Bit, danse et transe

Le 19 janvier, Le Volcan, en coréalisation avec Le Phare, présentait Bit, chorégraphie de Maguy Marin. Une scénographie dépouillée : sept praticables inclinés. Un plateau occupé par six danseurs : trois hommes, trois femmes.

 

Bit-M.Marin

 

Rythme binaire. Tout commençait bien, à la manière d’une comptine ou d’un poème pour enfants, une ronde, une ribambelle. On s’y donne la main, confiant, en goûtant le plaisir qu’apporte le corps dansant. Dans la reconnaissance de l’autre.
Et cela dure, un pas en avant, deux pas en arrière, comme si l’impatience devait irrémédiablement surgir. Et c’est ce qui arrive. L’innocence et le jeu laissent la place à d’autres expériences.
Pulsation obsédante. Parfois jusqu’à l’insupportable. Les rondes deviennent copulation, d’obscures manœuvres se déroulent entre cérémonies de soumission et affrontements, les forts contre le faible, l’homme contre l’homme, face à face, s’opposant en glissements successifs, une fois dominant, une fois dominé. D’instant en instant, c’est la frénésie qui gagne, accompagnée d’un fracas sonore qui cogne de plus en plus vite… Quand la tension retombe, c’est comme un déni, et la plongée dans le divertissement. La ronde se reforme sous les oripeaux d’une soirée mondaine. Les robes des femmes brillent, leurs talons aiguilles magnifient leur silhouette. Et l’on danse, on danse, jusqu’à l’hystérie, jusqu’à l’oubli, jusqu’à la chute. C’est la fin. On vivait, on est mort. Le sort de l’homme est là : d’un côté l’autre, vivant ou mort.

De cette très sombre représentation de l’existence, on pensera qu’elle est, soit désespérée, soit très simplement manichéenne. Vacillant entre plaisir ingénu et cauchemar dépressif. C’est une vision qui appartient à son auteur, où la noire fatalité l’emporte sur toute lumière. Les trois Parques qui apparaissent furtivement au milieu des danseurs en sont le symbole.

Catherine Désormière

       

A propos de l'auteur

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Eau et pluie – 10mn chronique, sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH 
Active poetry, Ewa Partum, détail Vous rappelez-vous vos années de CE2 et ce petit schéma représentant le cycle de l’eau ? Personnellement, j’en ai gardé un
Vents et ouragans – 10mn chronique, sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH
   Cette année, la 14eme Biennale de Lyon a pour titre : Mondes flottants . Elle y évoque, grâce à l’ensemble des artistes invités, une conception de
La mer et ses images
L’homme et la mer Homme libre, toujours tu chériras la mer !La mer est ton miroir ; tu contemples ton âmeDans le déroulement infini de sa
La vraie vie est au présent.
Gérard Mordillat et Odile Conseil ont déjà gagné leur pari : l’affluence des spectateurs à l’ouverture du Festival Ciné-salé, mercredi 18 octobre,  a permis au film
Claude Monet, collectionneur –  10mn chronique, sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH.
  Claude Monet à Giverny Claude Monet a eu les honneurs du Havre, du 10 septembre au 8 octobre au MuMa. Comme si un trésor revenait sous
« Chambre noire », compagnie Plexus Polaire
Dans cette chambre noire Valérie Jean Solanas est en train de mourir sous nos yeux, allongée sur un lit très nu éclairé de néons roses.

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...