“La France a inventé un Etat culturel, mais ce modèle vacille.”

Michel Guerrin dans Le Monde pose le problème :

« Public-privé : quelle politique culturelle pour demain ? » Les échanges peuvent faire des étincelles, car c’est un des enjeux pour la création, les créateurs, le public. La France a inventé un Etat culturel, mais ce modèle vacille. Parce que l’argent privé occupe depuis dix ans une place comme il n’en a jamais eu auparavant. Dans ce secteur. Pour le meilleur disent certains, le pire craignent d’autres. Résumons l’évolution.

Longtemps, la règle fut du mécénat discret. (…) Les choses changent il y a une quinzaine d’années, quand les pouvoirs publics, par manque d’argent, incitent les musées, monuments ou salles de concerts à augmenter leurs ressources propres – billetterie, mécénat, produits dérivés, location d’espaces, etc. Au même moment, en 2003, le ministre Jean-Jacques Aillagon fait voter une loi qui encourage le mécénat : entreprises et particuliers peuvent déduire de leurs impôts autour de 60 % du montant de leurs dons. Résultat ? La loi Aillagon libère les dons, les ressources propres des grosses institutions passent de 20 % à 50 % et plus. En 2007, Vinci offre 12 millions d’euros pour restaurer la galerie des Glaces, à Versailles. Tout un symbole.(…)

La dernière étape voit des entreprises, souvent actives dans le luxe et l’art, créer leur propre fondation culturelle dans des bâtiments flamboyants ouverts au public. (…)

Cette offensive du privé est stimulante pour un Etat culturel qui manque de moyens et qui a pu s’ériger en patron du goût. Mais elle pose question. Déjà le privé voit bien que l’Etat souffre, et il en profite pour être plus intrusif. S’immisce dans les programmations de centres d’art ou musées en échange d’argent. Au début des années 2000, Total voulait financer la rénovation de la salle de La Joconde, au Louvre, et lui donner son nom. Le musée a dit oui, le ministère de la culture a refusé. (…)

L’autre question est liée aux fondations : l’argent qu’elles consacrent à leurs expositions ou spectacles, elles ne le donnent plus aux autres. Du reste le mécénat est en chute libre – 975 millions d’euros en 2007, 500 millions aujourd’hui. Bercy considère surtout que les fondations et le mécénat, par le biais de la défiscalisation, sont de l’argent public perdu.

Que cet argent ne sert pas vraiment à la culture, mais qu’il est le moyen pour des marques de se faire de la pub tout en se soustrayant à l’impôt. Pas d’accord, ont répondu nos responsables politiques, de gauche comme de droite.(…)

Autre question : public et privé jouent de plus en plus sur le même terrain. On va le voir à partir du 22 octobre quand Vuitton exposera cent trente tableaux de la mythique collection Chtchoukine – Monet, Cézanne, Gauguin, Matisse, Picasso, Degas, Renoir, Van Gogh – loués à deux musées russes. Un événement considérable, qui pourrait détourner les visiteurs des musées parisiens et les fragiliser un peu plus. (…)

Ce qui compte, dira-t- on, c’est que ces tableaux magnifiques viennent en France. Sauf que les entreprises du luxe ont des intérêts stratégiques qui peuvent diverger des missions de service public de l’Etat. Et qu’il faut en peser les conséquences.(…)

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/festival/article/2016/09/07/l-argent-prive-menace-t-il-notre-modele-culturel_4994093_4415198.html#oisXDdA6uEC4RMFp.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
7eme grande conversation – Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues, la ville transformée Le vendredi 13 avril prochain, l’association MCH recevra François Delaroziere, directeur artistique de la Cie la Machine. Il aura carte blanche, à la bibliothèque Oscar Niemeyer, à 18h 30. L’entrée sera libre. Il parlera de sa démarche, de sa collaboration avec les artistes, les techniciens et les décorateurs qui
10 MN CHRONIQUE – VIVACULTURE – sur Ouest Track.com, le dimanche à 11h
A retrouver sur notre site www.asso-maisondelaculture.fr dans Actualités / Rubrique des spectateurs 2017 14 mai : Une ville qui fait rêver le monde, exposition Los Angeles, à Lyon 28 mai : histoires de musées 11 juin : faire la fête, les 500 ans du Havre 25 juin : Une série culte : Le prisonnier. 09
Razzia, un film de Nabil Ayouch  Ou l’art de se tromper de colère.  1982. Un instituteur renonce à ce qui fait sa joie : enseigner aux enfants la beauté du monde. L’arabisation forcée exerce sa violence religieuse jusque dans ces superbes montagnes reculées de l’Atlas marocain, et les écoliers kabyles, magnifiquement filmés, n’y comprennent plus rien.
Apéro des spectateurs du 20 mars 2018 au Monte-Cristo
C’était un petit apéro de printemps mardi, agréable et sympathique. Comme on n’était que 4 (Isabelle, Liliane, Sylvette et moi) on a pris le temps de bavarder. Sylvette était curieuse de savoir ce qu’on avait pensé de sa soirée aux Yeux d’Elsa consacrée au Printemps des poètes. Liliane qui aime beaucoup cet endroit pour l’ambiance
7eme Grande conversation  -Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues – La ville transformée Carte blanche à François Delaroziere L’association MCH – Maison de la Culture du Havre, invite François Delaroziere, le vendredi 13 avril 2018, à 18h30, à la Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre, pour la 7e édition de la Grande Conversation. François Delaroziere, pendant son compagnonnage avec le Royal
PETIT RESUME DE L’ APERO DES SPECTATEURS DU 20/2/2018
Une pièce de théâtre : « Love and money » (THV : théâtre de l’Impossible)  Bien jouée ; pièce intéressante et mise en scène plaisante. Mais certaines personnes ont trouvé que les différentes phases de la pièce donnaient un aspect décousu et longuet, parfois. En fait, la pièce était conçue comme une  série de sketchs sur un même thème. Personnellement,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...