La mer et ses images

L’homme et la mer

Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.

Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
Tu l’embrasses des yeux et des bras, et ton coeur 
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

Baudelaire (1821-1867)

Le festival international du film de mer et de marins, Ciné-Salé. Octobre 2017.

 Près de 50 films sur la mer, les ports, les hommes, les bateaux, ont trouvé pour cette 3ème édition leur place au Havre. Le festival Ciné-Salé est comme un jardin.

L’accueil y est avenant, les lieux hospitaliers, les publics divers et réunis par des pratiques maritimes ou la curiosité, quoi de plus normal au Havre ?                                  On s’y croise, on y discute, on analyse des émotions, des personnages, des intrigues et des plans de films : documentaires et fictions, tout autant narratifs, cadrés, montés, subjectifs. Les bonheurs du spectateur !

 Les ports : le paradis perdu de La villa dans la calanque chère à Robert Guédiguian, où s’échouent trois enfants migrants, l’immersion dans le calme d’une petite île japonaise loin d’Okinawa l’américaine, Sound of waves de Kaze Shindo, le dédale des containers géants et familiers des dockers de père en fils, dans Jacquotte et les dockers de Auberi Edler… Les rivages recueillent les échos du monde, marchandises, musiciens, migrants.

 Et les marins, amateurs, ou aguerris, les plongeurs amoureux des abysses : nous avons assisté avec intérêt à la course autour du monde du Weekend sailor de Bernardo Arsuaga, vainqueur mexicain inattendu.         Nous avons tremblé en bon public au sauvetage périlleux des survivants d’un pétrolier coupé en deux dans une tempête digne des studios de Walt Disney, en février 1952, dans The finest hours de Graig Gillepsie.             Nous avons suivi Jacques Mayol L’homme dauphin de Lefteris Charitos, danseur des profondeurs de 100 mètres, et enquêté avec Gilles Lellouche sur la disparition en plongée de sa jeune femme à Oman, dans Plonger de Mélanie Laurent.

 Quelles images fortes gardons-nous de ce programme foisonnant ?                                                                                                Le bleu : celui de la mer filmée d’un drone, occupant tout l’écran, sans horizon, comme un tableau, ou ses profondeurs sans surface et sans fonds, silencieuses, séduisantes ou menaçantes ; sa puissance, ses vagues hautes comme des immeubles que le bon marin apprivoise, tel un génial surfer.

Une famille, celle des marins, des pêcheurs, des débardeurs, des amoureux de la mer et de ses rivages…

Des êtres aux prises avec des éléments plus forts qu’eux : les ouragans des courses et des sauvetages, les robots de la manutention dans les ports modernes où les syndicats de dockers s’organisent, le temps qui passe pour les plus âgés de La villa dont le monde disparaît, l’angoisse de ne plus créer pour la jeune photographe dans Plonger

dockers

Mais aussi le pouvoir de la musique, immense, comme les mots antinomiques «désaccord » et « accord » que décline  chaque personnage autour de la petite Umi sensible aux fausses notes : comment s’accorder avec soi-même, avec sa famille, avec les autres, avec le monde ? L’apprentissage d’un instrument, l’écoute de soi, de l’autre, de la nature, la formation d’un orchestre, met peu à peu en place les pièces du puzzle d’une harmonie possible…

Nous n’avons pas tout vu mais rendez-vous est pris : le plaisir est là, on attend la 4ème édition !

Isabelle Royer

finest hours

 FESTIVAL CINE SALE

 7 films en compétition…

Le premier prix a été attribué par le jury professionnel et le jury jeunes (Havre de cinéma) au film de Maria Murashova Les ramasseurs d’herbes marines.

Lieux : THV, Studio, Conservatoire, Niemeyer, ENSM.           3ème édition

The week end sailor, Bernardo Arsuaga

L’homme dauphin, sur les traces de Jacques Mayol, Lefteris Charitos

The finest hours, Graig Gillepsie, avec Casey Affleck

Jacquotte et les dockers, Auberi Edler

Sound of waves, Kaze Shindo

Plonger, Mélanie Laurent, avec Gilles Lellouche et Maria Valverde 

plonger ono

 

 

 

 

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Eau et pluie – 10mn chronique, sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH 
Active poetry, Ewa Partum, détail Vous rappelez-vous vos années de CE2 et ce petit schéma représentant le cycle de l’eau ? Personnellement, j’en ai gardé un
Vents et ouragans – 10mn chronique, sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH
   Cette année, la 14eme Biennale de Lyon a pour titre : Mondes flottants . Elle y évoque, grâce à l’ensemble des artistes invités, une conception de
La mer et ses images
L’homme et la mer Homme libre, toujours tu chériras la mer !La mer est ton miroir ; tu contemples ton âmeDans le déroulement infini de sa
La vraie vie est au présent.
Gérard Mordillat et Odile Conseil ont déjà gagné leur pari : l’affluence des spectateurs à l’ouverture du Festival Ciné-salé, mercredi 18 octobre,  a permis au film
Claude Monet, collectionneur –  10mn chronique, sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH.
  Claude Monet à Giverny Claude Monet a eu les honneurs du Havre, du 10 septembre au 8 octobre au MuMa. Comme si un trésor revenait sous
« Chambre noire », compagnie Plexus Polaire
Dans cette chambre noire Valérie Jean Solanas est en train de mourir sous nos yeux, allongée sur un lit très nu éclairé de néons roses.

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...