Exposition consacrée à Walter Sickert à Dieppe

Jusqu’au 26 septembre, dans le cadre du festival Normandie impressionniste, le Musée de Dieppe propose une exposition consacrée à Walter Sickert (1860-1942), peintre post-impressionniste anglais, considéré comme l’un des précurseurs de la peinture moderne. Intitulée « Sickert à Dieppe, portraits d’une ville », elle présente une œuvre intimiste (intérêt pour la figure humaine et les portraits), mais aussi locale (monuments et scènes de la vie quotidienne). En effet, cette cité balnéaire l’inspira pendant près de trente ans : « Après avoir déjà fréquenté Dieppe enfant, il y passe, entre 1885 et 1922, une grande partie de sa vie », confie Pierre Ickowicz, conservateur en chef du musée.
sickert
Pourquoi aller à Dieppe, en Seine-Maritime, voir une exposition d’un artiste britannique peu connu en France, nommé Walter Sickert (1860-1942) ? Pour trois raisons. Une : Sickert est l’un des peintres les plus singuliers de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, assez remarquable pour avoir été l’ami de Whistler et de Degas et avoir été collectionné par Bonnard et Signac. Deux : jamais aucune rétrospective ne lui a été consacrée en France, bien qu’il y ait passé la moitié de sa vie et ait même été montré en 1903 à la Biennale de Venise dans la section française. Trois : Dieppe et ses environs ont été ses lieux de prédilection entre 1885 et 1922…

Sickert à Dieppe. Château-musée, rue de Chastes, 76200, Dieppe. Tél. : 02-35-06-61-99. Du mercredi au lundi de 10 heures à 18 heures. Entrée : 4,50 €. Jusqu’au 25 septembre. www.normandie-impressionniste.fr

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2016/09/05/walter-sickert-se-devoile-a-dieppe_4992485_1655012.html#Q30MQ7SSXB6ErIhg.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon
Quoi qu’il entreprenne, Aurélien Bory place son évolution sous le signe des rencontres.
Aurélien Bory, à la tête de la Compagnie 111 depuis 2000, a dégagé un espace spectaculaire inédit entre cirque, danse, musique et théâtre, avec l’obsession de

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...