hommage aux artisans et aux techniciens, parle de sa rencontre avec Bud Powell et de son amour pour Rome“J’ai toujours été à Rome”. New York, le fascine aussi. 
“Dedans, c’est quand on n’a pas trouvé “La-bas c’est dehors” (…) coincé dans l’existence. On n’a pas trouvé la chose qu’on a envie de faire dans la vie”.

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon
Quoi qu’il entreprenne, Aurélien Bory place son évolution sous le signe des rencontres.
Aurélien Bory, à la tête de la Compagnie 111 depuis 2000, a dégagé un espace spectaculaire inédit entre cirque, danse, musique et théâtre, avec l’obsession de

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...