La musique classique va-t-elle mourir avec son public ?

Aujourd’hui, la moitié des spectateurs de concerts a plus de 61 ans, contre 36 ans en 1981. Pourtant, depuis 30 ans les initiatives pour attirer les jeunes se sont multipliées. Témoignages de jeunes passionnés

C’est une question qui revient régulièrement : comment faire venir les jeunes à la musique classique ? Les théâtres, auditoriums, opéras, festivals dépensent beaucoup d’énergie et d’argent pour tenter de diversifier leur public : pass-jeunesse, places à 8 euros, répétitions générales spéciales, garderies pour les jeunes enfants, orchestres itinérants dans les quartiers et ce week-end, à Paris la cinquième édition du festival Le classique c’est pour les vieux réservé aux moins de 30 ans.

Les études qui se succèdent sur le sujet sont sans appel. Celle du sociologue Stéphane Dorin La musique classique et ses publics à l’ère numérique le vieillissement des salles de concert est de plus en plus rapide et la mixité sociale n’existe pas dans ces lieux. Une autre publication de l’Association des Orchestres Français se veut plus rassurante mais le constat est le même : à l’ère numérique, les jeunes ne consomment plus la musique classique.

Pourtant, lorsque l’on lance #JMleclassique, le succès est immédiat sur les réseaux sociaux. Rencontre avec quelques passionnés.

“En Zep, on ne vient pas seul à la musique classique, il faut être initié.”

Anthony, 26 ans, titulaire d’un Master 2 de droit, tente le concours de la magistrature

“Quand on est adolescent, l’émotion c’est quelque chose qu’on a du mal à assumer. On veut paraître invulnérable. Or la musique classique procure une sorte de choc émotionnel qui vient nous toucher au plus profond de nous même et on ne peut pas toujours l’assumer. C’est pour ça que la jeunesse ne veut pas embrasser le classique.”

“Les jeunes s’autocensurent face au classique. La clef, c’est la pratique instrumentale pour tous.”

Juliette, 24 ans, est flûtiste et étudiante à HEC en management de la culture

“Dans ma pratique musicale, il y avait aussi ce goût très prononcé pour la performance, pour la recherche de la perfection. Je ne sais pas si c’est grâce à la rigueur qu’impose la musique que j’ai pu ensuite intégrer HEC ou si j’avais ça en moi; mais je crois que l’apprentissage de la musique avec une pratique en orchestre devrait être obligatoire dès l’école primaire.”

“Un film, un dessin animé, un jeu vidéo peuvent mener au classique.”

Sébastien, 25 ans, blogueur fou de musique classique, est informaticien au Luxembourg

“Je pense que la musique classique ne doit pas rester l’apanage de quelques uns, d’ailleurs beaucoup de jeunes comme moi tentent de la partager via des blogs ou des chaînes Youtube. Mais il n’y a pas encore d’études là-dessus.”

A regarder-écouter : Un (vieux) jeu vidéo Astérix et le pouvoir des Dieux

Des dessins animés cultes : Tex Avery ; Tom et Jerry ou Bugs Bunny

Une chaîne Youtube Révisons nos classiques

Un concert pas comme les autres : 2cellos

Et bien sûr la série qui fait aimer la musique classique et dont la saison 3 sort cet hiver. Mozart in the Jungle

“Les réseaux sociaux rendent le classique tendance.”

Gauthier, 26 ans, est “tombé” dans la musique classique il y a deux ans pour réviser ses partiels

“Je pense que la musique classique demande du travail, ça stimule le cerveau. D’ailleurs, avant d’aller à un concert, je bosse les œuvres que je vais entendre et j’écoute intégralement plusieurs versions, sinon je passe à côté !”

https://www.franceculture.fr/emissions/hashtag/le-classique-cest-ringard

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  Smart factory, la fabrique d’œuvres d’art, au Tétris Il resta silencieux pendant un long moment Il se tut pendant un moment Il était
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...