La jeunesse de Johnny

La mort de Johnny Hallyday est l’occasion de relire l’article qu’avait publié Claudie Challier*, sous le pseudonyme Iseult , dans Encrage, revue culturelle havraise.  On y attendait pas que l’intelligentsia parisienne dise ce qu’il fallait penser, pour oser y affirmer son opinion et analyser un phénomène. On était à la fin des années 1970. L’article aurait pu être signé hier.

“Oh, Johnny

La saison culturelle municipale nous offre plusieurs soirées en compagnie de… Mais pas de Johnny. Je voulais Johnny. Parce qu’il est beau. Grand et blond. C’est un pur sang. Johnny et sa crinière moutonne jusque l’encolure. Il est svelte et racé. (Depardieu est gras et vulgaire). Quand il se cabre en étreignant le micro, il déclenche en moi des sensations hyperboliques et une dissolution extatique. Il m’électrise, Johnny. Tel Aragon respirant Elsa, je respire l’odeur d’aisselle blonde et, telle Véronique, je voudrais éponger le visage ruisselant de sueur. Je garderai longtemps le précieux linge.

J’aime Johnny pour les points communs que nous avons. (cf Goethe Les Affinités électives). Gémeaux tous les deux. Nés sous le signe de l’adolescence et de Mercure, le voyageur ailé. On a démarré ensemble, lui à la scène, moi à la fac. Pas de fossé des générations entre nous. Nés un 15 juin tous les deux. Mon frère. Chacun sait que l’inceste donne du piquant à l’amour. Un an avant moi, il a vu le jour. C’est bien. L’homme un peu plus âgé que la femme. Il la protège.

J’aime Johnny. Grâce lui, je renoue avec la sémiologie et je cerne mieux Le degré zéro de l’écriture. A l’égal de Barthes, c’est un textophage Johnny. Dysnarratif, morphématique et phonétique est son discours qui injecte du signifiant dans le signifié. Elémentaire et nodal, son questionnement : la vie me fut infligée, que fais-je en ce monde ? Son dit m’épate. Comme moi Johnny est un pluridéviant multipode.

Surtout, j’aime Johnny pour la couleur de ses yeux. Nous avons les mêmes yeux. Pers. La déesse aussi, disait Homère. Alors, pour mon idole, j’ai le regard de Minerve.

Et puis, dans la vie on côtoie des intellectuels. A Encrage, tenez, ils veulent aller plus loin, toujours plus loin. C’est dur d’être à la hauteur. Et quoi qu’on dise, la substance grise, c’est gris. Je suis sensible à la couleur. Avec Johnny, je m’éclate, je jette mon intellect aux orties et mes instincts font rage. Quand, moulé dans son habit de lumière, il crache ses tripes, c’est une orgie de couleurs. Je ne suis plus qu’une poupée de viande voluptueusement livrée au fauve. La Belle. La Bête. Et l’éternel retour, en somme. On a beau être féministe, de temps en temps, ça repose…

Mais pas de Johnny.”

Signé Iseult. Encrage N°5. Octobre 1979

 (*Son nom d’auteur est maintenant Claire Fourier)

       

A propos de l'auteur

Vice-président et trésorier de la Maison de la Culture du Havre. Vice-président d'Actions pour promouvoir le français des affaires.

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
7eme grande conversation – Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues, la ville transformée Le vendredi 13 avril prochain, l’association MCH recevra François Delaroziere, directeur artistique de la Cie la Machine. Il aura carte blanche, à la bibliothèque Oscar Niemeyer, à 18h 30. L’entrée sera libre. Il parlera de sa démarche, de sa collaboration avec les artistes, les techniciens et les décorateurs qui
10 MN CHRONIQUE – VIVACULTURE – sur Ouest Track.com, le dimanche à 11h
A retrouver sur notre site www.asso-maisondelaculture.fr dans Actualités / Rubrique des spectateurs 2017 14 mai : Une ville qui fait rêver le monde, exposition Los Angeles, à Lyon 28 mai : histoires de musées 11 juin : faire la fête, les 500 ans du Havre 25 juin : Une série culte : Le prisonnier. 09
Razzia, un film de Nabil Ayouch  Ou l’art de se tromper de colère.  1982. Un instituteur renonce à ce qui fait sa joie : enseigner aux enfants la beauté du monde. L’arabisation forcée exerce sa violence religieuse jusque dans ces superbes montagnes reculées de l’Atlas marocain, et les écoliers kabyles, magnifiquement filmés, n’y comprennent plus rien.
Apéro des spectateurs du 20 mars 2018 au Monte-Cristo
C’était un petit apéro de printemps mardi, agréable et sympathique. Comme on n’était que 4 (Isabelle, Liliane, Sylvette et moi) on a pris le temps de bavarder. Sylvette était curieuse de savoir ce qu’on avait pensé de sa soirée aux Yeux d’Elsa consacrée au Printemps des poètes. Liliane qui aime beaucoup cet endroit pour l’ambiance
7eme Grande conversation  -Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues – La ville transformée Carte blanche à François Delaroziere L’association MCH – Maison de la Culture du Havre, invite François Delaroziere, le vendredi 13 avril 2018, à 18h30, à la Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre, pour la 7e édition de la Grande Conversation. François Delaroziere, pendant son compagnonnage avec le Royal
PETIT RESUME DE L’ APERO DES SPECTATEURS DU 20/2/2018
Une pièce de théâtre : « Love and money » (THV : théâtre de l’Impossible)  Bien jouée ; pièce intéressante et mise en scène plaisante. Mais certaines personnes ont trouvé que les différentes phases de la pièce donnaient un aspect décousu et longuet, parfois. En fait, la pièce était conçue comme une  série de sketchs sur un même thème. Personnellement,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...