Du plaisir des échanges entre spectateurs….

La rencontre de l’Apéro des spectateurs du 16 mars au Chat bleu a été passionnante.
 – Nous avons beaucoup parlé de la soirée Reich participative, avec Sylvain Groud, qui a enthousiasmé tout le monde…100 figurants, 5 danseurs, 4 groupes, entrainant les publics (délicatement, même les plus timides !), avec douceur et attention au corps de l’autre… “habitez le mouvement”, “soyez toujours ouvert” étaient les consignes. Découverte de cette musique contemporaine, peu connue, qui peut dérouter ceux qui ne la connaissent pas. Bilan : spectacle joyeux et bouleversant !
Le grand déballage, de Marie-Hélène Garnier : une autre initiative qui implique les publics puisque les comédiens et metteur(e)s en scène ont mis en espace des témoignages de Havrais “ordinaires” (hum !) sur leur ville. On assiste à une sorte de métamorphose du texte, un agrandissement, grâce au travail du comédien, son jeu, sa présence. Beaucoup d’émotion. Véronique G. cite le travail de Pauline Bureau à Fécamp sur l’adolescence à partir d’ateliers d’écritures, offrant un autre regard sur ses textes. La Grande conversation de notre association aura lieu le 11 juin au Fitz à 14h30 : “Le texte en scène”.
Voir aussi Terres de Paroles : Isabelle Monnin : Les gens dans l’enveloppe.
Richard III : les spectateurs ont eu plusieurs mises en scène à comparer, c’est intéressant (Ostermeier, Thomas Jolly). Ici Lambert-wild : certains ont trouvé les voix braillardes donc peu audibles, la langue étant difficile. La traduction, cependant, est jugée poétique et rythmée.
Le parti pris du clown fonctionne bien, on pense à un jeu de cartes, à Pierrot lunaire… les costumes sont signifiants, il y a des trouvailles scénographiques (le fauteuil à ressort, le cheval : harnais, Richard marionnette planante…)
La vision “psychanalytique” est riche : Richard, cruel et obsédé par le pouvoir, cynique, est sous le poids de la parole maternelle (image terrible de la reine immense et noire), manipulé par elle, par ses conseillers aussi, cherche à exister, “consister”, le “clown de lui-même”, parfois pathétique…Comédienne prodigieuse, performance de l’acteur.
Jolly montre un mauvais garçon, un garnement, qui s’amuse, fait des blagues, force les femmes, tue (“oups !” ), c’est différent de Lambert-wild. 
Voir le livre de Catherine Hermary Vieille : Le crépuscule des rois. http://www.livredepoche.com/le-crepuscule-des-rois-tome-1-catherine-hermary-vieille-9782253108320
– On évoque aussi la Table ronde sur la chanson au Tetris (géniale, enrichissante, Christine rayonnante menant bien les débats, chacun des autres aussi, invités compétents, artistes émouvants ou drôles : TB !), Roméo et Juliette de Preljocaj, magnifique, l’exposition à la Bénédictine sur Alexandre Legrand, le film Merci patron, les concerts…
 
RDV aux Gens de mer lundi 18 avril à 18h...
 
 
       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Jean Defrêne, adhérent de notre association, homme politique et militant associatif, est mort
Jean Defrêne,  maire honoraire de Rouelles, membre du Parti Socialiste puis du Parti radical de gauche au Havre, ancien maire de Rouelles et adjoint au
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,
Thelma recherche Louise désespérément…au Bastringue.
Le choix du titre fait référence à deux  film,  Thelma et Louise de  Ridley Scott (1991)et Recherche Suzanne désespérément de Suzanne Seidelman (1985). Les deux

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...