« Le Plaisir de l’amour », de Robert Poudérou
Il est des plaisirs qui traversent les siècles. Celui de l’amour symbolise absolument cette pérennité.
Amou Tati dans « La dame de fer »
Non, il ne s’agit pas de la Dame de fer qui présida naguère aux destinées de L’Angleterre. Dès que l’actrice apparaît, on devine aussitôt que l’on va être subjugué par une Afrique enchantée pour reprendre le titre d’une célèbre émission.
« Maghrébien que mal, le Cyrano de Berbérac »
On avait tant aimé naguère Une étoile dans l’œil de mon frère et Bouzlouf qui furent programmés dans le cadre du festival terres d’auteurs. Moussa Lebkiri y disait, avec une délicieuse fraîcheur, ses enfances algériennes et son arrivée dans l’ancienne Métropole, avec les malices des petites bandes et le désarroi des mamans apprenant le français dans des stages de langue et de tricot appliqués.
« Molly la nuit », par Chloé Chevalier, mise en scène par Pascal Papini
Finalement pourquoi vais-je au théâtre ? Parfois c’est pour écouter un texte.

Recherche

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...