Florence Caillon, invitée à la Grande conversation du 11juin, au Volcan

19 mai, quelques heures avant la représentation de Passion simple, au Volcan. Rencontre avec Florence Caillon, auteur, chorégraphe, circassienne, compositeur. Cie l’Eolienne.

Ill. >art. FL. Caillon
Nous nous sommes donné rendez-vous devant l’entrée du Volcan, afin d’organiser sa venue à la Grande conversation de la MCH, le 11 juin, au Fitz du Volcan : Texte en scène. Florence Caillon arrive souriante et chaleureuse. Dans ce lieu un peu obscur et abandonné à cette heure de la journée, 16H30, nous décidons ensemble d’aller à l’extérieur prendre un café.
Ce soir, ce sera la première représentation de son spectacle au Havre : Passion simple . Elle est venue pour y apporter les réglages nécessaires et je suis heureuse qu’elle me consacre une heure d’entretien.
Assises à la terrasse d’un café de l’autre côté de la place, Florence Caillon, en femme pragmatique, me demande qui participera avec elle à cette rencontre de juin. Puis elle m’interroge sur ce qu’est la MCH. Je lui explique comment nous est venue l’idée du thème de cette Grande conversation, sujet qui n’est pas neuf mais dont le déclencheur a été le spectacle de Castellucci, Go down, Moses. Pour certains spectateurs était-ce du théâtre ? Sans, ou, à peu près sans texte ? Florence Caillon n’a pas vu ce spectacle et me demande de le lui raconter. Si j’étais devant un jury, il est certain que je n’aurais pas de médaille. Comment « raconter » un spectacle de Castellucci ? Le décrire ? Impossible, il y a là trop d’images, d’effets sonores, de troubles et de sensations. Elle me demande finalement ce que, moi, j’en ai ressenti… Quand j’ajoute que des spectateurs ont dit n’avoir pas saisi l’objet de ce spectacle, elle répond :  « Dans ce cas, c’est qu’il était raté. » A ce moment, je me dis qu’elle fait allusion, sans forcément en avoir conscience, à ses propres créations, dans lesquelles elle s’implique totalement, et pour lesquelles elle souhaite conquérir non pas un certain public, mais tout son public.
Elle me parle d’un spectacle antérieur qui manifestement lui a donné un énorme travail, de recherches, de réflexion, d’élaboration et qu’elle porte encore en elle avec beaucoup de conviction. Le titre : Iceberg, où il s’agit de plutôt parler de la partie cachée de l’iceberg que sont les affaires liées à la délinquance financière. Sujet sensible élaboré avec Denis Robert, mais aussi spectacle où se bousculent les codes du théâtre, de la danse, du cirque, utilisant un texte off, la video… Florence Caillon regrette qu’il soit si difficile de trouver un directeur de théâtre qui prenne le risque de programmer un spectacle qui rassemble tant de genres artistiques différents. Et malgré le succès évident qu’il a remporté, on sent qu’elle n’en a pas fini avec cette expérience.
Je pose enfin la question qui m’a amenée à souhaiter rencontrer Florence Caillon et à lui proposer de venir à notre Grande conversation. Il s’agit du spectacle qui sera donné deux fois, le 19 et le 20 mai, au Volcan, Passion simple, d’après le livre d’Annie Ernaux. Pourquoi ce texte, sachant qu’il est repris sur scène quasiment in extenso, dit par une voix off ? La réponse est instantanée : précisément à cause de la passion. Florence Caillon est intriguée et attirée par cette idée de passion, par le mystère de toute passion.
Je ne suis pas vraiment étonnée, je ressens chez mon interlocutrice quelque chose de déterminé qui n’est pas loin de la passion.

Le 11 juin, au Fitz du Volcan, elle sera en compagnie de Joseph Danan, auteur dramatique ; Luc Boucris, chercheur arts du spectacle ; Marie-Hélène Garnier, metteure en scène, et le public, pour parler du texte dans le théâtre contemporain : texte en scène.

A suivre : Passion simple, le spectacle.

Catherine Désormière

       

A propos de l'auteur

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,
Thelma recherche Louise désespérément…au Bastringue.
Le choix du titre fait référence à deux  film,  Thelma et Louise de  Ridley Scott (1991)et Recherche Suzanne désespérément de Suzanne Seidelman (1985). Les deux
Dom Juan au 21ème siècle
DOM JUAN, Myriam Muller / Théâtre de Caen, janvier 2017 Myriam Muller, metteure en scène luxembourgeoise, n’a pas froid aux yeux : elle prend le chef d’œuvre

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...