Critique danse : La Terrasse

Dans La Terrasse, un article sur Coup fatal, vu au Volcan le 7 novembre 2015 :

“Avec une énergie à tout casser, treize musiciens débarquent sur la scène en brandissant des chaises en plastique bleu, symbole des festivités lors du jubilé de la République du Congo… Très vite, les voilà lancés dans une folle rumba, avec guitare électrique, percussion et instruments traditionnels électrifiés (y compris xylophone, balafon et likembé), avant que la voix de Serge Kakudji ne s’élève et ne fasse virer ce concert africain à l’aria baroque. Découvert à Kinshasa par le compositeur Fabrizio Cassol, engagé par Alain Platel dans Pitié !, le Congolais Serge Kakudji n’a que 17 ans mais sa voix d’ange impressionne déjà. Loin d’une « world music » métissée, c’est un vrai spectacle africain qui s’approprie la musique du XVIIIe siècle européen pour l’intégrer en finesse. Pas étonnant, la mondialisation est arrivée depuis longtemps en Afrique, et l’électrification des instruments en porte aussi la marque. Quand Serge Kadudji chante Bach ou Haendel, il y a toujours deux ou trois voix kinoises qui se superposent et déplacent le « groove » sans jamais l’annuler. Le tout forme un nouveau style musical qui n’appartient plus qu’à ceux qui le créent.

Un coup de maître

Tubes baroques avec coupé-décalé, ponctuations et apostrophes rythment et syncopent ce Coup fatal. La séquence sur « To be young, gifted, and black » de Nina Simone est explosive et emballe la salle. La deuxième partie, qui transforme le groupe en « sapeurs » (de la SAPE, Société des ambianceurs et des personnes élégantes) est un vrai pied de nez. Défilant en musique avec des accoutrements improbables, on devine la patte de Platel dans ces curieux dandies… qui pourraient au fond, être des cousins un peu éloignés du Voguing. Pas plus qu’il ne suffit de dénoncer la misère du monde pour faire un bon spectacle, la joie de vivre n’a jamais empêché de penser. Elle est même stratégie de survie. Comme en témoigne peut-être le rideau fait de douilles de munitions qui sert de décor à ce Coup fatal.”

Agnès Izrine (http://www.journal-laterrasse.fr/coup-fatal/)

A venir : http://www.journal-laterrasse.fr/lets-dance-numero-special-danse/

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,
Thelma recherche Louise désespérément…au Bastringue.
Le choix du titre fait référence à deux  film,  Thelma et Louise de  Ridley Scott (1991)et Recherche Suzanne désespérément de Suzanne Seidelman (1985). Les deux
Dom Juan au 21ème siècle
DOM JUAN, Myriam Muller / Théâtre de Caen, janvier 2017 Myriam Muller, metteure en scène luxembourgeoise, n’a pas froid aux yeux : elle prend le chef d’œuvre

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...