Exposition “Dada Universal” au Landesmuseum de Zurich, jusqu’au 28 mars.

Dans Le Monde, Philippe Dagen rend hommage au mouvement DADA.

“Le 5 février 1916, le Cabaret Voltaire, Spiegelgasse 1, dans le vieux centre de Zurich, proposait sa première soirée poétique. Il ne tint que six mois. « Tumulte et l’avalanche ¬solaire », écrit Tristan Tzara dans Chronique zurichoise 1915-1919. Il était l’un des protagonistes de ces spectacles burlesques et imprévisibles qui finissaient souvent dans les cris et les protestations. Avec lui, il y avait Hugo Ball, Emmy Hennings, Hans Arp, Marcel Janco, Richard Huelsenbeck, Hans Richter. Ils ont inventé et nommé Dada, il y a cent ans.”

Zurich : depuis le 5 février, « Dada Universal » au Musée national suisse et ¬ « Dadaglobe Reconstructed » au Kunsthaus ; une rétrospective Francis Picabia dans ce même musée à partir de juin, qui ira ensuite au ¬Museum of Modern Art (MoMA) de New York. Et l’exposition « Tristan Tzara, l’homme approximatif », s’est achevée il y a peu à Strasbourg.

“Bernard Blistène note que «  Dada a eu la vie dure. Beaucoup auraient aimé qu’il finisse dans les poubelles de ¬l’histoire. On dit qu’on l’a davantage pris au ¬sérieux aux Etats-Unis que chez nous. Pas étonnant : Dada était en exil et fuyait la ¬milice ! Dada n’a pas collaboré ». Duchamp, Ernst, Breton ou Grosz ont passé la seconde guerre mondiale aux Etats-Unis, Schwitters en Grande-Bretagne et Hausmann caché dans le Limousin.(…)

Dada est toujours suspect aux yeux de ceux qui ne supportent pas qu’il se moque grossièrement des beaux-arts et de la littérature, ceux qui tiennent Duchamp pour un mystificateur et croient que l’art est affaire de beauté et de sublime, peut-être même d’idéal. Cubisme, futurisme et abstraction inventent de nouvelles manières de peindre ou de sculpter. Ils révolutionnent les arts, en renouvellent conceptions et pratiques. Mais ils se situent à l’intérieur du monde de l’art, sans attaquer le principe même de son existence. A l’inverse, « Dada concerne tous les médias, toutes les disciplines, tous les genres sans hiérarchie, rappelle Le Bon. La revue a autant d’importance que le tableau. » Il en a produit, et ce sont eux qui s’exposent ¬pieusement dans les musées, mais ce sont bien moins des « objets d’art » que les traces visibles d’un esprit : « Une attitude face au monde, une posture toujours en alerte, une façon de vivre (ou de survivre) », selon ¬Blistène. Qui poursuit : «  Mobile et trans¬gressif, en perpétuel mouvement et apatride, foncièrement indiscipliné, Dada fait feu de tout bois, de toutes techniques, de tous matériaux. Il invente et ne se satisfait jamais de ce qu’il a trouvé. »« Il n’y a pas de style Dada ou de bréviaire pour les nuls », selon les mots tranchants de Le Bon.(…)

Il y a une autre raison au malaise que le mouvement continue de susciter : le tragique du monde moderne, inscrit en lui de façon ¬indélébile. Dada jaillit de l’horreur et de la rage qui saisissent quelques jeunes femmes et hommes. Sous leurs yeux, la première guerre mondiale assassine leurs ¬contemporains ¬industriellement, méthodiquement et pour rien. Le centième anniversaire de la naissance de Dada en 1916 est aussi celui de la bataille de Verdun – plus de 300 000 morts et de 400 000 blessés en dix mois – et de la bataille de la Somme – près de 450 000 morts en six mois. Or ces carnages n’ont été que les premiers du XXe siècle. « Dada est né dans la terreur de l’histoire et nous a appris à nous en ¬méfier, observe Blistène. Dada est un état de veille. »

Marcel JANCO. Affiche pour le Mouvement DADA (46,8 X 32,2).

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  Smart factory, la fabrique d’œuvres d’art, au Tétris Il resta silencieux pendant un long moment Il se tut pendant un moment Il était
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...