Décès d’Yvon Birster

Yvon Birster est décédé le 5 juillet dernier.  Né en 1939, Yvon Birster fut agrégé de lettres modernes. Il s’engagea activement dans des combats politiques et syndicaux notamment au SNES, puis au SNES SUP.  Il contribua au développement des structures universitaires havraises (I.U.T, Université, Formation continue). Il fut aussi un militant culturel actif, notamment auprès de la mairie d’Harfleur. Mais Yvon fut également un auteur important qui inscrivit son œuvre dans la géographie et l’histoire de notre cité. Ainsi de ses pièces de théâtre Le Marchand de sagesse en 1968, Vaches de mouches, la même année, 40/45 Scènes de la résistance populaire, Un Eté havrais sur les grandes grèves de la métallurgie en 1922 ou encore La loi ou le Roi pour célébrer le bi centenaire de la Révolution. Nombre de Havrais ont aussi gardé le souvenir de Place Thiers, commandé par la Maison de la Culture, mis en scène par Bernard Mounier, créé, en 1970, par le Théâtre de la Salamandre, et qui demeure une des plus belles œuvres consacrées à La Commune de Paris, ici vue de province.

On le voit, chez Yvon Birster, l’œuvre rassemble dans une commune exigence la passion du professeur pour les lettres et l’histoire et les convictions intimes du citoyen. Cet homme au caractère entier cachait aussi d’émouvantes fragilités et des souffrances qui ont nourri ses révoltes et sans doute ses écrits. Tout nous invite aujourd’hui à les redécouvrir.

Yoland SIMON

Biographie : 

Né en 1939, Yvon Birster, professeur retraité de lettres (au lycée puis en I.U.T.), aujourd’hui galeriste (La Rotonde, Paris, 18e), est l’auteur français d’une petite dizaine de pièces, pour certaines publiées. La première, Simon l’insolent, date de 1965, et la plupart d’entre elles, depuis Vache de mouche (1968), dessinent un cycle théâtral sur la mémoire ouvrière. Ce cycle croise d’une manière assez originale histoires nationale, locale et familiale : la très industrielle Haute-Normandie, où l’auteur s’installa, ainsi que la Lorraine minière et sidérurgique dont il est originaire – ses parents, gérants d’un petit commerce, provenaient d’ailleurs du milieu ouvrier –, ont nourri l’approche qui y est faite de grands évènements ou situations, d’ordre social, économique, politique, ayant marqué la France depuis la fin du XIXe siècle. L’Horizon bleu (1981) revient ainsi sur l’usine Schneider d’Harfleur en 1916, Les Sauveterre, ou Comment je n’ai pas fait la révolution (1974) et Un Été havrais (1981) sur l’existence et les grèves des métallurgistes, respectivement en Lorraine de 1906 à 1960 et au Havre en 1922. 40-45 (1972) retrace la « résistance populaire » durant la Seconde Guerre mondiale, Le Marchand de sagesse (1968) les évènements de Mai 68. 
Source : http://theatrespolitiques.fr/2013/03/sur-place-thiers-dyvon-birster-1970/

       

Ajouter un commentaire

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...