« J’ai pas fait l’ENA ni Sciences Po, j’ai pas fait HEC/J’ai pas b’soin d’ça pour m’exprimer quand je vois des pauvres sur la chaussée »

Théâtre national de Strasbourg (TNS), dans le cadre de son programme « Education et proximité ».
Sous l’impulsion de Stanislas Nordey, nommé à la tête du TNS en 2014, et de son équipe, ce programme, comme tous les autres volets de l’activité du théâtre, a passé une vitesse supérieure – pour ne pas dire deux ou trois. « Quand il est arrivé au TNS, Stanislas Nordey nous a clairement donné pour mission de partir à la rencontre de nouveaux publics de manière fortement volontariste, d’ouvrir le théâtre sur des populations qui ne le connaissent pas et d’inventer des dispositifs permettant cette ouverture », explique Chrystèle Guillembert, directrice des relations avec le public au TNS.(…)
 
« Les élèves qui viennent de chez nous sont très éloignés du théâtre, souligne Isabelle Schoumacker, professeure de lettres et d’histoire, et professeure principale de cette classe de 1re électro-technique. C’est très étonnant de voir à quel point certains d’entre eux se révèlent grâce au théâtre. »
Eve-Chems De Brouwer insiste sur la différence entre un « texte écrit » et un « texte raconté à l’oral », et l’atelier se conclut par l’écoute collective d’une chanson de Nekfeu, Humanoïde. « J’ai pas fait l’ENA ni Sciences Po, j’ai pas fait HEC/J’ai pas b’soin d’ça pour m’exprimer quand je vois des pauvres sur la chaussée », chante le rappeur français. Un ange passe.

L’atelier du Rudloff est une parmi les multiples activités d’une institution qui depuis deux ans s’est remise à vivre de toute part, au point de ressembler à une ruche en ébullition. « C’était vraiment la première idée qui me tenait à cœur, que cette maison vive du matin au soir, et qu’elle soit habitée par des artistes, sourit Stanislas Nordey, quand on le croise dans « son » théâtre, au retour du lycée. Trop souvent, en France, les théâtres ne sont habités que par le personnel administratif. »(…)

« Le premier enjeu, c’était que cette maison redevienne une machine de création et de production, précise Nordey. C’est autour de l’activité artistique que se structure tout le projet. »(…)

image: http://s2.lemde.fr/image2x/2017/01/27/534×0/5070302_6_7793_strasbourg-c-est-aussi-1er-acte-une_7599ae7a7528ed0ee27ad57d796c9cc4.jpg

Strasbourg, c'est aussi 1er Acte : une formation qui permet aux jeunes issus de la diversité de préparer les concours des écoles d'art dramatique.

(…)  Cinquante élèves, qui ont réussi le concours ultra-sélectif de l’école. Environ 800 candidats, et 25 élus par année de recrutement (le concours a lieu deux ans sur trois), parmi lesquels douze élèves acteurs, deux élèves metteurs en scène, un ou deux élèves dramaturges, quatre élèves scénographes-costumiers et six élèves régisseurs.

Entre les élèves de première année et ceux de troisième année, on voit qu’un grand bond a été franchi vers la professionnalisation. Dans une vaste salle où les tables ont été réunies en carré, les douze élèves acteurs de première année, accompagnés par l’élève dramaturge, mènent un atelier avec le metteur en scène Jean-Pierre Vincent (qui dirigea le TNS de 1975 à 1983) et son vieux complice, le dramaturge Bernard Chartreux.

Les deux hommes ont choisi, pour cet atelier qu’ils poursuivront sur les trois ans de leur scolarité avec les élèves, de travailler sur L’Orestie, d’Eschyle. Un retour aux sources du théâtre et un continent quasiment inconnu pour ces jeunes gens, assis à la table, qui en sont au déchiffrage et au défrichage du texte. « On ne vient pas au théâtre pour faire un voyage tout près de chez soi, leur dit Jean-Pierre Vincent, qui les nourrit de multiples références historiques et contemporaines, tout en les encourageant à rester vivants. Le texte, il faut le gorger de vie : le luxe des mots, le plaisir de dire des mots qui ont du jus, putain ! » Rires des élèves, regards admiratifs, certains légèrement teintés d’ironie.

