La guerre des zombies – 2e partie

 

World War Z, raconte la guerre mondiale des zombies. ( voir 1er article) le récit d’une invasion implacable et incontrôlable jusqu’à sa fin, laissant le monde à sa reconstruction.
Max Brooks, pour faire bonne mesure a publié :  Guide de survie en territoire zombie . En effet, comment survivre en territoire zombie ?
Alors voilà. Les zombies sont partout. Ils surgissent… De tous les côtés. Et quand vous avez réussi à échapper à un groupe erratique, que vous soufflez un instant, il peut très bien en rester un seul, égaré, qui arrive en pilote automatique vers vous. Et alors…

Pour savoir comment survivre en territoire zombie, Max Brooks, dans son livre, apporte quelques éléments utiles. Première chose : il faut avoir une bonne connaissance des aptitudes physiques du mort-vivant. Détruisons tout de suite le mythe de ses supers pouvoirs. Ses seuls outils sont ceux dont disposent les humains, la vue, l’ouïe, l’odorat, à cette différence que ses sens ne lui servent qu’à nous repérer, nous, leur proie, pour nous dévorer, nous mâcher et nous transformer, à notre tour, en zombie.
Ils ne sont pas plus robustes que nous les vivants, d’autant qu’ils ne sont ni habiles, ni particulièrement rapides. Ils avancent en trébuchant et claudicant, au hasard. Leur véritable force est leur endurance. Ils n’abandonnent jamais.
Sans émotion, sans mémoire, sans langage, sans la moindre capacité mentale, sans besoin physiologique sauf celui de nourriture. Ils ont faim. En permanence. De notre chair.
Comment s’en défendre ? Par les armes ? Encore faudrait-il savoir s’en servir et surtout en avoir ? Du couteau à viande au Mauser Kar 98k, le maniement d’une arme demande un peu d’expérience. D’ailleurs, Max Brooks recommande de bien connaître la législation concernant les armes à feu et divers explosifs, selon les pays où nous résidons. Nous devons, dans ces circonstances, rester des citoyens modèles. Et, bien sûr, oublions la tronçonneuse : c’est lourd, difficile à manier. La sarbacane, pour ceux qui seraient tentés, rappelons-le est inefficace, les zombies étant insensibles au poison.
Il reste à se protéger. Comment ? En se faufilant dans une armure ? Trop lourd et surtout trop bruyant. Revêtons plutôt des vêtements bien ajustés et coupons nos cheveux ( ras, ce serait bien) pour ne donner à aucun assaillant l’occasion de nous agripper. Autre chose : soyons silencieux, le moindre bruit les attire.

Au début d’une invasion, la population aura tendance à fuir. Des milliers de véhicules s’élanceront sur les routes avant d’être bloqués, jusqu’à ce que la panique fasse le reste. Restez chez vous. De préférence en appartement, plus facile à sécuriser. Barricadez portes et fenêtres. A la campagne, il est totalement inutile de répandre des pièges à loup autour de la maison, puisque les zombies, ne l’oubliez jamais, ont la faculté de se régénérer.
Dans une deuxième phase, il faudra partir pour trouver eau et nourriture et le matériel pour survivre. Où se réfugier ? Surtout pas dans les hôpitaux qui sont à 90% infectés, dans la mesure où les humains victimes de morsures et potentiellement futurs morts-vivants, y sont déjà. N’allez pas, non plus, dans les centres commerciaux qui sont indéfendables. Le meilleur endroit est finalement une prison. Forteresse idéale, cellules, blocs sécurisés, caméras de surveillance, grillages et barbelés. Vous y trouverez de l’eau, de la nourriture et même une bibliothèque…

Mais bien sûr il arrivera fatalement le moment où il faudra encore fuir. Partez de la ville, c’est là que les zombies vont d’abord affluer. Et comme il a déjà été mentionné, ne prenez pas la route. Ecartez également toute velléité d’utiliser un véhicule à moteur, les risques de panne peuvent conduire à une situation fatale. Sans compter que vous seriez vite à court d’essence. Optez plutôt pour la bicyclette, rapide, silencieuse, que l’on peut porter quand le terrain est trop accidenté. Ou bien, vous pouvez aussi marcher, ce qui est sans doute la meilleure solution. Ne cherchez pas un refuge accueillant, vers lequel des centaines, peut-être des milliers de gens iront chercher un abri. Dirigez-vous vers les endroits les plus inhospitaliers, là où personne ne voudrait vivre. Constituez un petit groupe. Ne restez jamais seul, soyez unis, organisez des tours de garde. « Votre équipe doit fonctionner comme un seul homme ».
Et comme l’écrit Max Brooks : « Oubliez les mauvais films de série Z dans lesquels une bande de types débraillés, le fusil à pompe et la bière à la main, protègent l’humanité de la menace zombie. »
Lisez  Guide de survie en territoire zombie  de Max Brooks, il peut vous sauver la vie.

Bien sûr, tout ce qui précède est une plaisanterie. Cependant il faut bien constater que la figure du zombie est propre à révéler certaines particularités de notre époque.
Manouk Borzakian, à propos de son livre Géographie zombie, les ruines du capitalisme, nous éclaire sur la popularité du sujet zombie et aussi sur son territoire symbolique.

Le vendredi 13 mars, à 18h30, à la bibliothèque Oscar Niemeyer, 11e grande conversation MCH. Nous chercherons ensemble à comprendre ce que symboliquement représente le zombie dans notre société.
Pour mieux vous y préparer, écoutez 2mn point Z, sur la page facebook
MCH – Maison de la culture du Havre
Et aussi, rendez-vous à 11h, sur ouest-track.com, en podcast des 9 et 23 février, et sur 95.9 FM, le 8 mars : Vivaculture !                                                                                               
                                                                                                                   

 

       

Ajouter un commentaire

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...