La culture en danger !

“Fleur Pellerin cherche à reconquérir « les zones blanches de la culture », ces bassins de population qui n’ont pas, ou peu, accès aux œuvres. La ministre de la culture et de la communication veut relever le défi de la cohésion sociale, devenu plus urgent depuis l’attaque contre Charlie Hebdo, le 7 janvier.

Sur le terrain, la Rue de Valois tente ainsi de rattraper le temps perdu. Après avoir diminué le budget de la culture de 2012 à 2014, le gouvernement a changé de position : c’est Manuel Valls en personne qui a annoncé la sanctuarisation des crédits jusqu’en 2017, et même promis une légère hausse pour 2016.

Situation délicate

Enfin, une partie du budget a été dégelée pour 2015 – débloquant les crédits des deux missions « création » et « transmission des savoirs ». Car la situation de la culture est délicate. Fusion des régions ou pas, des élus locaux suppriment des manifestations culturelles ou reprennent en main des programmations. Il y a les difficultés économiques des collectivités, qui subissent entre autres la baisse de la dotation de l’Etat. S’y ajoutent des arbitrages politiques défavorables à la création contemporaine : des gestes qui se sont multipliés depuis que la droite a gagné les élections municipales de mars 2014.

A la nouvelle architecture des grandes régions qui se profile, il faut donc superposer la carte de la culture en souffrance, avec la liste des lieux ou festivals disparus.

Au Syndeac, syndicat d’employeurs du spectacle vivant, la présidente, Madeleine Louarn, avertit : « La fusion des régions ne va pas se faire en un jour. Pendant la période de transition de deux ou trois ans, il faudra veiller à ne pas défaire ce qui a été fait. »

Consternation en Haute-Normandie

La région Haute-Normandie, appelée à fusionner avec la Basse-Normandie, est dans le viseur. La disparition du festival pluridisciplinaire – et emblématique – Automne en Normandie, annoncée en novembre 2014, a consterné les acteurs culturels. « Les élus locaux ont raté une occasion. Avec la création de la grande région, Automne en Normandie aurait dû monter en puissance. C’est l’inverse qui se produit. Au-delà de la fusion annoncée, des motivations budgétaires et un manque de vision politique ont abouti à ce choix », regrette Jean-François Driant, représentant du Syndeac en Haute-Normandie. Et dans l’Eure, la scène nationale Evreux-Louviers est mise à mal par le nouveau maire d’Evreux, l’Ump Guy Lefrand, qui a coupé dans ses subventions et veut la faire déménager.

Le directeur de la scène nationale du Volcan, au Havre, voit dans la fusion des régions une chance pour repenser la politique culturelle : « La situation actuelle, avec les diminutions de crédit, aboutit à ce paradoxe : sur tout le territoire français, on a des théâtres qui ont des plateaux vides, faute de budget pour programmer des spectacles. En face, on a une nouvelle génération d’artistes qui manque de lieux pour travailler. Il y a quelque chose à faire », dit-il.

Donnant-donnant

Dans ce paysage en déconstruction, Fleur Pellerin vient d’annoncer le « Pacte pour la culture ». C’est donnant-donnant : si une ville s’engage à maintenir ses crédits pour la culture durant trois ans (jusqu’en 2017), alors l’Etat s’engagera à préserver son enveloppe sur le même territoire. Le premier pacte a été signé le 29 janvier avec… Clermont-Ferrand. Prochaine date, Cambrai, le 2 février.

La Rue de Valois doit encore faire avaler la potion de la réorganisation des directions régionales des affaires culturelles (DRAC) qui représentent le ministère de la culture en région.(…)”

Clarisse Fabre pour Le Monde
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/arts/article/2015/01/31/en-region-la-culture-est-en-fusion_4567426_1655012.html#Pq6yc6B1srThzPcE.99

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon
Quoi qu’il entreprenne, Aurélien Bory place son évolution sous le signe des rencontres.
Aurélien Bory, à la tête de la Compagnie 111 depuis 2000, a dégagé un espace spectaculaire inédit entre cirque, danse, musique et théâtre, avec l’obsession de
Cirque Plume : “Nous avons conçu des spectacles populaires sans verser dans le niaiseux ni le commercial. “
Pour quelles raisons avez-vous décidé de mettre fin à l’aventure du Cirque Plume en annonçant votre dernier spectacle ? Cette création est le début d’une aventure, pas la
Enquête sur les représentations de la culture
C’est dans une indifférence médiatique presque totale que le ministère de la Culture a publié en septembre dernier une enquête sur les représentations de la

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...