Humour : « Cinquante puissantes raisons de ne pas aller chez le psy », de David Gourion et Muzo

Quand un psy prend la plume et s’amuse avec dérision des attaques dont sa profession est souvent la victime cela donne effectivement un texte décapant…
Raison n°1 : les psys ne servent à rien
Raison n°2 : les psys ne parlent pas
Raison n°3 : les psys sont plus fous que leurs patients.
Raison n°4 : les psys ne sont jamais d’accord entre eux.
Raison n° 5 : mieux vaut investir son argent dans l’immobilier.
Raison n°6 : les psys n’écoutent jamais
Raison n°7 : les psys couchent avec leurs patient(e)s.
Raison n°8 : les psys sont des distributeurs automatiques de neuroleptiques.
Raison n°9 : plutôt qu’un psy, pourquoi ne pas prendre un animal de compagnie

Plus une postface qui veut remettre à leur juste place avec humilité et aussi avec humour de nombreuses idées reçues.
Et les dessins de Muzo qui amplifient, avec une belle vigueur, l’effet provocateur de ce texte. (JC Lattès, 130 p., 15 €). 

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO

Un médecin et un dessinateur dédiabolisent l’univers de la psychiatrie avec humour.

 

image: http://s2.lemde.fr/image2x/2017/02/20/534×0/5082530_6_f1b5_l-ouvrage-bouscule-les-cliches-sur-les-psys_51e37dbe0ce1fe7726a42ea50ac4cd00.jpg

L’ouvrage bouscule les clichés sur les psys.

L’ouvrage bouscule les clichés sur les psys. Denis Bocquet/Creative Commons

Attention ! Cet ouvrage est un traitement médical. Son administration n’est pas anodine : il est d’ailleurs contre-indiqué aux tristes sires. Ses indications ? « Un intérêt pour les psys, une peur des psys, une simple curiosité ou un profond désœuvrement », précise son prescripteur, le docteur David Gourion. Psychiatre lui-même, il est le coauteur de ce fascicule ­déjanté. Le dessinateur Muzo illustre avec bonheur ses cinquante délires.

(…) De « puissantes » raisons, on l’aura deviné, qui procèdent toutes de l’antiphrase, de l’hyperbole, de l’absurde ou de l’autodérision.

Telle est la cible de cette thérapie oculaire : bousculer les clichés sur les psys, dédiabo­liser la profession, montrer qu’on peut être psy et ne pas se prendre au sérieux… L’objectif : « Rassurer et aider ceux qui en ont peur mais en ont peut-être un peu besoin » à franchir le pas et à consulter un homme de l’art. Mais aussi « faire sourire ceux qui en ont déjà un ». Ceux qui ne relèvent d’aucune des deux catégories y trouveront également leur compte.(…)

Aussi désaltérant qu’un verre d’eau, ce livre se déguste d’une traite. Une thérapie par le rire, un remède par l’absurde, un antidote par l’ironie et la caricature.(…)

En fin d’ouvrage, le docteur Gourion se ­livre à quelques confidences plus sérieuses. Il dit son amour pour son métier, sa foi en sa beauté, le privilège « presque sacré » de recevoir la confiance de ses patients. (…) Enfin, il donne dix bonnes raisons d’aller voir un psy quand on en a – vraiment besoin.(…) Florence Rosier Journaliste au Monde – 

Muzo : Jean-Philippe Masson, dit Muzo, est un peintre, graveur et dessinateur français, né à Rennes le . Jean-Philippe Masson grandit à Caen. Il y édite en 1980 un fanzine remarqué : le Journal de Placid et Muzo avec Jean-François Duval.

 

 
  • En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sciences/article/2017/02/20/la-peur-des-psys-mieux-vaut-en-rire_5082531_1650684.html#eirVUPeTyleTItRE.99
       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
L’Apéro des spectateurs/février 17
Réunis le 9 février,   les spectateurs que nous sommes ont échangé sur quelques évènements culturels du mois. Voici un rapide aperçu… nous nous sommes réjouis de
Jean Defrêne, adhérent de notre association, homme politique et militant associatif, est mort
Jean Defrêne,  maire honoraire de Rouelles, membre du Parti Socialiste puis du Parti radical de gauche au Havre, ancien maire de Rouelles et adjoint au
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...