Culture de la ville : le sexisme !

Sexisme et ville (Journal Le Monde)

Karine Plassard, clermontoise et militante féministe : Quand on est une femme seule et que l’on doit passer devant quinze messieurs, ce n’est pas toujours évident. On peut être dévisagée des pieds à la tête, recevoir une réflexion pas très sympathique… Cela crée un sentiment d’insécurité. »

Anecdotique ? Pas pour les femmes. Dans toutes les villes, il y a des quartiers qu’elles évitent, des stations de métro auxquelles elles ne s’arrêtent pas, des espaces verts qu’elles préfèrent ignorer. Dans les lieux qu’elles fréquentent, elles flânent rarement. Là où les hommes s’attardent à discuter, debout sur le trottoir ou attablés au café, elles s’activent, font des courses ou accompagnent les enfants. Quand elles sont seules, elles marchent sans traîner. Et le pire, c’est que, bien souvent, elles ne s’en aperçoivent même pas. (…)

Le constat est bien établi : dans les beaux quartiers comme dans les plus populaires, l’espace public n’est pas neutre. Et c’est le genre masculin qui y gagne. En France comme ailleurs, et de longue date. Ce qui est nouveau, c’est que des géographes, des urbanistes, des responsables municipaux se mobilisent désormais pour y remédier, et rendre ces lieux de vie plus égalitaires. Un impératif d’autant plus urgent, affirment certains, que si l’on n’y prend garde, la ville « écologique » de demain, celle qui devra participer à la lutte contre l’épuisement des énergies fossiles et le réchauffement climatique, pénalisera plus encore les femmes qu’elle ne le fait déjà. Car c’est une chose de rendre les transports moins polluants, l’éclairage moins énergivore ; c’en est une autre de permettre aux femmes de se déplacer commodément et de circuler sans peur la nuit.

Grenoble, printemps 2012. Sophie Louargant, géographe à l’université Pierre-Mendès-France, mène une enquête auprès des usagers (42 hommes, 48 femmes) de trois espaces de nature et de loisirs de l’agglomération  : le parc de l’Ile-d’Amour, celui de l’Ovalie et celui des Franges. (…)

La peur du harcèlement

Dans ces lieux de détente comme ailleurs, la première cause de l’usage différencié de l’espace public entre hommes et femmes, c’est la peur. Peur du harcèlement de rue. Peur des attouchements dans le métro bondé. Peur de l’agression physique dans les quartiers glauques ou peu fréquentés. Des craintes malheureusement fondées : selon le rapport 2015 du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, 100 % des utilisatrices des transports en commun ont été victimes, au moins une fois dans leur vie, de harcèlement sexiste ou d’agressions sexuelles. Des craintes parfois même admises comme « normales », au grand dam des féministes.

Lire aussi : Marches exploratoires, des militantes à pied d’œuvre

« Lorsque vous sortez, évitez les lieux déserts, les voies mal éclairées, les endroits sombres où un éventuel agresseur peut se dissimuler. Dans la rue, si vous êtes isolée, marchez toujours d’un pas énergique et assuré. Ne donnez pas l’impression d’avoir peur » : voici ce que l’on pouvait lire sur le site du ministère de l’intérieur, sous le titre « Conseils aux femmes », jusqu’en 2013… date à laquelle ces « conseils » furent supprimés sous la pression de l’association Genre et ville. « Véritable injonction à ce que les femmes ne sortent pas de chez elles, ce texte était un outil de propagande paternaliste indigne d’un gouvernement qui prône une égalité juste et réelle entre les femmes et les hommes », s’insurge sa présidente, Chris Blache. Militante féministe, cette consultante en ­socio-ethnographie soutient que si la ville est devenue dangereuse pour les femmes, c’est le résultat « d’une construction sociale, sociologique et historique » : dans l’inconscient collectif, l’espace public ­serait la propriété de l’homme, seul à même de l’investir en toute liberté. Et de fait : si les femmes occupent moins l’espace public que les hommes, c’est aussi qu’il n’est pas conçu pour elles.

