« Où est la diversité au théâtre et au cinéma ? »

Metteur en scène, directeur de la Comédie de Saint-Etienne et de son école supérieure d’art dramatique depuis 2011, Arnaud Meunier a ouvert en 2014 des classes prépa pour jeunes acteurs issus de milieux populaires. Il participera le samedi 17 septembre au Théâtre des Bouffes du Nord, de 14 h 30 à 16 heures au débat « Où est la diversité au théâtre et au cinéma ? » au Monde Festival.

Il est frappant de constater que c’est toujours le sport qui nous permet de refléter la réelle diversité sociale et géographique de notre pays. (…)

La France est un pays métissé, jeune, cosmopolite. C’est une chance et un atout réel dans un monde globalisé qui vit une révolution numérique. La diversité de ses origines et de ses couleurs de peau est évidemment liée à sa longue et douloureuse histoire coloniale ainsi qu’à ses départements et territoires d’outre-mer.
Affirmer que la France est un pays de race blanche, comme on l’entend trop souvent et de plus en plus, est donc non seulement une absurdité mais aussi une erreur historique. Ces visages et corps noirs, arabes ou asiatiques qui sont notre quotidien dans les grandes et moyennes villes françaises sont malheureusement encore globalement absents des scènes de nos théâtres.(…)
En mars 2017, Stéphane Braunschweig mettra en scène Jean-Baptiste Anoumon qui interprétera Sébastien dans Soudain l’été dernier de Tenessee Williams (…)

anoumon2
Là où les Anglo-saxons (que l’on pense à Peter Brook ou Declan Donnellan par exemple) ont pris l’habitude de faire interpréter Hamlet ou le Cid par des acteurs non-blancs ; les metteurs en scène français ont, dans leur grande majorité, continué à assigner une importance dramaturgique à la couleur de peau.
Dès lors les acteurs noirs se retrouvent distribués dans des rôles de noirs, les maghrébins dans des rôles de maghrébins etc… Cela pose évidemment des questions de répertoire et de sous-emploi pour ces comédiens mais bien au-delà, il y a là un problème majeur de représentation de notre communauté nationale. Si l’on veut être indifféremment désignés comme tous français voulant vivre ensemble, la couleur de peau ne doit plus éternellement renvoyer à la figure de l’étranger ou à celle de la pièce rapportée.(…)
 
Cette nécessaire diversité visible sur nos plateaux doit aussi se doubler d’une diversité sociale. Il en va là de la pluralité et de la singularité de nos récits et de nos histoires.(…)
Là encore, il est frappant de constater que les théâtres publics mènent à longueur d’année de nombreuses actions de sensibilisation et d’éducation artistique en direction des quartiers et des associations mais que cela ne se transforme que très rarement dans l’envie de devenir comédien, auteur ou metteur en scène.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/festival/article/2016/09/05/arnaud-meunier-ou-sont-les-visages-noirs-arabes-asiatiques-dans-nos-theatres_4992825_4415198.html#T6i0c5tuh338P6iA.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Portrait fragmenté
George Sand, Aurore Dupin, fragments d’intimité Isabelle Krauss est George Sand. On connait la romancière auteure de plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’oeuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. Aurore Dupin est devenue George Sand. A une époque où les femmes étaient sous la tutelle d’un
L’Histoire en chansons
Chat noir Ces comédiens, chanteurs, danseurs sont alertes, vifs, souvent drôles. Ils ont étudié précisément les documents, et composent une reconstitution historique. Ils nous invitent à pousser la porte d’un cabaret mythique Le Chat noir ouvert par Rodolphe Salis entre 1882 et 1897. Le créateur applique une nouvelle formule avec poètes, musiciens, chansonniers, peintres. Fantaisie,
Dieu est un chômeur de plus
Le CV de Dieu Le choix des comédiens est capital. C’est une lapalissade, mais si Dieu n’était pas interprété par JF. Balmer, la pièce de Jean-Louis Fournier n’aurait pas la même saveur.  On l’a vu au cinéma, à la télévision, au théâtre. Il a joué Louis XVI, Richard Wagner, Henry IV, Racine, Malesherbes, Georges Pompidou…C’est
Le comédien est un boxeur
L’effort d’être spectateur Pendant un long moment Pierre Notte a des gants de boxe : une sorte de Prométéo à la Rodrigo Garcia, mis en scène par François Berreur,  vu au Volcan, au Havre, il y a plusieurs années. Prométéo, le Titan qui a donné l’art aux hommes  : « Comme le boxeur, qui se relève
L’homme qui a des amis n’est pas un raté
La vie est belle On pourrait s’étonner qu’une compagnie adapte au théâtre le film La vie est belle de Franck Capra, avec James Stewart, d’après The greatest Gift, une nouvelle de Philip Van Doren Stern. Ce film d’après-guerre, 1946, est devenu un classique projeté à Noël, adoré par les américains et par les cinéphiles. La
Une rencontre
Une chambre en attendant Son fils est parti « faire le djihad ». Il a 20 ans. Depuis, son père dit qu’il est parti en voyage. Dans une chambre d’hôtel à la frontière turco-syrienne, il attend, son fils l’a appelé pour rentrer. Il est venu et il tourne en rond.               

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...