LA TERRASSE / Confinement et arts vivants : une rentrée à inventer

Malgré les difficultés du secteur culturel, durement impacté comme tant d’autres, malgré la peur à déjouer pour le public, les artistes et les équipes des théâtres et salles de spectacles, il est temps d’envisager avec prudence de réinvestir physiquement un espace commun.

Agir malgré l’incertitude

Omniprésent dans le paysage médiatique, le virus capte notre attention et transforme l’avenir en un champ inconnu. Or, les hommes ont besoin d’imaginer de quoi demain sera fait ;  l’anticipation, le désir de projection demeurent une nécessité, qui en l’occurrence parfois mutent et se transforment en spéculation. Car l’information scientifique avance à petits pas, parfois se contredit, et c’est bien normal. Le confinement a fait la preuve de son efficacité, et la suite va dépendre de nos comportements. Cependant, pour que le présent ne soit pas totalement paralysé par l’incertitude de l’avenir, il est urgent d’agir.

Dans Le Temps et l’Autre, Emmanuel Levinas explique : « L’anticipation de l’avenir (…) n’est que le présent de l’avenir et non pas l’avenir authentique ; l’avenir c’est ce qui n’est pas saisi, ce qui tombe sur nous et s’empare de nous. L’avenir, c’est l’autre. La relation avec l’avenir, c’est la relation même avec l’autre. » Face à la crise s’imposent plus que jamais l’importance des décisions politiques, la nécessité de la solidarité, de l’écoute, de l’imaginaire.

Conjuguer les enjeux sanitaires et artistiques

« Vous nous manquez. » C’est ce que disent les artistes et les équipes des théâtres au public. Ils l’ont prouvé par de fécondes initiatives qui ont pu toucher un public principalement grâce à internet, tels par exemple de nombreuses captations de pièces, des lectures ou des vidéos d’interviews en ligne, ou de manière plus spécifique les poissons pilotes du Théâtre de la Colline, les consultations poétiques ou scientifiques du Théâtre de la Ville, etc. Mais ces formidables moments de partage atteignent un jour ou l’autre leurs limites.

Rien ne remplace la présence du public. Quel public ? C’est là qu’interviennent l’inventivité et la détermination des artistes et des équipes. Nouveau directeur du Quai à Angers, Thomas Jolly plaide pour l’installation d’un théâtre « corona-compatible ». « Cette saison « corona-compatible » restera souple, réactive, se ré-inventera sans cesse avec les équipes et pour les spectateurs afin de s’adapter à l’évolution de la situation sanitaire. » précise-t-il. « Des spectacles de théâtre, de cirque, de danse, de musique seront programmés par le Quai et ces spectacles auront lieu. Ce sera toujours mieux qu’aucun spectacle. Au Quai, ou ailleurs, alentours. Ce sera toujours mieux que nulle part. Peut-être seulement pour 20. Ou 50. Ou 100. Ou même 2 spectateurs. Ce sera toujours mieux que 0. »

Directeurs du Monfort, Laurence de Magalhaes et Stéphane Ricordel affirment : « Notre devoir est de préserver et d’inventer, car plus que jamais, la crise actuelle nous rappelle que la créativité fait partie de nos existences. » Les artistes, directeurs de structures et équipes sont tous prêts à concevoir et mettre en œuvre des protocoles pour amorcer une reprise. Malgré les difficultés découlant des absences, des annulations et des éventuels reports, malgré l’angoisse à déjouer par des mesures adéquates et rassurantes.

L’action politique, un moteur nécessaire

Si le 6 mai dernier le Président Emmanuel Macron a annoncé la prolongation des droits pour les intermittents du spectacle jusqu’en août 2021 – une bonne nouvelle -, de nombreux points restent à éclaircir, à propos par exemple de la « réinvention » de la culture que prône le Président – un terme fourre-tout qui appelle une traduction concrète. Quant à la volonté présidentielle de promouvoir l’éducation artistique et culturelle pendant cette période délicate, rappelons qu’à cet égard l’écoute de praticiens chevronnés est sans doute le meilleur atout pour la soutenir. De nombreux artistes sont impliqués dans ce champ.

Nous sommes prêts !

Solide, La Terrasse va surmonter cette grave crise. Nous avons reçu de nombreux messages de spectateurs franciliens et de professionnels de la culture nous interrogeant sur l’avenir, et remercions leurs auteurs. Dès que possible – septembre si le déconfinement le permet –, nous serons au rendez-vous avec notre journal papier à nouveau publié et fortement diffusé, et nos plateformes digitales : site internet, application et réseaux sociaux.

Comme vous, nous sommes impatients mais serons patients, et prudents.

A bientôt !

       

Ajouter un commentaire

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...