C’est quoi, être un jeune artiste en 2017 ?

« Le talent ça n’existe pas, le talent c’est d’avoir envie de faire quelque chose » a dit Jacques Brel.

L’École du Spectacle vous emmène à la rencontre de jeunes artistes en formation – danseurs, musiciens, chanteurs ou comédiens – qui ont choisi de consacrer leur vie à cette « envie ». Histoires de vocation, d’acharnement mais aussi d’engagements. Enjeux d’écologie, problématiques migratoires ou remise en cause des stéréotypes de genre, découvrez ce qui motive ces jeunes artistes à prendre le devant de la scène, à l’aube de l’année 2017

Lucile Bitan alias « Amaurie », 26 ans, chanteuse en jazz au conservatoire Jean-Philippe Rameau à Paris.

Décider de faire de la musique de façon professionnelle, c’est un gros choix. C’est sacrifier beaucoup de temps et d’énergie. Je travaille aujourd’hui dans le cinéma, en parallèle à ma formation au conservatoire en chant jazz et piano. J’ai étudié à Avignon pendant ma licence et j’ai été à plusieurs reprises au festival de théâtre, au mois de juillet. La première fois que je m’y suis rendue, je me suis sentie sur une autre planète. Je voyais des spectacles tous les jours, je voyageais au sein d’univers très différents. C’est au cours de cet été que je me suis dit que je voulais être artiste, appartenir à ce monde-là. ….

Être une chanteuse c’est encore très stigmatisé. Ce n’est pas du tout anodin d’être une femme dans la musique et d’être aux commandes. Quand je suis, par exemple, en session avec des musiciens, il faut toujours faire valoir mon avis sur les arrangements et la musique avec une certaine poigne pour être écoutée.

Pauline Rousseau, 27 ans, comédienne et metteuse en scène, en thèse à l’École  Normale Supérieure de Lyon. 

Je ne conçois pas la pratique artistique sans engagement politique. Il n’appartient pas au théâtre de faire la révolution mais c’est un espace hors du temps, un espace de rêve qui nous permet d’imaginer autre chose. On vit dans une époque dépressive et déprimante, l’imagination et le rêve me tiennent à coeur.

Mon engagement passe aussi par un travail artistique autour de la représentation à la scène des minorités, de la transsexualité, du VIH.”

http://ecoleduspectacle.blog.lemonde.fr

 

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,
Thelma recherche Louise désespérément…au Bastringue.
Le choix du titre fait référence à deux  film,  Thelma et Louise de  Ridley Scott (1991)et Recherche Suzanne désespérément de Suzanne Seidelman (1985). Les deux
Dom Juan au 21ème siècle
DOM JUAN, Myriam Muller / Théâtre de Caen, janvier 2017 Myriam Muller, metteure en scène luxembourgeoise, n’a pas froid aux yeux : elle prend le chef d’œuvre

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...