La fiction nous shoote aux endorphines !

Que ce soit au cinéma, au théâtre, dans les ­livres, voire dans les journaux, nous sommes prêts à payer pour que l’on nous ­raconte des histoires. (…)

Présente dans toutes les cultures, la fiction est un élément important de nos vies, qui nous permet de nous en évader ou de nous sentir appartenir à une communauté (comme, par exemple, la Confrérie de ceux qui se battent pour être moins de douze à avoir compris le dernier Godard). Mais la fiction a-t-elle aussi une fonction… biologique ?

La question n’est pas si saugrenue. On sait que le rire – provoqué, mettons, par la comédie – libère dans le cerveau des endorphines, neurotransmetteurs qui ont des vertus analgésiques et provoquent un sentiment de bien-être. Les films et les pièces ­comiques peuvent donc faire physiquement du bien.

Mais pourquoi aimons-nous aussi les drames et les tragédies qui nous font pleurer comme des Madeleine ? Les endorphines sont-elles là aussi de la partie ? C’est la question que se sont posée des chercheurs de l’université d’Oxford (Royaume-Uni) dans une étude publiée le 21 septembre par la revue Royal Society Open Science.

Pour y répondre, cette équipe a organisé une petite expérience pleine de drame, de larmes et de douleur – (…) Avant et après la vision d’un téléfilm tragique, les participants devaient répondre à un questionnaire sur leurs émotions et passer un test de résistance à la douleur, afin de mesurer s’il y avait eu libération des analgésiques endorphines à la vision du film. (…)

Le test consistait juste à se mettre assis contre un mur, mais sans chaise. Et à tenir le plus longtemps possible dans cette position vite insupportable. On a connu des expériences scientifiques plus féroces, les traditions se perdent. Un groupe témoin suivait le même protocole, mais, à la place du drame, regardait deux documentaires sans pathos, pour la même durée de quatre-vingt-dix minutes.

Ceux qui ont larmoyé sur l’existence du pauvre Stuart avaient certes le moral dans les socquettes mais une résistance à la douleur en nette augmentation, preuve, selon les chercheurs, que les endorphines étaient passées par là. A contrario, on enregistrait, chez les membres de l’échantillon de contrôle, un léger coup de mou émotionnel (sans doute dû à l’ennui) qui n’était en revanche accompagné d’aucune amélioration des performances à l’épreuve de la chaise sans chaise.

Pour les auteurs de l’étude, il est donc probable que nous aimions aussi toutes les fictions – qu’elles nous fassent rire ou pleurer – pour leur capacité à nous « shooter » aux endorphines. On comprend enfin pourquoi certains lisent Marc Levy.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/10/10/la-fiction-ca-fait-du-bien_5011335_1650684.html#D8lfTkV1tukMjUwe.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Eau et pluie – 10mn chronique, sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH 
Active poetry, Ewa Partum, détail Vous rappelez-vous vos années de CE2 et ce petit schéma représentant le cycle de l’eau ? Personnellement, j’en ai gardé un
Vents et ouragans – 10mn chronique, sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH
   Cette année, la 14eme Biennale de Lyon a pour titre : Mondes flottants . Elle y évoque, grâce à l’ensemble des artistes invités, une conception de
La mer et ses images
L’homme et la mer Homme libre, toujours tu chériras la mer !La mer est ton miroir ; tu contemples ton âmeDans le déroulement infini de sa
La vraie vie est au présent.
Gérard Mordillat et Odile Conseil ont déjà gagné leur pari : l’affluence des spectateurs à l’ouverture du Festival Ciné-salé, mercredi 18 octobre,  a permis au film
Claude Monet, collectionneur –  10mn chronique, sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH.
  Claude Monet à Giverny Claude Monet a eu les honneurs du Havre, du 10 septembre au 8 octobre au MuMa. Comme si un trésor revenait sous
« Chambre noire », compagnie Plexus Polaire
Dans cette chambre noire Valérie Jean Solanas est en train de mourir sous nos yeux, allongée sur un lit très nu éclairé de néons roses.

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...