Critique danse : La Terrasse

Dans La Terrasse, un article sur Coup fatal, vu au Volcan le 7 novembre 2015 :

“Avec une énergie à tout casser, treize musiciens débarquent sur la scène en brandissant des chaises en plastique bleu, symbole des festivités lors du jubilé de la République du Congo… Très vite, les voilà lancés dans une folle rumba, avec guitare électrique, percussion et instruments traditionnels électrifiés (y compris xylophone, balafon et likembé), avant que la voix de Serge Kakudji ne s’élève et ne fasse virer ce concert africain à l’aria baroque. Découvert à Kinshasa par le compositeur Fabrizio Cassol, engagé par Alain Platel dans Pitié !, le Congolais Serge Kakudji n’a que 17 ans mais sa voix d’ange impressionne déjà. Loin d’une « world music » métissée, c’est un vrai spectacle africain qui s’approprie la musique du XVIIIe siècle européen pour l’intégrer en finesse. Pas étonnant, la mondialisation est arrivée depuis longtemps en Afrique, et l’électrification des instruments en porte aussi la marque. Quand Serge Kadudji chante Bach ou Haendel, il y a toujours deux ou trois voix kinoises qui se superposent et déplacent le « groove » sans jamais l’annuler. Le tout forme un nouveau style musical qui n’appartient plus qu’à ceux qui le créent.

Un coup de maître

Tubes baroques avec coupé-décalé, ponctuations et apostrophes rythment et syncopent ce Coup fatal. La séquence sur « To be young, gifted, and black » de Nina Simone est explosive et emballe la salle. La deuxième partie, qui transforme le groupe en « sapeurs » (de la SAPE, Société des ambianceurs et des personnes élégantes) est un vrai pied de nez. Défilant en musique avec des accoutrements improbables, on devine la patte de Platel dans ces curieux dandies… qui pourraient au fond, être des cousins un peu éloignés du Voguing. Pas plus qu’il ne suffit de dénoncer la misère du monde pour faire un bon spectacle, la joie de vivre n’a jamais empêché de penser. Elle est même stratégie de survie. Comme en témoigne peut-être le rideau fait de douilles de munitions qui sert de décor à ce Coup fatal.”

Agnès Izrine (http://www.journal-laterrasse.fr/coup-fatal/)

A venir : http://www.journal-laterrasse.fr/lets-dance-numero-special-danse/

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon
Quoi qu’il entreprenne, Aurélien Bory place son évolution sous le signe des rencontres.
Aurélien Bory, à la tête de la Compagnie 111 depuis 2000, a dégagé un espace spectaculaire inédit entre cirque, danse, musique et théâtre, avec l’obsession de
Cirque Plume : “Nous avons conçu des spectacles populaires sans verser dans le niaiseux ni le commercial. “
Pour quelles raisons avez-vous décidé de mettre fin à l’aventure du Cirque Plume en annonçant votre dernier spectacle ? Cette création est le début d’une aventure, pas la
Enquête sur les représentations de la culture
C’est dans une indifférence médiatique presque totale que le ministère de la Culture a publié en septembre dernier une enquête sur les représentations de la

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...