Des milliers de jeunes, contre vents et marées, tentent d’embrasser la vie d’artiste.

(..) Les écoles d’art constituent un cadre protégé, propice à la construction d’une identité professionnelle.
 
Salon des formations artistiques, organisé par Le Monde et Télérama, qui se tiendra les 3 et 4 décembre à Paris : conférences et  ateliers, et  rencontres des responsables et des étudiants des nombreuses écoles représentées. Entrée gratuite, préinscription recommandée.
 

L’école se méfie de l’art et se défie des artistes. Minorés au collège, quasiment inexistants au lycée, les enseignements artistiques sont le parent pauvre des programmes scolaires, qui évitent le plus souvent de laisser les jeunes goûter aux plaisirs vénéneux et addictifs de la création, excepté en arts plastiques, où l’on met encore la main à la pâte.

Les rares initiatives de pratique musicale ou théâtrale, elles, doivent tout à l’énergie d’enseignants passionnés, bien peu aux réquisits d’un système qui ne rejette rien tant que les dispositifs dérangeant l’autorité du savoir académique – l’intrusion d’un artiste qui dira les vertus du pas de côté ou pointera les failles de l’ordre établi, l’accès à la connaissance par le « faire » (chorale, pièce de théâtre, spectacle de danse…), le travail collectif et la créativité, réputés impossibles à évaluer, le détour par le mouvement, la libération des corps entravés…

(…) Qu’il s’agisse de théâtre ou de beaux-arts, il faut donc se tourner vers le ministère de la culture, les collectivités territoriales et le secteur privé pour trouver une offre qui allie formations pratique et théorique de haut niveau.

Les signaux envoyés par le marché de l’emploi sont à peine plus encourageants : la compétition est intense, la précarité la règle. (…)

A ce jeu, celles et ceux qui n’ont pas eu accès à la pratique artistique enfant ou adolescent – que ce soit par leur curiosité, leur famille, leur environnement géographique et culturel… – perdent, presque, à tout coup. Les grandes institutions de formation s’en inquiètent depuis peu et multiplient les dispositifs d’ouverture sociale, mais ils restent marginaux.

Pourtant, chaque année, des milliers de jeunes, toujours plus nombreux, tentent d’embrasser la vie d’artiste. Certains attaquent leur Everest en solo, tentation d’autant plus séduisante que la mythologie des Millennials se nourrit de réussites fulgurantes portées par la puissance des réseaux sociaux, qui semblent ouvrir au talent isolé une possibilité de contourner les instances de reconnaissance formelles.

Les autres – la plupart – s’accordent quelques années d’un parcours plus sécurisé au sein d’une école, à la fois lieu de formation, sas de protection – on y tisse des liens, les erreurs y sont moins fatales – et ­espace de relative liberté où l’on peut encore s’abstraire des lois d’airain du marché, explorer des formes et des langages sans se soucier outre mesure de reconnaissance ou de commercialisation. (…)

 
  • Emmanuel Davidenkoff
    Journaliste au Monde

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/11/30/artiste-a-tout-prix_5040834_4401467.html#dlmhOQ5Em2fBj3Bi.99

 
 
 
 
 
 
 
 
       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
L’Apéro des spectateurs/février 17
Réunis le 9 février,   les spectateurs que nous sommes ont échangé sur quelques évènements culturels du mois. Voici un rapide aperçu… nous nous sommes réjouis de
Jean Defrêne, adhérent de notre association, homme politique et militant associatif, est mort
Jean Defrêne,  maire honoraire de Rouelles, membre du Parti Socialiste puis du Parti radical de gauche au Havre, ancien maire de Rouelles et adjoint au
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...