La guerre des zombies

 World War Z, est un livre paru en 2006 au Etats-Unis et traduit en France en 2009. Dans ce récit, la guerre des zombies est finie, laissant quelques survivants dans un monde en ruine où l’apocalypse a bien failli avoir lieu, et l’humanité éradiquée. Le narrateur, en mission pour l’ONU, a rencontré les derniers témoins de ce cauchemar. Ce sont leurs témoignages successifs qui nous sont livrés sous la forme d’entretiens organisés chronologiquement, dans un rapport construit par chapitres : premiers symptômes – la faute – la grande panique – retournement de situation – première ligne – autour du monde et ailleurs – guerre totale – Adieux.

Ce livre, World War Z, est devenu un best-seller.
Mais c’est quoi un zombie ?
Dans le cinéma des années Trente, aux Etats-Unis, la figure du zombie était associée aux fantasmes liés au Vaudou et au réveil des morts. Elle était la métaphore de l’esclave dont seul comptait la force de travail et dont la personne était niée. Dans le film La Nuit des morts-vivants (1968), George A. Romero apporte une dimension différente. Ses zombies déferlent en hordes et deviennent le symbole de l’effrayant inattendu, d’un quelque chose qui pourrait atteindre l’individu et l’humanité entière, dans une dimension inouïe et irrémédiable. C’est le déclenchement d’une réflexion où le zombie n’apparaît plus comme un simple objet de divertissement mais celui d’une pensée critique.
Au commencement, au cinéma, les zombies sont une horde terrifiante et silencieuse d’êtres impensables auxquels personne ne peut s’identifier : trop morts et trop vivants … Sans parole, sans réflexion, une seule chose les fait mouvoir : manger. Dévorer des êtres humains, qui à leur tour contaminés, dévastent et remplacent progressivement l’humanité. On pouvait aisément les mettre dans la case du simple divertissement, cinéma de genre, pop-culture.

Au rythme du questionnement sur les significations qu’il peut prendre, le zombie va changer progressivement de sens, jusqu’à ne plus être seulement une silhouette errante et affamée de chair humaine. Désormais des colloques universitaires leur sont consacrés, des conférences, des essais, des articles, les émissions de radio et de télévision se multiplient., ils se sont infiltrés dans les réflexions de philosophes, de sociologues, de neurologues, d’ethnologues… En se saisissant du sujet, les uns et les autres ont dévoilé les préoccupations et les peurs de la société contemporaine. Avec, cette constante : cet autre, est-ce que ce pourrait être nous ?  Un jour ?

L’association MCH, Maison de la Culture du Havre, organisera à la bibliothèque Oscar Niemeyer, au Havre, le 13 mars, sa 11e Grande conversation qui sera consacrée à ce phénomène :

Qui sont nos zombies ? De la fiction aux fantasmes

Nous aurons cette conversation en compagnie de nos invités :
Clémentine Hougue, chercheuse en études culturelles, auteur de « Le zombie au-delà de la fiction »
L’Association Cannibale peluche, cinéphiles et programmateurs de l’étrange

Entrée libre

WWZ

       

Ajouter un commentaire

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...