Jean-Michel Alberola au Palais de Tokyo

« Je ne fais que des détails, je ne fais que ça. Je compte simplement sur l’addition des détails. » (1)

Artiste majeur et inclassable de la scène française, Jean-Michel Alberola (né en 1953, vit à Paris) s’est fait connaître au début des années 1980.

Evoluant entre abstraction et figuration, réflexions artistiques et questionnements politiques, Jean-Michel Alberola réagit par l’art sur le réel et l’état du monde, à travers des peintures, des néons, des films, des textes, des objets, des installations, des sculptures, des murs peints, des éditions et des tracts.

L’exposition personnelle de Jean-Michel Alberola au Palais de Tokyo cartographie la diversité méconnue 
de son travail. Mettant en scène de nombreuses œuvres inédites en dialogue avec de précédentes créations, elle convoque les figures de penseurs majeurs, de Robert Louis Stevenson à Guy Debord, de Franz Kafka à Karl Marx, en passant par Simone Weil et le cinéma, et forme le point de départ d’une réflexion plus large sur l’histoire et l’état du monde, sur le temps ou sur les déplacements, des plus infimes aux plus actuels.

(1) Citation de l’artiste extraite d’une interview, revue Entre, 2014.


Commissaire : Katell Jaffrès
Conseiller adjacent : Dominique Païni

 Dans le Monde, Philippe Dagen parcourt l’exposition :

Vue de l’exposition de Jean-Michel Alberola, "L’Aventure des détails", au Palais de Tokyo à Paris.

 image: http://s2.lemde.fr/image/2016/03/17/534×0/4884907_6_53c6_vue-de-l-exposition-de-jean-michel-alberola_2b8e18828525af72c3bde5f61562e420.jpg

“L’exposition qu’Alberola a conçue au Palais de Tokyo à Paris, dans une architecture qu’il a dessinée de sorte que l’entrée se trouve à côté de la sortie, conformément à l’une de ses maximes : « La sortie est à l’intérieur. » On ne saurait dire combien d’œuvres elle réunit, plusieurs centaines assurément. Elles grimpent aux murs, s’étendent dans des vitrines et des bibliothèques. Il faut des socles dans les salles pour les assemblages de bois peints en jaune, architectures à mi-chemin entre la cabane enfantine et le mirador meurtrier. Il faut des coins sombres pour les films et les néons. Il serait plus facile d’énumérer les techniques dont Alberola ne se sert pas que celles qu’il emploie : la terre cuite et le fer forgé. Encore ne peut-on en être absolument sûr puisque l’exposition ne se veut pas rétrospective, mais, selon une autre de ses formules « le dernier état de (ses) idées ».(…)

« Celui qui parle constitue celui qui l’écoute. Un mur peint qui se déploie dans l’espace du Palais de Tokyo comme une invitation à l’échange et au mouvement de la pensée. »
 image: http://s1.lemde.fr/image/2016/03/17/0x0/4884904_6_7181_2016-02-22-f60c5cf-                 10345-1jgmbqn_ec6d0f07d58a1ab09cd5f7cc5c78c0d0.jpg

Que l’on puisse s’y perdre est certain. Qu’il faille s’y perdre tout en le sachant est une autre évidence. Ce qui apparaît en effet, c’est que son œuvre ressemble au monde actuel. La plus subtile culture y côtoie les plus triviaux divertissements et la mémoire des arts d’autrefois, les images de publicité. L’idée la plus haute de l’artiste missionnaire de la vérité compose avec les médiocrités du marché. L’espoir de la pureté et la réalité de la souillure vont de pair. Le tragique et le burlesque se percutent. Alberola ne subit pas l’incohérence, mais en fait son sujet.(…)

A propos des romans de Stevenson, auxquels nombre d’œuvres font allusion, Alberola observe : « C’est un équilibre entre un monde qui n’est absolument pas défini, dans lequel on ne sait pas où on va, et, en même temps, par la structure narrative, c’est très construit, très établi et architecturé. » Remplacez « narrative » par « picturale » et vous obtenez une définition possible de son œuvre : de la contradiction considérée comme un des beaux-arts.”

« Jean-Michel Alberola. L’Aventure des détails », Palais de Tokyo, 13, avenue du Président-Wilson, Paris 16e. Du mercredi au lundi de 12 heures à minuit. Entrée : de 8 € à 10 €. Jusqu’au 16 mai. www.palaisdetokyo.com

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/03/17/arts-alberola-de-contraction-en-contradictions_4884908_1655012.html#gJTXjmJ8c1Bm3WCQ.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
7eme grande conversation – Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues, la ville transformée Le vendredi 13 avril prochain, l’association MCH recevra François Delaroziere, directeur artistique de la Cie la Machine. Il aura carte blanche, à la bibliothèque Oscar Niemeyer, à 18h 30. L’entrée sera libre. Il parlera de sa démarche, de sa collaboration avec les artistes, les techniciens et les décorateurs qui
10 MN CHRONIQUE – VIVACULTURE – sur Ouest Track.com, le dimanche à 11h
A retrouver sur notre site www.asso-maisondelaculture.fr dans Actualités / Rubrique des spectateurs 2017 14 mai : Une ville qui fait rêver le monde, exposition Los Angeles, à Lyon 28 mai : histoires de musées 11 juin : faire la fête, les 500 ans du Havre 25 juin : Une série culte : Le prisonnier. 09
Razzia, un film de Nabil Ayouch  Ou l’art de se tromper de colère.  1982. Un instituteur renonce à ce qui fait sa joie : enseigner aux enfants la beauté du monde. L’arabisation forcée exerce sa violence religieuse jusque dans ces superbes montagnes reculées de l’Atlas marocain, et les écoliers kabyles, magnifiquement filmés, n’y comprennent plus rien.
Apéro des spectateurs du 20 mars 2018 au Monte-Cristo
C’était un petit apéro de printemps mardi, agréable et sympathique. Comme on n’était que 4 (Isabelle, Liliane, Sylvette et moi) on a pris le temps de bavarder. Sylvette était curieuse de savoir ce qu’on avait pensé de sa soirée aux Yeux d’Elsa consacrée au Printemps des poètes. Liliane qui aime beaucoup cet endroit pour l’ambiance
7eme Grande conversation  -Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues – La ville transformée Carte blanche à François Delaroziere L’association MCH – Maison de la Culture du Havre, invite François Delaroziere, le vendredi 13 avril 2018, à 18h30, à la Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre, pour la 7e édition de la Grande Conversation. François Delaroziere, pendant son compagnonnage avec le Royal
PETIT RESUME DE L’ APERO DES SPECTATEURS DU 20/2/2018
Une pièce de théâtre : « Love and money » (THV : théâtre de l’Impossible)  Bien jouée ; pièce intéressante et mise en scène plaisante. Mais certaines personnes ont trouvé que les différentes phases de la pièce donnaient un aspect décousu et longuet, parfois. En fait, la pièce était conçue comme une  série de sketchs sur un même thème. Personnellement,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...