La petite fée sans chichis !

On ne voulait pas rater ça : le 13 novembre, Lola Lafon revenait au Havre pour lire son dernier roman « La petite communiste qui ne souriait jamais ».

Il n’était pas question de la louper. Son intervention le 16 mai dernier à l’IUT du Havre, lors du festival « Terres de paroles » avait marqué par son originalité et son aplomb. Avec un grand sourire et d’une voix douce, mais ferme, elle avait revendiqué la fidélité à l’esprit de l’œuvre lue à voix haute plutôt que le respect absolu du texte. Et défendu la nécessaire mélodie des mots, des phrases, de leur rythme propre qu’elle mettait d’ailleurs en musique. Un brin rebelle elle nous avait étonnés mais réjouis aussi car on était loin des exercices scolaires de lecture notés autrefois par des maîtres exigeants. Le débat un peu trop sérieux avait pris un coup d’air frais et son sourire d’ange rock en roll avait fait twister la salle… Du coup on avait voulu l’écouter à nouveau au Festival d’Avignon à la table ronde consacrée au corps où elle devait présenter son spectacle (1). Horaire modifié, spectacle complet… c’était raté !

Alors, pour son retour au Havre on était prêts à attendre l’ouverture des grilles sous la pluie !
Le Magic Mirrors. L’endroit idéal pour évoquer la Roumanie: l’ambiance un peu tzigane, les miroirs, le velours rouge, le bar, les instruments de musique sur scène… C’était parfait !
Pendant 1 H 30 Lola Lafon se lance avec grâce dans un spectacle hors norme. Une lecture ? Plutôt une mise en scène de son roman.
Elle enchaîne la lecture des passages clés de la carrière époustouflante de la jeune gymnaste, Nadia Comaneci, prodige inégalée des années 70 qui avait fait boguer les ordinateurs de notations ! 10/10, on n’avait jamais vu ça ! Même à Montréal. Quelle panique ! (« La Roumaine a-t-elle –ou quelqu’un de l’équipe- eu accès aux ordinateurs ? Aurait-elle avalé des produits qui, peut-être, troubleraient le système ? Vous avez perdu la tête mon gars… » p.15).

815905

La lectrice joue avec son public, avec son propre texte. Elle mime avec grâce les silences étonnés de la petite Nadia pour qui tout ce qui entoure ses prouesses sportives s’apparente à un cirque qui la dépasse. Elle glisse par des pauses discrètes, des silences subtils, les doutes de la jeune roumaine sur la supériorité supposée de la vie à l’Ouest. Et les siens aussi. Elle change de ton sur un mot et redonne à son texte toutes les nuances de son écriture, tout leur éclat qu’on lisse parfois à la lecture. (« En 1989, ils ont donné leur vie pour notre liberté. Ce fut leur cadeau de Noël. Où est-ce cadeau ? Qu’avons-nous fait de cette liberté ?… » p. 253).
La musique assure la transition entre chaque extrait. Olivier Lambert et Julien Rieu, ses deux comparses, accompagnent Lola dans ce qui devient un concert-lecture sur tous les tons. Des balades en français, en roumain, en bulgare ; des morceaux très rock où Lola s’empare de sa guitare. On est interloqués ! Quel talent ! On connaissait depuis « De ça je me console » son goût pour la danse. Voila ce qui explique ce soir la grâce de ses déplacements sur scène. Son goût du rythme aussi. La puissance de ses mots, de la liberté qu’elle revendique. La force avec laquelle elle nous en persuade. Nadia, « la petite fée sans chichis ». Ou Lola ?…
Christine BARON-DEJOURS/ Décembre 2014
(1) Le spectacle « Irrévérences » devrait être repris en 2015. A suivre…

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
7eme grande conversation – Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues, la ville transformée Le vendredi 13 avril prochain, l’association MCH recevra François Delaroziere, directeur artistique de la Cie la Machine. Il aura carte blanche, à la bibliothèque Oscar Niemeyer, à 18h 30. L’entrée sera libre. Il parlera de sa démarche, de sa collaboration avec les artistes, les techniciens et les décorateurs qui
10 MN CHRONIQUE – VIVACULTURE – sur Ouest Track.com, le dimanche à 11h
A retrouver sur notre site www.asso-maisondelaculture.fr dans Actualités / Rubrique des spectateurs 2017 14 mai : Une ville qui fait rêver le monde, exposition Los Angeles, à Lyon 28 mai : histoires de musées 11 juin : faire la fête, les 500 ans du Havre 25 juin : Une série culte : Le prisonnier. 09
Razzia, un film de Nabil Ayouch  Ou l’art de se tromper de colère.  1982. Un instituteur renonce à ce qui fait sa joie : enseigner aux enfants la beauté du monde. L’arabisation forcée exerce sa violence religieuse jusque dans ces superbes montagnes reculées de l’Atlas marocain, et les écoliers kabyles, magnifiquement filmés, n’y comprennent plus rien.
Apéro des spectateurs du 20 mars 2018 au Monte-Cristo
C’était un petit apéro de printemps mardi, agréable et sympathique. Comme on n’était que 4 (Isabelle, Liliane, Sylvette et moi) on a pris le temps de bavarder. Sylvette était curieuse de savoir ce qu’on avait pensé de sa soirée aux Yeux d’Elsa consacrée au Printemps des poètes. Liliane qui aime beaucoup cet endroit pour l’ambiance
7eme Grande conversation  -Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues – La ville transformée Carte blanche à François Delaroziere L’association MCH – Maison de la Culture du Havre, invite François Delaroziere, le vendredi 13 avril 2018, à 18h30, à la Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre, pour la 7e édition de la Grande Conversation. François Delaroziere, pendant son compagnonnage avec le Royal
PETIT RESUME DE L’ APERO DES SPECTATEURS DU 20/2/2018
Une pièce de théâtre : « Love and money » (THV : théâtre de l’Impossible)  Bien jouée ; pièce intéressante et mise en scène plaisante. Mais certaines personnes ont trouvé que les différentes phases de la pièce donnaient un aspect décousu et longuet, parfois. En fait, la pièce était conçue comme une  série de sketchs sur un même thème. Personnellement,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...