FESTIVAL d’Avignon, l’édito d’Olivier Py

Singularités

Pour le monde financier, économique et politique, il n’y a plus qu’un seul message : « Pas d’alternative ». Pas d’alternative semble le mot d’ordre de notre temps, la définition même du pragmatisme politique. Pas d’alternative. La croissance seule apporte le mieux vivre.

La non-redistribution des richesses est un mal nécessaire. L’économie seule a droit de vision et les chiffres ont définitivement remplacé les lettres. Cette soi-disant absence d’alternative a pour elle la violence des preuves et la brutalité du quantitatif. Après l’effroyable crise financière de 2008, la dérégularisation, l’évasion fiscale, la privatisation du travail et l’irrationalité des spéculations financières ont repris comme jamais et souvent avec la complicité des banques centrales et des gouvernements.

Tout bien considéré, il n’y a pas d’autre alternative à l’économie de marché si nous devons envisager cette alternative seulement dans les formulations de l’économie de marché elle-même.

Le remplacement progressif des forces politiques par les forces financières s’opère toujours comme inéluctable. Inéluctable donc comme l’était la monarchie de droit de divin. Et pourtant, nous ne pouvons nous contenter de cette inéluctabilité si utile pour les quelques minorités richissimes qui décident de l’avenir du monde.

C’est à notre tour de dire qu’il n’y a pas d’autre alternative que la culture et l’éducation. Et tant pis si cela a été trop souvent dit. Tant pis si cela a été crié dans le désert encore et encore, tant pis si une minorité le dit à une autre minorité qui l’entend. Il n’y a pas d’autre alternative que de considérer le problème sous la lumière d’un autre désir.

Non l’art ne peut servir seulement de consolation au tout libéral, ni de supplément d’âme à des défiscalisations, ni d’arrangement élégant et luxueux avec notre impuissance. L’art est ce qui précisément maintient ouvert les possibles quand tout semble impossible et que les puissances proclament cette impossibilité pour affermir leur pouvoir.

Il y a des alternatives au syllogisme qui veut que le monde libéral n’ait pour remède qu’un monde encore plus libéral. Il nous faut changer de point de vue, prendre une hauteur de champ et surtout commencer à nous battre non pour notre victoire mais pour celle des générations qui viennent. à ceux qui, à défaut de croire en l’Histoire, croient encore en l’avenir, c’est l’art qui permet de dépasser le désespoir de la lucidité et d’atteindre à la fraîcheur de l’espoir.

Pourtant comme on se sent seul parfois et désemparé et désarmé ! Comment trouver la force de ce changement énergétique et spirituel qui nous ferait désirer la connaissance plus que la possession, l’éblouissement plus que la prédation, la rencontre de l’autre plus que l’achat de technologie inutile ? C’est de là que viendront les alternatives à un mode de vie qui détruit le sens autant que la planète.

On a longtemps pensé qu’un homme seul ne pouvait subvertir la violence du monde et que seule une organisation politique capable d’assurer la convergence des luttes et de construire une masse révoltée était à même de le changer. Pourtant une nouvelle génération croit bien plus à la singularité qu’à l’agglomérat. La singularité est le nom que donnent les physiciens au centre tout-puissant des trous noirs, origine d’une énergie inconnue mais si forte qu’elle pourrait arrêter le temps. Parfaite définition de l’art : une singularité qui concentre tant d’énergie positive qu’elle peut courber le temps et arrêter l’héritage du malheur. C’est ce qui advient au cours de ce mystère de la représentation hors temps. Communauté convergente vers le centre du sens et réouverture de toutes les alternatives politiques. C’est en cela que l’art de la scène est une transcendance, non parce qu’il nous demande de célébrer la puissance d’un dieu mais parce qu’il nous rappelle qu’il y a dans le collectif une somme de singularités qui si elles s’accordent peuvent véritablement changer le cours du temps. Le collectif est une transcendance en soi et écouter son silence dans le noir de la salle nous permet d’en renouveler l’expérience.

Nous avons l’espoir d’un changement de genre politique qui n’assigne plus notre devenir à la nécessité économique et aux dieux obscurs de la finance. Nous apprenons à désirer autre chose pour que les générations à venir conservent l’ivresse du possible.

Olivier Py

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Portrait fragmenté
George Sand, Aurore Dupin, fragments d’intimité Isabelle Krauss est George Sand. On connait la romancière auteure de plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’oeuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. Aurore Dupin est devenue George Sand. A une époque où les femmes étaient sous la tutelle d’un
L’Histoire en chansons
Chat noir Ces comédiens, chanteurs, danseurs sont alertes, vifs, souvent drôles. Ils ont étudié précisément les documents, et composent une reconstitution historique. Ils nous invitent à pousser la porte d’un cabaret mythique Le Chat noir ouvert par Rodolphe Salis entre 1882 et 1897. Le créateur applique une nouvelle formule avec poètes, musiciens, chansonniers, peintres. Fantaisie,
Dieu est un chômeur de plus
Le CV de Dieu Le choix des comédiens est capital. C’est une lapalissade, mais si Dieu n’était pas interprété par JF. Balmer, la pièce de Jean-Louis Fournier n’aurait pas la même saveur.  On l’a vu au cinéma, à la télévision, au théâtre. Il a joué Louis XVI, Richard Wagner, Henry IV, Racine, Malesherbes, Georges Pompidou…C’est
Le comédien est un boxeur
L’effort d’être spectateur Pendant un long moment Pierre Notte a des gants de boxe : une sorte de Prométéo à la Rodrigo Garcia, mis en scène par François Berreur,  vu au Volcan, au Havre, il y a plusieurs années. Prométéo, le Titan qui a donné l’art aux hommes  : « Comme le boxeur, qui se relève
L’homme qui a des amis n’est pas un raté
La vie est belle On pourrait s’étonner qu’une compagnie adapte au théâtre le film La vie est belle de Franck Capra, avec James Stewart, d’après The greatest Gift, une nouvelle de Philip Van Doren Stern. Ce film d’après-guerre, 1946, est devenu un classique projeté à Noël, adoré par les américains et par les cinéphiles. La
Une rencontre
Une chambre en attendant Son fils est parti « faire le djihad ». Il a 20 ans. Depuis, son père dit qu’il est parti en voyage. Dans une chambre d’hôtel à la frontière turco-syrienne, il attend, son fils l’a appelé pour rentrer. Il est venu et il tourne en rond.               

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...