cirque-plume-villette-hotel-mareuil-paris

« Tempus fugit ? Une ballade sur le chemin perdu »

Le Cirque Plume

Le Havre, janvier 2015

« Tempus fugit ? » C’est vrai, le temps passe. Les générations se suivent, après les parents, les enfants mais le plaisir est toujours là.

1991, un chapiteau est dressé à Meylan, près de Grenoble, au cœur des montagnes. Il pleut et comme le printemps a été froid Chamrousse et Belledonne sont encore un peu enneigées là-haut, au dessus de nos têtes mais nous quatre on se réchauffe devant les merveilleux tableaux des acrobates-poètes… « Le Cirque Plume » est en Isère !

2015, le Volcan rouvre ses portes au Havre, près du bassin. Il pleut sur les pentes immaculées du bâtiment rénové mais nous quatre on est toujours sous le charme des artistes-musiciens. Nous quatre… ? Presque ! Nos filles ont grandi et nous revenons avec deux petits-enfants intrigués. Du cirque dans un théâtre ? ça va être comment Le Cirque Plume? LOL! Jeanne et Gustave sont perplexes…

Eh bien, c’est encore plus beau sur une scène ! Les tableaux se succèdent avec élégance dans un rythme endiablé. Les jongleurs laissent la place aux contorsionnistes, les acrobates se transforment en clowns irrésistibles, les musiciens en équilibristes… Le piano à queue fait vibrer la salle et la voix du pianiste nous électrise, vite rejoint par tous les autres : les violons aériens, les cuivres étincelants, les accordéons. Quel talent ! Une douzaine d’artistes se croise sur le plateau dans un spectacle éblouissant de grâce et d’intelligence. Les décors valsent à droite et à gauche, un trapèze descend des cintres, un mât se dresse, le sol tangue et joue des claquettes. Les trouvailles jaillissent à chaque instant : un vieux fût qui roule tout seul et on palpite, une corde rétive s’agite sur le sol et on éclate de rire avec les enfants. Un geste, un mot suffisent. Pas un instant de répit. « Ah !…Oh… ! ». On ne sait plus si on est au concert ou au théâtre !

Les lumières savantes sculptent le décor et mettent en valeur les objets les plus humbles qui sont sublimés sur ce plateau si hétéroclite mais si inventif.

Quand le tourbillon s’achève la salle conquise salue ce beau spectacle par un tonnerre d’applaudissements. Jeanne et Gustave frappent dans leurs mains, debout, enchantés ! On sort légers, éblouis par tant de talent, tant de travail, tant d’humour, heureux et épatés par tant d’ingéniosité. Rajeunis de vingt ans ! Merci pour la bal(l)ade…

 

Christine Baron-Dejours

       

Ajouter un commentaire

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...