Comprendre les images : les portraits retouchés…

La publication de l’image avait fait grand bruit sur les réseaux sociaux. Le 13 février, une journaliste britannique publiait sur Twitter un cliché en apparence non retouché de Cindy Crawford. Quelques jours plus tard, le site people américain TMZ révélait que l’avocat de l’auteur de la fameuse photographie, John Russo, allait déposer plainte, déclarant que l’image en question serait « une version frauduleuse de [sa] photographie, qui a été transformée et qui ne représente pas l’image originale ».(…)

Mais peut-on encore croire d’un portrait qu’il est « naturel » ? « On a longtemps dit de la photo qu’elle était objective, alors qu’une image est faite de conventions, de codes et de styles », rappelle André Gunthert, chercheur en histoire culturelle et études visuelles à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).De plus, la perception d’une image est un phénomène mental : lorsqu’on regarde un portrait sur une affiche, on ne voit en fait que de l’encre, et c’est notre cerveau qui reconstitue un visage. Mais la puissance de restitution de la photographie le fait oublier, et nous fait croire à la vérité de ses prises de vues.

Objectivité ou subjectivité de la photo : pour certains magazines féminins, cette subtilité importe peu. Ce qui compte, c’est que les lecteurs adhèrent à la véracité de ce qui leur est montré. En avril 2009, Elle consacrait ainsi une de ses couvertures aux « Stars sans fards ».(…)

Un an plus tard, Marie Claire publiait un « numéro 100 % sans retouches », déclarant vouloir montrer que le magazine n’offre pas « une image réductrice d’une beauté unique et d’une jeunesse éternelle ». Le numéro s’inscrivait alors comme une réponse au projet de loi déposé par la députée UMP Valérie Boyer, qui visait à rendre obligatoire la mention d’éventuelles retouches. La députée reprochait à l’image modifiée de rendre une représentation irréelle du corps féminin. Car, de fait, c’est en très grande majorité quand il s’agit de photographier les femmes que se pose la question du naturel ou du passage par un logiciel de retouche numérique.

Lire aussi : L’éternelle retouche des photos du corps féminin

Dans son Histoire de la beauté (Seuil, 2004), George Vigarello, directeur d’études à l’EHESS, explique cette prépondérance par le fait que la beauté moderne, selon lui, « ne se définit qu’au féminin, combinant inévitablement faiblesse et perfection. La beauté valorise le genre féminin au point d’en apparaître comme l’achèvement ».

Les portraitistes n’ont d’ailleurs pas attendu l’avènement de Photoshop pour embellir la réalité. La pose de leur modèle, son maquillage, la lumière, le cadrage, l’exposition sont autant d’aspects techniques qui influent sur le rendu de la photographie et sur son interprétation : ce qui est « naturel » dans une image relève surtout du discours.(…)

Dans Mythologies (Seuil, 1957), Roland Barthes consacre un long passage au visage de Greta Garbo, « visage non pas dessiné, mais plutôt sculpté, dans le lisse et dans le friable, c’est-à-dire à la fois parfait et éphémère ». Mais les modalités de ce contrôle ne sont plus les mêmes.Plusieurs médias nord-américains ont rapporté que Kim Kardashian dépenserait 100 000 dollars (95 000 euros) par an pour faire retoucher les selfies qu’elle publie sur les réseaux sociaux. Si la vedette de la télé-réalité américaine a toujours démenti ces rumeurs, le blogueur Perez Hilton signale régulièrement sur son site des incohérences sur ces clichés. Des outils existent d’ailleurs pour débusquer les retouches. Outre Tungstène, un logiciel français utilisé par plusieurs services de renseignement et agences de presse, le site Filter Faker permet d’identifier certains filtres, notamment sur Instagram.(…)

Plus que jamais, l’image « au naturel » reste donc une image fabriquée, et paradoxalement artificielle. Très critique vis-à-vis de la photographie, Charles Baudelaire, dans l’introduction de son Salon de 1859, reprochait à ses contemporains de « croire à la nature et de ne croire qu’à la nature ». Oubliant que la valeur de la photographie est de produire une représentation de la réalité par essence artificielle.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/culture/article/2015/03/19/la-fabrique-des-apparences_4597372_3246.html#deeB6uvVT7zLfGaX.99

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Portrait fragmenté
George Sand, Aurore Dupin, fragments d’intimité Isabelle Krauss est George Sand. On connait la romancière auteure de plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’oeuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. Aurore Dupin est devenue George Sand. A une époque où les femmes étaient sous la tutelle d’un
L’Histoire en chansons
Chat noir Ces comédiens, chanteurs, danseurs sont alertes, vifs, souvent drôles. Ils ont étudié précisément les documents, et composent une reconstitution historique. Ils nous invitent à pousser la porte d’un cabaret mythique Le Chat noir ouvert par Rodolphe Salis entre 1882 et 1897. Le créateur applique une nouvelle formule avec poètes, musiciens, chansonniers, peintres. Fantaisie,
Dieu est un chômeur de plus
Le CV de Dieu Le choix des comédiens est capital. C’est une lapalissade, mais si Dieu n’était pas interprété par JF. Balmer, la pièce de Jean-Louis Fournier n’aurait pas la même saveur.  On l’a vu au cinéma, à la télévision, au théâtre. Il a joué Louis XVI, Richard Wagner, Henry IV, Racine, Malesherbes, Georges Pompidou…C’est
Le comédien est un boxeur
L’effort d’être spectateur Pendant un long moment Pierre Notte a des gants de boxe : une sorte de Prométéo à la Rodrigo Garcia, mis en scène par François Berreur,  vu au Volcan, au Havre, il y a plusieurs années. Prométéo, le Titan qui a donné l’art aux hommes  : « Comme le boxeur, qui se relève
L’homme qui a des amis n’est pas un raté
La vie est belle On pourrait s’étonner qu’une compagnie adapte au théâtre le film La vie est belle de Franck Capra, avec James Stewart, d’après The greatest Gift, une nouvelle de Philip Van Doren Stern. Ce film d’après-guerre, 1946, est devenu un classique projeté à Noël, adoré par les américains et par les cinéphiles. La
Une rencontre
Une chambre en attendant Son fils est parti « faire le djihad ». Il a 20 ans. Depuis, son père dit qu’il est parti en voyage. Dans une chambre d’hôtel à la frontière turco-syrienne, il attend, son fils l’a appelé pour rentrer. Il est venu et il tourne en rond.               

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...