“La dramaturgie” d’Yves Lavandier : un traité de l’art du récit.

Yves Lavandier est un scénariste, script doctor et réalisateur français. Diplômé d’un “Master of Fine Arts” de l’université de Columbia à New York, il a réalisé de nombreux courts-métrages ainsi qu’un long, Oui, mais… sorti en 2001. Mais il est surtout reconnu dans le milieu pour avoir écrit un ouvrage, La dramaturgie, qui explique et explore les mécanismes qui font vivre les récits notamment au cinéma.

Préface, extraits :

Je crois que, dans tous les arts, le talent et le génie ont besoin de beaucoup de travail et d’un minimum de rigueur. Pas de la rigidité, de la rigueur. D’où l’intérêt de connaître son intention (cf. chapitre 2) et de respecter un tant soit peu les règles.(…)

En Occident, le premier traité de scénario n’est autre que La poétique [02] d’Aristote. Après lui, Horace, Nicolas Boileau, Denis Diderot, William Archer, Lajos Egri, Edward Mabley et beaucoup d’autres ont enrichi la réflexion au fil des siècles.(…)

Yves Lavandier : “Comme j’ai voulu La dramaturgie très accessible, je crois qu’il peut intéresser tous les spectateurs curieux de mieux comprendre le théâtre, le cinéma ou la bande dessinée, et les rapports que ces arts entretiennent avec la vie.(…)

J’examine l’œuvre des grands auteurs dramatiques, sans faire d’élitisme – il y est autant question d’Anton Tchekhov que de Lowell Ganz et Babaloo Mandell – et j’essaie de répondre à trois questions : de quoi sont faites les œuvres dramatiques ? pourquoi sont-elles faites ainsi ? et que faut-il faire pour en écrire ? La question du pourquoi m’a toujours paru capitale.(…)

Entre 1983 et 1985, j’ai fait des études de cinéma à Columbia University, à New York. J’y ai appris beaucoup, en particulier sur l’écriture de scénario et la mise en scène. J’y ai aussi tourné de nombreux courts métrages. Je suis rentré en France à l’été 1985.(…) La dramaturgie est donc le fruit de mes études de cinéma, de mes activités de scénariste, dramaturge, pédagogue et script doctor, et de trente bonnes années de nourritures culturelles.(…)

La dramaturgie n’est pas une encyclopédie sur les arts de la dramaturgie, qui passerait en revue toutes les formes de théâtre, de Thespis à Robert Wilson en passant par les jets d’œufs pourris à Nanterre dans les années 1970. Il s’agit d’un traité sur l’art du récit aristotélicien. Je défends une dramaturgie aristotélicienne pour plusieurs raisons majeures, la principale étant que la vie (humaine ou autre) est elle-même aristotélicienne. La vision d’Aristote est en rapport avec le fonctionnement biologique, sociologique et psychologique de l’humain. Malgré (ou après) Freud, le SIDA, la bombe atomique, les crimes contre l’humanité, le world wide web, l’amitié franco-allemande, les jeux vidéo, les attentats du 11 septembre 2001, que sais-je encore, ce fonctionnement n’a pas changé depuis les contemporains d’Eschyle. Certains sujets et certains obstacles ont changé, oui, mais pas la façon que nous avons de les vivre au plus profond de nous-mêmes. Bref, La dramaturgie est un livre sur la façon de raconter une histoire simple avec un début, un milieu et une fin.(…)

Je trouve très sain de n’être ni cadenassé à un panthéon ni soumis au fascisme des “spécialistes” ou des idolâtres et d’avoir l’autonomie mentale d’émettre des réserves sur les “classiques”. Les deux mots clefs, que dis-je, les deux valeurs clefs sont “autonomie” et “authenticité”. Etre authentique, c’est être en accord avec son moi profond et avec son ressenti.

http://www.clown-enfant.com/leclown/dramaturgie/

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  Smart factory, la fabrique d’œuvres d’art, au Tetris Il resta silencieux pendant un long moment Il se tut pendant un moment Il était
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...