Décamper, De Lampedusa à Calais, un livre de textes et d’images & un disque pour parler d’une terre sans accueil

Samuel Lequette, Delphine Le Vergos

Partant de l’observation des lieux et des conditions de vie des réfugiés dans les camps du nord de la France depuis 2002, date de la fermeture de Sangatte, cet ouvrage – un livre & un disque – est un espace collectif de réflexion et de création, qui questionne les contextes et les objectifs des pouvoirs publics, de l’action humanitaire et des politiques migratoires européennes récentes.
Parce qu’il fait appel à l’enquête et à l’archive, au récit et à la poésie, à l’image et à la musique, celui-ci peut tour à tour se lire comme un essai ou comme une œuvre littéraire, se regarder comme un album de famille composé de vies réelles, ou encore s’écouter comme un recueil de chansons.
La parole est donnée aux réfugiés et aux bénévoles, aux chercheurs, aux journalistes, aux artistes, qui appréhendent et explorent dans leur œuvre, parfois avec la participation des réfugiés eux-mêmes, l’expérience de la migration.

Dans LE MONDE :
 
« Le monde migre. L’exil de masse d’aujourd’hui est un phénomène nouveau qui nous oblige à repenser la migration. Tant que le monde est ce qu’il est, scandaleusement inégal, il est aussi vain de vouloir empêcher le Sud de venir au Nord que les tempêtes de souffler fort sous nos climats déréglés. » 
 

« Tant que les richesses ne sont pas mieux partagées, les pauvres des zones pauvres viendront dans les zones riches, et les pauvres des zones riches voteront mal. Et les riches n’auront d’autre choix que de vivre derrière des barbelés et de faire confiance à leurs vigiles sous-payés. Ou de s’évader eux-mêmes dans les îles de leurs paradis fiscaux, avec la mer qui montera, montera…  » Marie Darrieussecq, écrivaine

« Qu’allons-nous retenir ? Qu’envers ces survivants – des guerres, des traversées en mer, des mois de voyage et de tant d’autres choses – en demande de protection, la violence est partout. Dans la réponse sécuritaire de l’Etat comme dans son approche « humanitaire ». Les exilés reviendront aussi longtemps que Calais restera en face de l’Angleterre, et Calais nous apprendra d’autres leçons » Lou Einhorn-Jardin, psychologue
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/portfolio/2016/12/01/traces-ce-qui-reste-de-la-jungle-de-calais_5041614_3232.html#KVSOSLdGl73xQhwe.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
La mort de Johnny Hallyday est l’occasion de relire l’article qu’avait publié Claudie Challier*, sous le pseudonyme Iseult , dans Encrage, revue culturelle havraise.  On
Cirque Plume, “La dernière saison”
Avec le cirque Plume, il me faut assumer mon inconditionnalité… Dimanche après-midi, je suis sortie du Volcan en total ravissement, malgré la bruine et le reste
Art et litiges– 10mn chronique, sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH  
Ne croyons pas que les milieux de l’art sont des endroits paradisiaques de beauté, de calme et d’enchantements dus à la création et à la
Eau et pluie – 10mn chronique, sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH 
Active poetry, Ewa Partum, détail Vous rappelez-vous vos années de CE2 et ce petit schéma représentant le cycle de l’eau ? Personnellement, j’en ai gardé un
Vents et ouragans – 10mn chronique, sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH
   Cette année, la 14eme Biennale de Lyon a pour titre : Mondes flottants . Elle y évoque, grâce à l’ensemble des artistes invités, une conception de
La mer et ses images
L’homme et la mer Homme libre, toujours tu chériras la mer !La mer est ton miroir ; tu contemples ton âmeDans le déroulement infini de sa

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...