Festival du cinéma américain de Deauville 44ème édition

 Le Grand prix du jury du festival du cinéma américain de Deauville a été attribué ce samedi 8 septembre à Jim Cummings, 31 ans, réalisateur et acteur principal de son premier film, « Thunder Road », ode à la sensibilité masculine, a annoncé Sandrine Kiberlain.

La présidente du jury a salué « un film insolite et si inventif, écrit, joué et réalisé par un jeune homme à part (…), un film qui a le mérite de ne ressembler à aucun autre ». 

Le film a été projeté au Sirius au Havre, en présence du réalisateur.

US actor and director Jim Cummings celebrates after winning the Grand Prize as part of the 44th Deauville US Film Festival, in Deauville, north western France, on September 8, 2018.
/ AFP PHOTO / CHARLY TRIBALLEAU

 

Depuis sa création en 1975, le Festival du Cinéma Américain de Deauville met en avant la diversité du cinéma américain, des grandes productions hollywoodiennes aux films indépendants, et ne cesse de découvrir de nouveaux talents. Organisé chaque année par Le Public Système Cinéma et le Centre International de Deauville, plus d’une soixantaine de films sont présentés au public sur trois sites : le Centre International de Deauville, le Casino Lucien Barrière de Deauville et le Cinéma le Morny. Le Festival est un événement ouvert à tous, professionnels ou passionnés de cinéma. Rejoignez-nous du vendredi 31 août au dimanche 9 septembre 2018.
Suivez l’actualité sur Facebook et Twitter@DeauvilleUS #Deauville2018.

Hommage à Morgan Freeman.

TELERAMA

Rappelez-vous, c’est cyclique : on prédit régulièrement la mort des « blockbusters », la lassitude du public face aux exploits répétés des super-héros Marvel, à qui il arrive désormais de s’entasser en nombre dans un seul et même film, et puis ça repart. L’été américain 2017, ce baromètre mondial de l’entertainment, avait inquiété les observateurs – et les patrons de studios. Tous s’interrogeaient sur l’obsolescence possible d’un modèle de plus en plus onéreux, et donc de plus en plus risqué.(…)

Côté cinéma indépendant, en revanche, il « ne s’est jamais mieux porté, lance Eric Kohn, journaliste du très influent site américain Indiewire. Bien sûr, les succès en salles sont rares, mais le marché s’est tellement fragmenté qu’il y en a désormais pour tous les goûts. » A vérifier lors du 44e Festival du cinéma américain de Deauville, qui débute ce vendredi et qui s’achèvera le 9 septembre.

       

Ajouter un commentaire

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...