DES SÉRIES et des hommes TOURMENTÉS – 7,8 & 9 DÉCEMBRE 2017

Regards sur quelques personnages masculins marquants : des critiques de l’ A.C.S et des universitaires vous parle­ront de Tony Soprano, du père de fa­mille qui fait son coming out à plus de 60 ans dans Transparent, ou des per­sonnages plus ou moins décalés de Penny Dreadful…

Comment écrire et interpréter un per­sonnage d’homme aujourd’hui ?

Harold Valentin le producteur de 10% dialoguera avec Catherine Winckelmul­ler, agent (Agents associés)

Les scénaristes David Elkaïm et Vincent Poymiro nous parleront des jeunes prêtres d’Ainsi soit-il

Marjolaine Boutet et Fredéric Krivine nous entretiendront de la série Un vil­lage français dont les derniers épi­sodes des 7 saisons seront diffusés en décembre de cette année, Anne Lan­dois dont la nouvelle saison d’Engre­nages est actuellement diffusée par Ca­nal + dialoguera avec Philippe Duclos, l’interprète du Juge Roban.

Le dialogue : L’an dernier nous avions demandé à David Kessler,  ancien conseiller culture medias du Président Hollande, et Edouard Philippe, maire du Havre et conseiller pendant la cam­pagne d‘Alain Juppé de nous parler de la série The West Wing. Cette année verra un dialogue entre Adrienne Fré­jacques responsable éditoriale fiction à Arte et Anne Viau de l’unité fiction de TF1, autour de quelques personnages masculins dans les séries françaises récentes et aussi sur celles en cours d’écriture pour leurs chaînes respec­tives.

La soirée «À chacun son homme» per­mettra à ceux de nos invités des ses­sions précédentes et de cette troisième édition qui le souhaitent de nous pré­senter leur héros préféré en s’appuyant sur un court extrait.

Carole Desbarats , Responsable artistique des rencontres :

Après s’être intéressés aux rapports que les séries en­tretiennent avec les femmes (2015) puis avec les politiques (2016), voici le temps de se tour­ner vers les hommes. Non pas en tant qu’ils représenteraient l’humanité dans son ensemble, mais des hommes, autant dire le masculin, parce que ce genre évolue de manière passion­nante en ce début de XXI° siècle.

Certes, c’est probablement le personnage des Soprano, Tony Soprano, l’inoubliable James Gandolfini qui a ouvert le bal : quand avions-nous vu un dur de la mafia, qui tue de ses propres mains dès l’épi­sode 5 de la saison 1,  avoir des états d’âme, des attaques de panique le contraignant à consulter une psychanalyste ?

Dans le cinéma classique, les grands gangsters souffraient de névroses (que l’on pense à James Cagney dans L’Enfer est à lui de Raoul Walsh en 1949), mais le diagnostic était posé hors narration, par le specta­teur et non par un héros qui accepterait ses faiblesses…

Depuis une quinzaine d’années, le traitement des personnages masculins a considérablement évolué, et ce, pour plusieurs raisons. D’une part, la société elle même bouge sur ce sujet,  de l’autre, les chaînes câblées américaines -et en particu­lier HBO- ont fait preuve de moins de puritanisme que les grands networks soumis aux diktats de la publicité. A leur tour, les chaînes européennes ont suivi le mouvement.

Du coup, de plus en plus de jeunes hommes -mais aussi de femmes- scéna­ristes, showrunneur, réalisa­teurs, s’attachent à les dé­crire, avec autant d’exigence que, souvent, de tendresse.

Ce troisième volet de « des séries et… » vient donc en contrepoint du premier qui, en 2015, s’était intéressé à ces femmes qui, à l’écriture, ou dans la conception même de la narration nous avaient donné à réfléchir sur une  nouvelle complexité dans la représentation du sexe que l’on ne dit plus « faible ».

Cette fois, nous nous tourne­rons vers ces personnages masculins qui composent avec leur fragilité, -ou pas-, qui pactisent avec la virilité que la société attend d’eux, bref avec ces hommes que le critique américain Brett Mar­tin qualifie de «tourmentés», qu’ils soient pères de famille, agents secrets, prêtres  ou juges…voire, pourquoi pas, pro­ducteur, scénariste, acteur…

En deux jours, grâce à l’inter­vention d’universitaires havrais ou rouennais, à celle de cri­tiques de l’ACS (Association des critiques de séries) et celle des professionnels de la télévision (Arte- TF1, Canal+), et avec ces hommes et des femmes qui imaginent, tournent,  interprètent ces per­sonnages, nous essaierons de vous proposer quelques aperçus de ces changements.

jeudi 7 décembre 2017

18H30 «La mauvaise éduca­tion» de Pédro Almodovar

20H30 «Des Hommes et des Dieux» de Xavier Beauvois en présence du comédien Phi­lippe Laudenbach.

