HOMMAGE A G. ROSEVEGUE, dans Le Monde

Georges Rosevègue s’est éteint à Paris jeudi 16 novembre, à l’âge de 76 ans, soutenu jusqu’au bout par son épouse Paulette et ses trois enfants. Il a été inhumé à Sainte-Adresse, sur les hauteurs du Havre, la ville qui l’a vu grandir et où son empreinte reste visible.

 Entre 1975 et 1984, en tant que directeur de la Maison de la Culture du Havre, la première en France née en 1961 sous l’impulsion d’André Malraux, Georges Rosevègue sut fédérer élus, artistes, syndicats et citoyens autour du grand projet de l’époque, dans une cité océane dirigée par le maire communiste André Duroméa : la construction de l’espace Oscar Niemeyer. Il travailla main dans la main avec le célèbre architecte brésilien, père de Brasilia ou du siège du Parti communiste français, place du Colonel-Fabien, à Paris, pour offrir un écrin de choix à la vie culturelle havraise et un emblème toujours d’actualité. Résultat d’un chantier de quatre ans et d’un long combat politique, le bâtiment contemporain, immaculé et tout en courbes, est inauguré en novembre 1982.

 Pionnier, il illustre alors la volonté de décentraliser la culture. Le Volcan, comme il sera plus tard rebaptisé en raison de sa forme, devient une Scène nationale en 1991. « Modeste, Georges ne se mettait jamais en avant, mais il a été la cheville ouvrière du projet », raconte Isabelle Royer, présidente de l’association Maison de la Culture du Havre. « Un ami, un frère, un grand constructeur qui a, avec d’autres, car il ne pensait que collectivement, concrétisé l’utopie de la culture partagée par tous », poursuit son prédécesseur à la tête de l’établissement, Bernard Mounier.

 Né en 1941 à Montpellier, d’un père juif polonais et d’une mère juive roumaine de Bessarabie, tous deux étudiants en médecine, Georges Rosevègue passe les premières années de sa vie en Isère, caché dans une ferme sous une fausse identité. Ses parents, résistants, glissent parfois des tracts dans son landau. En 1950, la famille, agrandie, s’installe au Havre, ravagé par la guerre, où son père est nommé directeur du contrôle sanitaire aux frontières. Après sa scolarité au lycée François-1er, Georges rejoint la faculté de sciences économiques de Rouen. Il y découvre le militantisme au sein du syndicat étudiant UNEF. De retour au Havre, il devient animateur à la Ligue de l’enseignement et à la Fédération des oeuvres laïques du Havre, avant d’intégrer la Maison de la culture en 1970.

 D’abord administrateur puis directeur adjoint, il en prend la tête en décembre 1974. En vue de porter le projet d’Oscar Niemeyer, son profil de gestionnaire et d’homme de gauche – il fut adhérent du PCF avant de rendre sa carte, déçu notamment par l’abandon du programme commun – fait consensus entre ses autorités de tutelle, mairie et État. Sa « ténacité », son « humanisme », son « professionnalisme extrême », salués par ses amis, ont raison des multiples embûches. Face à l’État giscardien, renâclant à financer le chantier pourtant prévu au titre des dommages de guerre, il remue ciel et terre, parcourt marchés et usines pour faire remonter à Paris une pétition citoyenne signée par 12 000 Havrais. « Remarquable pour une cité ouvrière », pointe Sylvie Barot, ancienne directrice des archives municipales. Le projet culturel s’avère à la hauteur du lieu. Partisan d’une émancipation par la culture, Georges Rosevègue jette des ponts vers le monde ouvrier en se rapprochant des comités d’entreprises. Et fait du nouveau site une pépinière bouillonnante adaptée aux créateurs internationaux et artistes locaux.

 Il poursuit sa carrière à Paris à partir de 1985. D’abord au sein de la mission interministérielle des grandes opérations d’architecture et d’urbanisme – les « grands travaux » de François Mitterrand – puis au centre national Georges-Pompidou pendant plus de dix ans. Son dernier poste le conduit au ministère de la Culture, où il fut, jusqu’à sa retraite en 2006, chargé du monde du travail, de l’intégration et de la lutte contre les discriminations.

 GILLES TRIOLIER (Le Monde)

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Roger Waters en 4 événements ou l’âme de Pink Floyd – 10mn chronique- sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH.
Ce matin, dans le sillage de la fête de la musique, je vous propose une chronique…musicale. Préparée grâce à la collaboration entière et précieuse de Patrick Ducher, chroniqueur pour le site culturel Ciné-art-scene. Roger Waters, le bassiste et chanteur de Pink Floyd, l’âme de ce fameux groupe anglais de 1967 à 1985, était en France
Félicie Faizand de Maupeou au PURH Claude Monet et l’exposition Une stratégie de carrière à l’avènement du marché de l’art Confrontant l’échelle monographique à l’étude du contexte plus global de transformation des mondes de l’art au tournant entre le XIXe et le XXe siècle, l’auteur met en lumière la stratégie d’exposition que Monet déploie tout au long de
Cette association absorbera les deux structures régionales du livre normandes, l’ARL et le CRL, et constituera la nouvelle agence normande du livre.  Normandie Livre & Lecture est la nouvelle agence de coopération des métiers du livre en Normandie, à compter du 1er janvier 2018. L’association Normandie Livre & Lecture a pour objectif de promouvoir le
Viva Culture ! sur Ouest Track Radio.  La Rubrique des spectateurs, une année de radio à podcaster…
2017 14 mai 2017, Dick Anegarn au Tetris, un concert qui twiste ! 28 mai, Olivier Saladin et l’art populaire, 6ème Grande Conversation MCH. 11 juin, Sonia Anton raconte Le Havre, Le Galet et la crevette. 25 juin, la fête de la musique et les festivals d’été. 9 juillet, Lire à la plage à Yport avec
LES ENTRETIENS DE VIVACULTURE sur OUEST TRACK. COM : écoutez les en podcast !
11 MARS l’artiste plasticienne Claire Lise Chobelet 25 MARS  Hélène Emery, Théâtre du Passage à Fécamp 8 AVRIL l’artiste Hélène Delprat au Musée des Beaux Arts de Caen 22 AVRIL la médiation entre artistes et publics Martine Sabatier du Transfo 6 MAI Samir de la bouquinerie, café littéraire Les Yeux d’Elsa 20 MAI le peintre
Retour à Reims
Retour à Reims.   Didier Eribon a écrit « Retour à Reims » en 2009. C’est à la fois un récit très personnel et une analyse politique et sociologique.  Il raconte dans ce livre son retour dans sa ville natale après des années de rupture et d’exil, retour qu’il n’a pu envisager qu’après la mort de son

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...