Cœur cousu ou le monde couturé de Carole François.

Depuis le 9 décembre, se tient à la Galerie Production autre, l’exposition «Happy end of the year ». Pour cet événement, Stéphane Talbot a choisi de mettre en avant, selon ses propos : « des plasticiens de caractère ». Parmi eux, Carole François a installé ses créations, dispersées dans l’espace de la galerie, chacune immédiatement reconnaissable.

Carole François, assemble, lie, rapièce, suture des lambeaux d’étoffes, les festonne et les ravaude. Elle leur donne des formes qui sont autant de déformations, pour en faire ses monstres.
On peut penser, dans un premier regard, à certains travaux d’Annette Messager, de Niki de Saint Phalle et de Louise Bourgeois, dans ce qui fourmille de provocation, de révolte et aussi d’humour.
Carole François dissèque des corps imaginaires pour en extraire des formes mutantes, elle fabrique des corps démantelés, parfois incomplets, et réorganisés selon un ordre qui produit un message. Ces créatures n’ont pas figure humaine, elles sont des signes, des apostrophes. Elles symbolisent à la fois l’irreprésentable de la pensée et l’efficience de l’émotion.

 

img_9979a

Ces mises en pièces qui renvoient à ce qui nous constitue, à notre propre image et à nos interrogations, ne sont pas séduisantes, comme ne l’est pas davantage l’image du corps à travers l’art des XXè et XXIè siècles : corps monstrueux, souffrants, hybrides, expressions du conflit intérieur, envers du corps glorieux célébré dans la publicité et les magazines féminins.
Dès l’entrée dans la galerie, le regard ne peut éviter, juste en face, une installation, sorte d’anatomie foutraque et foisonnante où les viscères se mélangent, dents et cœur voisins, imbriqués les uns dans les autres, auxquels s’ajoute une sorte de fœtus, l’ensemble surmonté d’une tête mi-chat mi-diable et le tout encadré par une guirlande lumineuse. Un message l’accompagne brodé sur le côté : « Bon appétit ».
Plus loin, dans ce parcours, d’autres figures chaotiques apparaissent : pour l’une réduite à un sexe féminin et à un visage à la bouche rouge ouverte, ou bien une autre, tête cornue posée sur un amas d’organes répandus à terre à côté d’une vignette brodée où apparaît la question : « Vers quoi allons-nous ainsi ? » …
Chacun de ces objets a reçu comme la réparation maladroite à une souffrance, comme s’il y avait une impossibilité à restaurer ce qui blesse, sauf à raccommoder, se pencher sur un tourment dans un geste patient, méticuleux, pour pouvoir montrer ce qu’il advient, ici ou là, sans consolation autre que de s’en être emparé, en avoir fait quelque chose, une révolte.

C. Désormière

Galerie Production autre
22 rue Fontenoy
Jusqu’au 15 janvier

       

A propos de l'auteur

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Cette association absorbera les deux structures régionales du livre normandes, l’ARL et le CRL, et constituera la nouvelle agence normande du livre.  Normandie Livre & Lecture est la nouvelle agence de coopération des métiers du livre en Normandie, à compter du 1er janvier 2018. L’association Normandie Livre & Lecture a pour objectif de promouvoir le
Viva Culture ! sur Ouest Track Radio.  La Rubrique des spectateurs, une année de radio à podcaster…
2017 14 mai 2017, Dick Anegarn au Tetris, un concert qui twiste ! 28 mai, Olivier Saladin et l’art populaire, 6ème Grande Conversation MCH. 11 juin, Sonia Anton raconte Le Havre, Le Galet et la crevette. 25 juin, la fête de la musique et les festivals d’été. 9 juillet, Lire à la plage à Yport avec
LES ENTRETIENS DE VIVACULTURE sur OUEST TRACK. COM : écoutez les en podcast !
11 MARS l’artiste plasticienne Claire Lise Chobelet 25 MARS  Hélène Emery, Théâtre du Passage à Fécamp 8 AVRIL l’artiste Hélène Delprat au Musée des Beaux Arts de Caen 22 AVRIL la médiation entre artistes et publics Martine Sabatier du Transfo 6 MAI Samir de la bouquinerie, café littéraire Les Yeux d’Elsa 20 MAI le peintre
Retour à Reims
Retour à Reims.   Didier Eribon a écrit « Retour à Reims » en 2009. C’est à la fois un récit très personnel et une analyse politique et sociologique.  Il raconte dans ce livre son retour dans sa ville natale après des années de rupture et d’exil, retour qu’il n’a pu envisager qu’après la mort de son
Corto Maltese – 50e anniversaire – 10mn chronique- sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH. 
Nous célébrons en ce moment, le 50eme anniversaire de Corto Maltese, le héros de la bande dessinée de Hugo Pratt. C’est à Lyon que l’on pourra voir l’exposition Hugo Pratt, lignes d’horizon, jusqu’au 24 mars 2019, au Musée des Confluences. Une très belle scénographie nous emmène à travers le monde, là où Hugo Pratt a emmagasiné
Commémorer la traite, l’esclavage et leurs abolitions
Le 10 mai est la “journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition” depuis 2006. La France est le premier État et demeure le seul qui, à ce jour, ait déclaré la traite négrière et l’esclavage “crime contre l’humanité“. Elle est également le seul État à avoir décrété une journée

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...