ENTRETIEN avec Eric Levéel, slameur

Entretien avec Eric Levéel, slameur après la projection du film “Les meilleurs poètes ne gagnent jamais” de Matthieu Simon au Studio, le Havre.

 

Juin 2019
———————————-
Entretien mené par Isabelle Royer, présidente de l’association MCH – Association Maison de la Culture du Havre.

La parole est à tout le monde, peu importe d’où l’on vient, quel que soit son statut social, ses origines ou même son âge. Le documentaire « les meilleurs poètes ne gagnent jamais », nous emmène d’ailleurs à la rencontre de slameurs très différents :
d’un côté, nous retrouvons Marion, une jeune bergère et de l’autre, Erico lignard chez Enedis. Rien ne les prédestinait à se rencontrer, mais ils ont un point commun : la passion de la poésie.

Chacun peut participer à des ateliers d’écriture au sein d’une association, participer à des tournois. Ces concours sont de véritables compétitions mais c’est avant tout un lieu d’échange, il permet de créer des liens.

Selon le réalisateur Matthieu Simon,

Une soirée slam c’est une véritable cérémonie, un univers singulier avec ses codes, ses us et ses coutumes. C’est un petit monde solidaire et bienveillant où tous se connaissent et se côtoient, lors de compétitions qui se déroulent de scène en scène.

Des événements sont organisés dans la région comme les Joutes Poétiques Granvillaises. Organisé par l’association Slam’va bien, cet événement a célébré sa 5ème édition les 10 et 11 novembre 2018. Pendant deux jours, il rassemble une quarantaine de slameurs. Pour Marion, c’est un rendez-vous régulier à ne pas manquer .

Le slam, c’est avant tout un besoin de s’exprimer sous différentes formes : il peut être chanté, parlé, rythmé, mis en scène… Pour Erico, il suffit d’un morceau de papier et d’un crayon. L’inspiration lui vient en étant debout. Il puise son inspiration dans un classique : les contemplations de Victor Hugo.
Les sujets abordés peuvent être liés à des thèmes d’actualité mais ils peuvent aussi être très personnels. Ce sont des textes qui parlent aux gens : ils peuvent être à la fois très intimes et très universels.

« Un jour, je réussis, je grandis, j’arrive à tout. Du coup, je remercie même les soucis. Un jour, je vois que je progresse dans ce qui m’intéresse : chants, musiques, lectures et toutes les variétés d’écriture. Un jour, je sens dans ma tête, que je suis lucide, qu’on me fait la fête, que tout est translucide. Un jour, je me sens léger et vibrant, tout me paraît intéressant. Je monte d’un cran et je trouve les gens touchant. Un jour, je sens moi, je ne sens qu’elle émoi, je ne sais quelle frisson de paradis qui me dit : vivre est une chanson dont mourir est le refrain mais avec un sourire à la fin. »

Grand Corps Malade, un des slameurs les plus connus aujourd’hui trouve son inspiration dans les moments de la vie quotidienne 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/slam-bien-plus-qu-art-poetique-1624139.html

       

Ajouter un commentaire

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...