A l’autre bout de l’étage consacré à l’école, changement de décor. Un autre maître du théâtre français, Alain Françon, répète avec les élèves de troisième année un montage de textes de l’auteur allemand contemporain Botho Strauss. Ce ne sont plus des élèves que l’on voit, mais bien des acteurs, qui jouent (bien) et que Françon dirige comme un metteur en scène. (…)

D’une promotion à l’autre, on voit que quelque chose a changé, aussi. Dans ce groupe des élèves de première année se déclinent toutes les couleurs de la France. Briac Jumelais, le ­secrétaire général du TNS, y voit « le résultat de la politique extrêmement volontariste » menée depuis deux ans : « Dans cette nouvelle promotion, sur douze élèves acteurs, ils sont huit à être “issus de la diversité, comme on dit aujourd’hui. Et pas parce qu’on a fait de la discrimination positive, mais parce qu’on a pris les meilleurs. Simplement, à la suite du travail que l’on mène pour faire connaître le théâtre à d’autres publics que ceux qui le ­connaissent déjà, nous avons eu une centaine de candidats, sur 800, appartenant à cette ­diversité, quand les années précédentes nous n’en avions qu’une trentaine. »

Le TNS est aussi en première ligne sur 1er Acte, un programme mené avec le Théâtre national de la Colline, à Paris, et le CCN2-Centre chorégraphique national de Grenoble, qui vise à former de jeunes acteurs issus de cette même diversité, pour augmenter leurs chances aux concours et lutter contre les discriminations sur les scènes françaises. (…)

Mais il est 19 heures et des poussières, bientôt l’heure d’aller voir La Fonction Ravel, de Claude Duparfait. Le spectacle est présenté dans le cadre de L’Autre Saison, encore un volet du dispositif de combat inventé par Nordey. Le directeur du TNS a choisi de ­consacrer chaque saison le budget d’une création pour offrir, au sens strict du terme puisque les propositions sont gratuites, une quarantaine de rendez-vous artistiques : rencontres, lectures, spectacles, etc., en vue d’attirer là aussi de nouveaux spectateurs. Et à voir, en compagnie d’un public largement jeune et étudiant, ce spectacle où le ­comédien-auteur Claude Duparfait raconte comment, à l’adolescence, la rencontre avec l’œuvre de Maurice Ravel lui a sauvé la vie – lui, l’adolescent de Laon, dans l’Aisne –, le projet du TNS prend tout son sens.

image: http://s1.lemde.fr/image2x/2017/02/01/534×0/5072827_6_1175_a-l-atelier-de-la-meinau-les-eleves-des_9ef2434d2d4b0dad57f7b55b8c813237.jpg

A l'atelier de la Meinau, les élèves des sections Scénographie et Régie commencent par apprendre le maniement du marteau et de la perceuse.

 

(…) Stanislas Nordey est donc seul directeur du TNS, mais il s’est entouré d’un solide collectif d’« artistes associés ». Celui-ci comprend dix acteurs : Emmanuelle Béart, Audrey Bonnet, Nicolas Bouchaud, Vincent Dissez, Valérie Dréville, Claude Duparfait, Véronique Nordey, Laurent Poitrenaux, Dominique Reymond et Laurent Sauvage. Quatre auteurs : Claudine Galéa, Marie NDiaye, Pascal Rambert et Falk Richter. Et six metteurs en scène : Julien Gosselin, Thomas Jolly, Lazare, Christine Letailleur, Blandine Savetier et Anne Théron. C’est autour de leurs désirs d’artistes que s’organise la programmation du TNS. Erich von Stroheim, la pièce de Christophe Pellet mise en scène par Stanislas Nordey, a ainsi été choisie par Emmanuelle Béart.

  • Fabienne Darge
    Journaliste au Monde
 

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/culture/article/2017/01/27/theatre-de-ruche-a-strasbourg_5070303_3246.html#Se1djH4YvdYO7mPQ.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Si quelqu’un vous dit avoir vu un lapin rose de 61 mètres, allongé sur les hauteurs des Alpes, en Italie, croyez-le. Ou alors allez vérifier,
  Smart factory, la fabrique d’œuvres d’art, au Tetris Il resta silencieux pendant un long moment Il se tut pendant un moment Il était
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...