CORONAVIRUS ARTISTES INTERMITTENTS

Spécificité française, le régime des intermittents concerne 100 000 artistes et techniciens indemnisés chaque année. Pour obtenir l’assurance-chômage, ils doivent avoir travaillé 507 heures sur douze mois. Or, avec les annulations et l’absence de perspectives, très peu pourront cumuler les cachets nécessaires. (Lien audio : Isabelle Royer, MCH)

CORONAVIRUS#18 LA CULTURE ENCORE

Emmanuel Macron s’est notamment engagé à ce que les droits des intermittents du spectacle « soient prolongés d’une année » au-delà des six mois où leur activité aura été « impossible ou très dégradée », c’est-à-dire « jusqu’à fin août 2021 ».

Annonce majeure de son intervention, l’engagement d’Emmanuel Macron de prolonger jusqu’au 31 août 2021 le droit à l’assurance-chômage des intermittents du spectacle a été accueilli favorablement par celles et ceux qui s’étaient mobilisés pour réclamer une « année blanche » afin de faire face à l’« année noire » endurée par la culture, à l’arrêt depuis la mi-mars. « C’est une annonce forte qui va dans le bon sens », reconnaît Denis Gravouil, secrétaire général de la CGT-spectacle, mais, ajoute-t-il, « nous serons très vigilants sur son application ».

A l’heure actuelle, sur les 260 000 personnes relevant des annexes 8 (techniciens du spectacle) et 10 (artistes) de l’Unédic, environ 130 000 d’entre elles ont des droits ouverts à l’assurance-chômage, pendant douze mois, du fait des 507 heures de travail réalisées sur douze mois.

Emmanuel Macron a déclaré, mercredi 6 mai, vouloir lancer « un grand programme de commandes publiques », « que ce soit [pour] les métiers d’art, les spectacles vivants, la littérature, les arts plastiques », particulièrement à destination « des créateurs de moins de 30 ans ». « Qu’on mette le paquet », a-t-il ajouté, sans donner de chiffre.

C’est cependant de ça que dépendra l’efficacité de la mesure : si les sommes sont conséquentes, elle répondra au vœu de Jack Lang qui réclamait, il y a quelques jours, un nouveau « New Deal », cette idée américaine née sous la présidence de Roosevelt pour lutter contre la grande dépression issue de la crise de 1929. Le WPA (Work Projects Administration), une agence fédérale, fut créé en 1935. Elle lança un programme de grands travaux et intégra aussi les artistes : le Federal Art Project faisait travailler des peintres (Jackson Pollock ou Mark Rothko) et des sculpteurs, des photographes (Berenice Abbott, Walker Evans ou Dorothea Lange), mais aussi des comédiens, des gens de théâtre…Le Monde 7 mai

       

Ajouter un commentaire

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...