Bussang, “Un théâtre à la portée de tous les publics”

En 1895, Maurice Pottecher a l’idée d’installer un théâtre dans son village natal, Bussang, au cœur de la vallée vosgienne, alors florissante. Son père, Benjamin, à la tête d’une importante usine de fabrication de couverts, va financer son projet. Sous la devise « Par l’art pour l’humanité », Maurice, aidé de sa femme, la comédienne Camille de Saint Maurice, dite « tante Camm », veut bâtir « un théâtre à la portée de tous les publics, un divertissement fait pour rapprocher les hommes et gommer les clivages sociaux et culturels ». Au Théâtre du Peuple se côtoieront le bourgeois local, l’ouvrier comme le touriste. Un pari qui s’inscrit alors en cette fin du XIXe siècle dans une contrée dynamique où l’on compte, outre l’entreprise Pottecher, sept usines textiles, des thermes et une gare avec des trains directs depuis Paris.

L’idée est d’impliquer la population locale dans la vie du théâtre, tant dans la construction de la grande bâtisse en bois, avec son célèbre fond de scène s’ouvrant sur la forêt, que dans la réalisation des décors et des costumes mais aussi dans l’administration et les représentations.(…)

https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/histoire-du-mecenat-23-le-theatre-de-bussang-une-aventure

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  Smart factory, la fabrique d’œuvres d’art, au Tétris Il resta silencieux pendant un long moment Il se tut pendant un moment Il était
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...