Bit, danse et transe

Le 19 janvier, Le Volcan, en coréalisation avec Le Phare, présentait Bit, chorégraphie de Maguy Marin. Une scénographie dépouillée : sept praticables inclinés. Un plateau occupé par six danseurs : trois hommes, trois femmes.

 

Bit-M.Marin

 

Rythme binaire. Tout commençait bien, à la manière d’une comptine ou d’un poème pour enfants, une ronde, une ribambelle. On s’y donne la main, confiant, en goûtant le plaisir qu’apporte le corps dansant. Dans la reconnaissance de l’autre.
Et cela dure, un pas en avant, deux pas en arrière, comme si l’impatience devait irrémédiablement surgir. Et c’est ce qui arrive. L’innocence et le jeu laissent la place à d’autres expériences.
Pulsation obsédante. Parfois jusqu’à l’insupportable. Les rondes deviennent copulation, d’obscures manœuvres se déroulent entre cérémonies de soumission et affrontements, les forts contre le faible, l’homme contre l’homme, face à face, s’opposant en glissements successifs, une fois dominant, une fois dominé. D’instant en instant, c’est la frénésie qui gagne, accompagnée d’un fracas sonore qui cogne de plus en plus vite… Quand la tension retombe, c’est comme un déni, et la plongée dans le divertissement. La ronde se reforme sous les oripeaux d’une soirée mondaine. Les robes des femmes brillent, leurs talons aiguilles magnifient leur silhouette. Et l’on danse, on danse, jusqu’à l’hystérie, jusqu’à l’oubli, jusqu’à la chute. C’est la fin. On vivait, on est mort. Le sort de l’homme est là : d’un côté l’autre, vivant ou mort.

De cette très sombre représentation de l’existence, on pensera qu’elle est, soit désespérée, soit très simplement manichéenne. Vacillant entre plaisir ingénu et cauchemar dépressif. C’est une vision qui appartient à son auteur, où la noire fatalité l’emporte sur toute lumière. Les trois Parques qui apparaissent furtivement au milieu des danseurs en sont le symbole.

Catherine Désormière

       

A propos de l'auteur

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
7eme grande conversation – Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues, la ville transformée Le vendredi 13 avril prochain, l’association MCH recevra François Delaroziere, directeur artistique de la Cie la Machine. Il aura carte blanche, à la bibliothèque Oscar Niemeyer, à 18h 30. L’entrée sera libre. Il parlera de sa démarche, de sa collaboration avec les artistes, les techniciens et les décorateurs qui
10 MN CHRONIQUE – VIVACULTURE – sur Ouest Track.com, le dimanche à 11h
A retrouver sur notre site www.asso-maisondelaculture.fr dans Actualités / Rubrique des spectateurs 2017 14 mai : Une ville qui fait rêver le monde, exposition Los Angeles, à Lyon 28 mai : histoires de musées 11 juin : faire la fête, les 500 ans du Havre 25 juin : Une série culte : Le prisonnier. 09
Razzia, un film de Nabil Ayouch  Ou l’art de se tromper de colère.  1982. Un instituteur renonce à ce qui fait sa joie : enseigner aux enfants la beauté du monde. L’arabisation forcée exerce sa violence religieuse jusque dans ces superbes montagnes reculées de l’Atlas marocain, et les écoliers kabyles, magnifiquement filmés, n’y comprennent plus rien.
Apéro des spectateurs du 20 mars 2018 au Monte-Cristo
C’était un petit apéro de printemps mardi, agréable et sympathique. Comme on n’était que 4 (Isabelle, Liliane, Sylvette et moi) on a pris le temps de bavarder. Sylvette était curieuse de savoir ce qu’on avait pensé de sa soirée aux Yeux d’Elsa consacrée au Printemps des poètes. Liliane qui aime beaucoup cet endroit pour l’ambiance
7eme Grande conversation  -Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues – La ville transformée Carte blanche à François Delaroziere L’association MCH – Maison de la Culture du Havre, invite François Delaroziere, le vendredi 13 avril 2018, à 18h30, à la Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre, pour la 7e édition de la Grande Conversation. François Delaroziere, pendant son compagnonnage avec le Royal
PETIT RESUME DE L’ APERO DES SPECTATEURS DU 20/2/2018
Une pièce de théâtre : « Love and money » (THV : théâtre de l’Impossible)  Bien jouée ; pièce intéressante et mise en scène plaisante. Mais certaines personnes ont trouvé que les différentes phases de la pièce donnaient un aspect décousu et longuet, parfois. En fait, la pièce était conçue comme une  série de sketchs sur un même thème. Personnellement,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...