La jeunesse de Johnny

La mort de Johnny Hallyday est l’occasion de relire l’article qu’avait publié Claudie Challier*, sous le pseudonyme Iseult , dans Encrage, revue culturelle havraise.  On y attendait pas que l’intelligentsia parisienne dise ce qu’il fallait penser, pour oser y affirmer son opinion et analyser un phénomène. On était à la fin des années 1970. L’article aurait pu être signé hier.

« Oh, Johnny

La saison culturelle municipale nous offre plusieurs soirées en compagnie de… Mais pas de Johnny. Je voulais Johnny. Parce qu’il est beau. Grand et blond. C’est un pur sang. Johnny et sa crinière moutonne jusque l’encolure. Il est svelte et racé. (Depardieu est gras et vulgaire). Quand il se cabre en étreignant le micro, il déclenche en moi des sensations hyperboliques et une dissolution extatique. Il m’électrise, Johnny. Tel Aragon respirant Elsa, je respire l’odeur d’aisselle blonde et, telle Véronique, je voudrais éponger le visage ruisselant de sueur. Je garderai longtemps le précieux linge.

J’aime Johnny pour les points communs que nous avons. (cf Goethe Les Affinités électives). Gémeaux tous les deux. Nés sous le signe de l’adolescence et de Mercure, le voyageur ailé. On a démarré ensemble, lui à la scène, moi à la fac. Pas de fossé des générations entre nous. Nés un 15 juin tous les deux. Mon frère. Chacun sait que l’inceste donne du piquant à l’amour. Un an avant moi, il a vu le jour. C’est bien. L’homme un peu plus âgé que la femme. Il la protège.

J’aime Johnny. Grâce lui, je renoue avec la sémiologie et je cerne mieux Le degré zéro de l’écriture. A l’égal de Barthes, c’est un textophage Johnny. Dysnarratif, morphématique et phonétique est son discours qui injecte du signifiant dans le signifié. Elémentaire et nodal, son questionnement : la vie me fut infligée, que fais-je en ce monde ? Son dit m’épate. Comme moi Johnny est un pluridéviant multipode.

Surtout, j’aime Johnny pour la couleur de ses yeux. Nous avons les mêmes yeux. Pers. La déesse aussi, disait Homère. Alors, pour mon idole, j’ai le regard de Minerve.

Et puis, dans la vie on côtoie des intellectuels. A Encrage, tenez, ils veulent aller plus loin, toujours plus loin. C’est dur d’être à la hauteur. Et quoi qu’on dise, la substance grise, c’est gris. Je suis sensible à la couleur. Avec Johnny, je m’éclate, je jette mon intellect aux orties et mes instincts font rage. Quand, moulé dans son habit de lumière, il crache ses tripes, c’est une orgie de couleurs. Je ne suis plus qu’une poupée de viande voluptueusement livrée au fauve. La Belle. La Bête. Et l’éternel retour, en somme. On a beau être féministe, de temps en temps, ça repose…

Mais pas de Johnny. »

Signé Iseult. Encrage N°5. Octobre 1979

 (*Son nom d’auteur est maintenant Claire Fourier)

       

A propos de l'auteur

Vice-président et trésorier de la Maison de la Culture du Havre. Vice-président d'Actions pour promouvoir le français des affaires.

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Portrait fragmenté
George Sand, Aurore Dupin, fragments d’intimité Isabelle Krauss est George Sand. On connait la romancière auteure de plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’oeuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. Aurore Dupin est devenue George Sand. A une époque où les femmes étaient sous la tutelle d’un
L’Histoire en chansons
Chat noir Ces comédiens, chanteurs, danseurs sont alertes, vifs, souvent drôles. Ils ont étudié précisément les documents, et composent une reconstitution historique. Ils nous invitent à pousser la porte d’un cabaret mythique Le Chat noir ouvert par Rodolphe Salis entre 1882 et 1897. Le créateur applique une nouvelle formule avec poètes, musiciens, chansonniers, peintres. Fantaisie,
Dieu est un chômeur de plus
Le CV de Dieu Le choix des comédiens est capital. C’est une lapalissade, mais si Dieu n’était pas interprété par JF. Balmer, la pièce de Jean-Louis Fournier n’aurait pas la même saveur.  On l’a vu au cinéma, à la télévision, au théâtre. Il a joué Louis XVI, Richard Wagner, Henry IV, Racine, Malesherbes, Georges Pompidou…C’est
Le comédien est un boxeur
L’effort d’être spectateur Pendant un long moment Pierre Notte a des gants de boxe : une sorte de Prométéo à la Rodrigo Garcia, mis en scène par François Berreur,  vu au Volcan, au Havre, il y a plusieurs années. Prométéo, le Titan qui a donné l’art aux hommes  : « Comme le boxeur, qui se relève
L’homme qui a des amis n’est pas un raté
La vie est belle On pourrait s’étonner qu’une compagnie adapte au théâtre le film La vie est belle de Franck Capra, avec James Stewart, d’après The greatest Gift, une nouvelle de Philip Van Doren Stern. Ce film d’après-guerre, 1946, est devenu un classique projeté à Noël, adoré par les américains et par les cinéphiles. La
Une rencontre
Une chambre en attendant Son fils est parti « faire le djihad ». Il a 20 ans. Depuis, son père dit qu’il est parti en voyage. Dans une chambre d’hôtel à la frontière turco-syrienne, il attend, son fils l’a appelé pour rentrer. Il est venu et il tourne en rond.               

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...