Tarif unique : 5,50 € par séance.

Cinéma Le Studio

A l’initiative de Ginet Dislaire et Carole Desbarats un groupe composé d’enseignants, - du lycée à l’université-, de lycéens, de médiathécaires, d’exploitants de salle, de critiques de séries… va se réunir le jeudi 7 après-midi pour réfléchir ensemble à cette question :

«Quelle place pour les séries dans les études ?». Cette réunion n’est pas publique.

Si, pour paraphraser Clausewicz, les séries sont bien la continua­tion du cinéma par d’autres moyens, il est important de lier ces deux formes d’art, c’est ce que cette soirée dans une salle d’Art et Essai, le Studio, va nous permettre grâce à la projection de deux films (Ouvert à tous).

vendredi 8 décembre

10h : Présentation des journées par Ginet Dislaire, présidente de Havre de cinéma et Carole Desbarats, Responsable artistique des rencontres

10h15 : Conférence introductive aux journées : «Un homme, ça ne pleure pas !» par Carole Desbarats

11 h : «Les Soprano ou la mauvaise éducation» par Ann Lys Bour­gognon (Université du Havre)

14 h : «De Wallander à Occupied, des hommes -scandinaves- à contre-temps» par Pierre Serisier (Le monde des séries)

wallander

15h : «The Leftovers : Kevin Garney : apprendre à mourir pour ap­prendre à aimer et vice-versa» par Thibaut de Saint Maurice (cri­tique à Grand bien vous fasse!, France Inter)

16h : «Transparent, le rejet d’une certaine masculinité ?» par Jessica Thrasher (Université du Havre)

17h : «Penny Dreadful : tourments et dédoublements : du docteur Jekyll au Docteur Frankenstein, du vampire au loup-garou» par Flo­rence Cabaret (Université de Rouen, GUEST et ERIAC)

19 h 30 : Rencontre autour de 10%, avec son producteur, Harold Valentin et Catherine Winckelmuller, agent artistique (Agents asso­ciés). Diffusion de deux épisodes.

samedi 9 décembre 2017

Bibliothèque Oscar Niemeyer

Entrée libre

10h : Autour des jeunes prêtres de Ainsi soit-il avec les deux scéna­ristes David Elkaïm et Vincent Poymiro. Diffusion d’un épisode.

11h30 : Dialogue avec Adrienne Frejacques et Anne  Viau, toutes deux responsables des fictions (séries) au sein de leur chaîne : «Quelle évolution pour les personnages masculins des séries ré­centes d’Arte et de TF1?»

14h30 : Autour de Un village français avec le scénariste Frédéric Krivine et Marjolaine Boutet, auteure de la monographie consacrée à cette série (Editions La Martinière) . Diffusion d’un épisode.

16h30 : Pause

17h : Autour d’Engrenages. Saison 6 avec la showrunneur Anne Lan­dois et le comédien Philippe Duclos. Diffusion d’un épisode.

18h45 : Le mot du parrain de cette édition, David Kessler, directeur général d’Orange Studio

20h : Ouverture de la soirée par Monsieur Luc Lemonnier, Maire du Havre, Président de la CODAH. «À chacun son homme !» : Nos invités présentent chacun un court extrait mettant en scène leur personnage de série préféré, un homme, un vrai !

DES SÉRIES et des hommes TOURMENTÉS

 

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Eau et pluie – 10mn chronique, sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH 
Active poetry, Ewa Partum, détail Vous rappelez-vous vos années de CE2 et ce petit schéma représentant le cycle de l’eau ? Personnellement, j’en ai gardé un
Vents et ouragans – 10mn chronique, sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH
   Cette année, la 14eme Biennale de Lyon a pour titre : Mondes flottants . Elle y évoque, grâce à l’ensemble des artistes invités, une conception de
La mer et ses images
L’homme et la mer Homme libre, toujours tu chériras la mer !La mer est ton miroir ; tu contemples ton âmeDans le déroulement infini de sa
La vraie vie est au présent.
Gérard Mordillat et Odile Conseil ont déjà gagné leur pari : l’affluence des spectateurs à l’ouverture du Festival Ciné-salé, mercredi 18 octobre,  a permis au film
Claude Monet, collectionneur –  10mn chronique, sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH.
  Claude Monet à Giverny Claude Monet a eu les honneurs du Havre, du 10 septembre au 8 octobre au MuMa. Comme si un trésor revenait sous
« Chambre noire », compagnie Plexus Polaire
Dans cette chambre noire Valérie Jean Solanas est en train de mourir sous nos yeux, allongée sur un lit très nu éclairé de néons roses.

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...