Une offre de loisirs destinée aux hommes

Bordeaux, octobre 2014. Edith Maruéjouls, géographe du genre à l’université Bordeaux-Montaigne (laboratoire ADES-CNRS), soutient sa thèse de doctorat. Son titre : « Mixité, égalité et genre dans les espaces du loisir des jeunes ». Dans trois communes de l’agglomération bordelaise – deux situées en zones «  sensibles  », la troisième en milieu « protégé/privilégié  » –, la chercheuse a passé au crible la fréquentation des loisirs à destination des 8-20 ans. Les résultats sont ahurissants : les deux tiers des bénéficiaires de l’offre de loisirs publique ou associative subventionnée sont des garçons. Ils sont plus de 65 % dans les activités sportives (toutes disciplines confondues), 75   % à 80 % dans les maisons de quartier, maisons de jeunes et clubs de prévention… et représentent pratiquement 100 % des utilisateurs des équipements sportifs d’accès libre.

Dans l’espace public, la mixité des loisirs des jeunes est donc toute relative.(…)

L’invisibilité des filles

Dans l’espace politique comme dans le travail social, on justifie cet écart par une équation simple : les filles surinvestissant le monde scolaire, il faut équilibrer la moins bonne réussite des garçons en leur permettant une expression sportive. C’est ainsi que s’amorce, dans l’espace public, « l’invisibilité de la question de la place des filles, et finalement des filles elles-mêmes ». Pour leur donner cette place, on peut imaginer diversifier les loisirs, rendre les terrains de jeux plus polyvalents, développer des activités ­collaboratives aux côtés des sports de compétition – les pistes ne manquent pas, mais restent pour l’heure inexploitées.

« Si on se penche sur la pratique des musiques actuelles (rock, rap, techno, reggae…), on constate qu’elles sont elles aussi majoritairement masculines, renchérit le géographe Yves Raibaud, maître de conférences à l’université Bordeaux-Montaigne. Au total, les études menées sur les loisirs des jeunes font apparaître une très grande inégalité dans l’attribution des moyens par les collectivités territoriales et l’Etat, selon qu’il s’agit de loisirs féminins ou masculins. Ce qui est privilégié, c’est une offre de loisirs se disant neutre, mais en fait spécifiquement destinée aux garçons, dans l’objectif de canaliser la violence des jeunes dans des activités positives. » Pour ce chercheur, un tel angle de vue revient à découvrir « une ville faite par et pour les hommes ». L’exemple de certaines villes, pourtant, en témoigne : ce sexisme urbain n’est pas une fatalité.

Rennes, meilleure élève en France

A Rennes, par exemple, nommée « meilleure élève pour l’égalité femmes-hommes au royaume des cancres », comme titrait, le 7 mars 2015, le magazine en ligne Yegg. A l’occasion de la Journée des femmes, le site Les Nouvelles News venait de dévoiler son palmarès des villes les plus engagées dans ce domaine, réalisé à partir d’un questionnaire envoyé aux cinquante plus grandes villes de France, hors Paris. Aiguillonnée par un réseau associatif foisonnant, la ville bretonne mène de longue date une politique volontariste en faveur de l’égalité de genre : créé en 2002, le Bureau des temps de la mairie rennaise a ainsi réaménagé l’ensemble des horaires des services publics, afin de permettre à tous et à toutes de mieux conjuguer vie professionnelle et vie privée. De même à Nantes, à partir de novembre, les bus de nuit expérimenteront l’arrêt à la demande, comme cela se fait au Canada, afin d’accroître la sécurité des passagères en les laissant descendre près de leur domicile.

« Rendre la ville plus égalitaire, c’est possible », confirme l’urbaniste néerlandaise Lidewij Tummers, chercheuse à l’université technique de Delft. L’Europe y participe : en 1999, les membres de l’Union s’accordaient à rendre juridiquement contraignant le principe du gender mainstreaming (ou « approche intégrée de l’égalité »), c’est-à-dire la prise en compte systématique de l’égalité de genre à tous les niveaux de décision. Certaines villes s’en sont inspirées. (…) Mais ces initiatives restent l’exception.

