Des milliers de jeunes, contre vents et marées, tentent d’embrasser la vie d’artiste.

(..) Les écoles d’art constituent un cadre protégé, propice à la construction d’une identité professionnelle.
 
Salon des formations artistiques, organisé par Le Monde et Télérama, qui se tiendra les 3 et 4 décembre à Paris : conférences et  ateliers, et  rencontres des responsables et des étudiants des nombreuses écoles représentées. Entrée gratuite, préinscription recommandée.
 

L’école se méfie de l’art et se défie des artistes. Minorés au collège, quasiment inexistants au lycée, les enseignements artistiques sont le parent pauvre des programmes scolaires, qui évitent le plus souvent de laisser les jeunes goûter aux plaisirs vénéneux et addictifs de la création, excepté en arts plastiques, où l’on met encore la main à la pâte.

Les rares initiatives de pratique musicale ou théâtrale, elles, doivent tout à l’énergie d’enseignants passionnés, bien peu aux réquisits d’un système qui ne rejette rien tant que les dispositifs dérangeant l’autorité du savoir académique – l’intrusion d’un artiste qui dira les vertus du pas de côté ou pointera les failles de l’ordre établi, l’accès à la connaissance par le « faire » (chorale, pièce de théâtre, spectacle de danse…), le travail collectif et la créativité, réputés impossibles à évaluer, le détour par le mouvement, la libération des corps entravés…

(…) Qu’il s’agisse de théâtre ou de beaux-arts, il faut donc se tourner vers le ministère de la culture, les collectivités territoriales et le secteur privé pour trouver une offre qui allie formations pratique et théorique de haut niveau.

Les signaux envoyés par le marché de l’emploi sont à peine plus encourageants : la compétition est intense, la précarité la règle. (…)

A ce jeu, celles et ceux qui n’ont pas eu accès à la pratique artistique enfant ou adolescent – que ce soit par leur curiosité, leur famille, leur environnement géographique et culturel… – perdent, presque, à tout coup. Les grandes institutions de formation s’en inquiètent depuis peu et multiplient les dispositifs d’ouverture sociale, mais ils restent marginaux.

Pourtant, chaque année, des milliers de jeunes, toujours plus nombreux, tentent d’embrasser la vie d’artiste. Certains attaquent leur Everest en solo, tentation d’autant plus séduisante que la mythologie des Millennials se nourrit de réussites fulgurantes portées par la puissance des réseaux sociaux, qui semblent ouvrir au talent isolé une possibilité de contourner les instances de reconnaissance formelles.

Les autres – la plupart – s’accordent quelques années d’un parcours plus sécurisé au sein d’une école, à la fois lieu de formation, sas de protection – on y tisse des liens, les erreurs y sont moins fatales – et ­espace de relative liberté où l’on peut encore s’abstraire des lois d’airain du marché, explorer des formes et des langages sans se soucier outre mesure de reconnaissance ou de commercialisation. (…)

 
  • Emmanuel Davidenkoff
    Journaliste au Monde

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/11/30/artiste-a-tout-prix_5040834_4401467.html#dlmhOQ5Em2fBj3Bi.99

 
 
 
 
 
 
 
 
       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
7eme grande conversation – Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues, la ville transformée Le vendredi 13 avril prochain, l’association MCH recevra François Delaroziere, directeur artistique de la Cie la Machine. Il aura carte blanche, à la bibliothèque Oscar Niemeyer, à 18h 30. L’entrée sera libre. Il parlera de sa démarche, de sa collaboration avec les artistes, les techniciens et les décorateurs qui
10 MN CHRONIQUE – VIVACULTURE – sur Ouest Track.com, le dimanche à 11h
A retrouver sur notre site www.asso-maisondelaculture.fr dans Actualités / Rubrique des spectateurs 2017 14 mai : Une ville qui fait rêver le monde, exposition Los Angeles, à Lyon 28 mai : histoires de musées 11 juin : faire la fête, les 500 ans du Havre 25 juin : Une série culte : Le prisonnier. 09
Razzia, un film de Nabil Ayouch  Ou l’art de se tromper de colère.  1982. Un instituteur renonce à ce qui fait sa joie : enseigner aux enfants la beauté du monde. L’arabisation forcée exerce sa violence religieuse jusque dans ces superbes montagnes reculées de l’Atlas marocain, et les écoliers kabyles, magnifiquement filmés, n’y comprennent plus rien.
Apéro des spectateurs du 20 mars 2018 au Monte-Cristo
C’était un petit apéro de printemps mardi, agréable et sympathique. Comme on n’était que 4 (Isabelle, Liliane, Sylvette et moi) on a pris le temps de bavarder. Sylvette était curieuse de savoir ce qu’on avait pensé de sa soirée aux Yeux d’Elsa consacrée au Printemps des poètes. Liliane qui aime beaucoup cet endroit pour l’ambiance
7eme Grande conversation  -Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues – La ville transformée Carte blanche à François Delaroziere L’association MCH – Maison de la Culture du Havre, invite François Delaroziere, le vendredi 13 avril 2018, à 18h30, à la Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre, pour la 7e édition de la Grande Conversation. François Delaroziere, pendant son compagnonnage avec le Royal
PETIT RESUME DE L’ APERO DES SPECTATEURS DU 20/2/2018
Une pièce de théâtre : « Love and money » (THV : théâtre de l’Impossible)  Bien jouée ; pièce intéressante et mise en scène plaisante. Mais certaines personnes ont trouvé que les différentes phases de la pièce donnaient un aspect décousu et longuet, parfois. En fait, la pièce était conçue comme une  série de sketchs sur un même thème. Personnellement,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...