« Où est la diversité au théâtre et au cinéma ? »

Metteur en scène, directeur de la Comédie de Saint-Etienne et de son école supérieure d’art dramatique depuis 2011, Arnaud Meunier a ouvert en 2014 des classes prépa pour jeunes acteurs issus de milieux populaires. Il participera le samedi 17 septembre au Théâtre des Bouffes du Nord, de 14 h 30 à 16 heures au débat « Où est la diversité au théâtre et au cinéma ? » au Monde Festival.

Il est frappant de constater que c’est toujours le sport qui nous permet de refléter la réelle diversité sociale et géographique de notre pays. (…)

La France est un pays métissé, jeune, cosmopolite. C’est une chance et un atout réel dans un monde globalisé qui vit une révolution numérique. La diversité de ses origines et de ses couleurs de peau est évidemment liée à sa longue et douloureuse histoire coloniale ainsi qu’à ses départements et territoires d’outre-mer.
Affirmer que la France est un pays de race blanche, comme on l’entend trop souvent et de plus en plus, est donc non seulement une absurdité mais aussi une erreur historique. Ces visages et corps noirs, arabes ou asiatiques qui sont notre quotidien dans les grandes et moyennes villes françaises sont malheureusement encore globalement absents des scènes de nos théâtres.(…)
En mars 2017, Stéphane Braunschweig mettra en scène Jean-Baptiste Anoumon qui interprétera Sébastien dans Soudain l’été dernier de Tenessee Williams (…)

anoumon2
Là où les Anglo-saxons (que l’on pense à Peter Brook ou Declan Donnellan par exemple) ont pris l’habitude de faire interpréter Hamlet ou le Cid par des acteurs non-blancs ; les metteurs en scène français ont, dans leur grande majorité, continué à assigner une importance dramaturgique à la couleur de peau.
Dès lors les acteurs noirs se retrouvent distribués dans des rôles de noirs, les maghrébins dans des rôles de maghrébins etc… Cela pose évidemment des questions de répertoire et de sous-emploi pour ces comédiens mais bien au-delà, il y a là un problème majeur de représentation de notre communauté nationale. Si l’on veut être indifféremment désignés comme tous français voulant vivre ensemble, la couleur de peau ne doit plus éternellement renvoyer à la figure de l’étranger ou à celle de la pièce rapportée.(…)
 
Cette nécessaire diversité visible sur nos plateaux doit aussi se doubler d’une diversité sociale. Il en va là de la pluralité et de la singularité de nos récits et de nos histoires.(…)
Là encore, il est frappant de constater que les théâtres publics mènent à longueur d’année de nombreuses actions de sensibilisation et d’éducation artistique en direction des quartiers et des associations mais que cela ne se transforme que très rarement dans l’envie de devenir comédien, auteur ou metteur en scène.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/festival/article/2016/09/05/arnaud-meunier-ou-sont-les-visages-noirs-arabes-asiatiques-dans-nos-theatres_4992825_4415198.html#T6i0c5tuh338P6iA.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,
Thelma recherche Louise désespérément…au Bastringue.
Le choix du titre fait référence à deux  film,  Thelma et Louise de  Ridley Scott (1991)et Recherche Suzanne désespérément de Suzanne Seidelman (1985). Les deux
Dom Juan au 21ème siècle
DOM JUAN, Myriam Muller / Théâtre de Caen, janvier 2017 Myriam Muller, metteure en scène luxembourgeoise, n’a pas froid aux yeux : elle prend le chef d’œuvre

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...