« Une quantité considérable de projets pilotes de gender mainstreaming dans l’urbanisme est maintenant disponible. Les résultats montrent qu’ils offrent de meilleurs cadres de vie non seulement pour les femmes, mais pour tous les habitants de la ville. Mais ce constat a très peu pénétré le domaine de l’urbanisme », se désole Lidewij Tummers. Car les acteurs y restent souvent des hommes, dont les priorités perpétuent le caractère « androcentré  » de la ville. Une ville qu’ils considèrent bien souvent comme « neutre »… en oubliant que les femmes l’utilisent bien différemment d’eux. (…)

Les transports, un défi

Exemple flagrant de ces exigences « additionnelles  » : l’amélioration de leurs conditions de transport. « Dans les pays européens comme dans le monde entier, l’essentiel du travail de soins correspond toujours au rôle féminin, poursuit Lidewij Tummers. Cela implique que les femmes ont des journées interrompues, des déplacements multiples : on fait un détour en rentrant du travail pour les courses, on emmène les enfants à l’école et à leurs autres activités, on accompagne un grand-parent à une visite médicale. » Pour tenir cet emploi du temps tendu, le moyen de transport idéal est bien souvent la voiture. Mais là, on tombe sur un paradoxe : la ville « durable » de demain, dont l’esquisse se dessine déjà sur les tables des urbanistes, tend en bonne logique à réduire l’usage de l’automobile en centre-ville, au profit du vélo, de la marche à pied, du tramway ou du covoiturage. Ce qui fait craindre au géographe Yves Raibaud une inégalité quotidienne plus criante encore.

« Les femmes utilisent plus les transports en commun que les hommes pour leurs trajets professionnels et de loisirs, mais elles prennent la voiture lorsqu’elles font les courses ou de l’accompagnement, souligne-t-il. Limiter l’accès du centre-ville aux voitures, cela revient surtout à léser ces femmes “multitâches” : celles qui utilisent leur véhicule par nécessité, pour des fonctions que ne partagent pas les hommes. » (…)

En matière d’urbanisme, écologie rimerait donc avec inégalité ? Chris Blache n’est pas d’accord. « La ville durable peut tout à fait rimer avec l’égalité des genres, à condition de prendre ce critère en compte, affirme la présidente de Genre et ville. C’est vrai qu’on ne peut pas prendre trois enfants en même temps sur un vélo, comme il est vrai que ce sont les femmes qui continuent majoritairement d’emmener les enfants à l’école. Mais l’on peut, d’une part, lutter contre la perpétuation de ce stéréotype, d’autre part, remplacer la voiture par des solutions qui ne lèsent pas les femmes. Pour faciliter les sauts de puce qu’elles font dans la journée, on peut imaginer une ville à la mobilité plus douce, plus partageuse, avec des approches nouvelles – arrêt à la demande dans les transports en commun, passage aisé d’un mode de transport à un autre. » Cette socio­ethnographe n’est pas non plus convaincue que la réduction de l’éclairage public la nuit, mesure souvent évoquée pour ses avantages économiques et énergétiques, augmenterait l’insécurité des passant(e)s.

Solutions inventives

« La nuit ranime les fantasmes de peur, mais la grande majorité des agressions ont lieu de jour et dans des endroits familiers », remarque-t-elle en citant les travaux de la sociologue Marylène Lieber (Genre, violences et espaces publics, Presses de Sciences Po, 2008). (…)

L’éloge de l’ombre, en quelque sorte, qu’il conviendrait de rapprivoiser… Mais que répondre, rétorque Yves Raibaud, aux piétonnes « qui regrettent qu’on éteigne de bonne heure les éclairages de rue pour faire des économies, quand on éclaire abondamment des stades, considérés comme nécessaires à l’attractivité des métropoles et fréquentés uniquement par des hommes » ? Changer les rapports sociaux de genre en milieu urbain, cela suppose aussi, et surtout, que les femmes s’en mêlent. Pas gagné. A l’issue des municipales de 2014, seulement 16 % des maires de France étaient des femmes. Et on ne comptait que six femmes maires de villes de plus de 100 000 habitants (Paris, Lille, Nantes, Rennes, Amiens, Aix-en-Provence). Pas plus qu’en 2008…

 

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/10/22/sexisme-and-the-city_4794904_3224.html#Xloqyus6IXGvoI48.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
L’Apéro des spectateurs/février 17
Réunis le 9 février,   les spectateurs que nous sommes ont échangé sur quelques évènements culturels du mois. Voici un rapide aperçu… nous nous sommes réjouis de
Jean Defrêne, adhérent de notre association, homme politique et militant associatif, est mort
Jean Defrêne,  maire honoraire de Rouelles, membre du Parti Socialiste puis du Parti radical de gauche au Havre, ancien maire de Rouelles et adjoint au
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...