Auteur BROWN Un esclave fugitif : nouveau succès pour la dernière création de la CJB

Nouvelle création de la CJB en réponse à une commande de la Médiathèque de Cléon en Seine-Maritime via l’association Les Routes du Philanthrope, ce spectacle, après avoir été joué avec succès à la médiathèque de Cléon puis au centre de formation d’apprentis (CFA) du Havre,  était donné le 6 janvier 2017 à Paris en collaboration avec La Ligue de l’Enseignement de Paris, service éducation culture.

De nouveau, le spectacle a obtenu de très bons retours : “génial” dirent Mesdames PARFAIT et ROSSIGNOL, les deux universitaires traductrices de l’ouvrage initial de William Wells BROWN paru aux PURH (Presses universitaires de Rouen et du Havre) : Le récit de William Wells Brown, esclave fugitif écrit par lui-même

« Il y a treize ans, vous avez vu arriver sur votre seuil un esclave épuisé, qui avait fui les chaînes et les coups de fouet. J’étais un étranger et vous m’avez accueilli. J’avais faim, et vous m’avez nourri. J’étais nu et vous m’avez vêtu. L’esclavage m’avait refusé jusqu’à un nom par lequel me faire connaître des autres hommes. Vous m’avez fait don du vôtre. En vérité, je serais bien vil si je devais jamais oublier ce que je vous dois, ou faire quoi que ce soit qui entache ce nom que j’honore ! C’est en modeste gage de gratitude à mon premier bienfaiteur que je prends la liberté de vous dédicacer ce petit récit des souffrances que je fuyais lorsque vous m’avez pris en pitié. Il se peut que, parmi la multitude d’esclaves que vous avez secourus, vous m’ayez oublié ; en revanche je ne vous oublierai pas, sauf à oublier Dieu et moi-même. Votre ami reconnaissant. William Wells Brown .»

Ainsi commencent la pièce et le livre.

« En 1834, William Wells Brown, âgé de 20 ans, fuit l’esclavage et l’Etat du Missouri pour rejoindre les Grands Lacs, le Canada et devenir un homme libre. En 1847, il publie le récit de sa vie d’esclave. Parmi les nombreux récits d’esclaves publiés aux Etats-Unis entre la fin du 18ème siècle et la guerre de Sécession, celui de Brown est l’un des plus célèbres.  (…) Avant d’écrire son histoire, Brown l’a racontée pendant des années, sur les estrades, devant un public d’abolitionnistes auxquels il apportait la preuve vivante des méfaits de l’esclavage. »

Pour en savoir plus sur ce spectacle, voir le site de la CJB
 
Espérons que nous aurons bientôt la possibilité le voir de nouveau au Havre  ce spectacle ayant réuni de nombreux talents havrais sous la houlette de Jocelyn BRUDEY (adaptation, mise en scène et direction du projet ) :

Lumières de Serge COQUAIS 
Costumes de la Malle aux costumes du Havre 
Décor de TAO avec la participation de Julie BUNEL 
 
Avec l’aide de Dominique MAGLOIRE, Joanna LE GALLOU, Jean-Sébastien DUCHESNE.

Partenaires de ce projet : La Ville du Havre, l’association LES ROUTES DU PHILANTHROPE, les Presses universitaires de Rouen et du Havre (PURH), l’agence des Services civiques, la Ligue de l’Enseignement de Paris (service éducation culture)
       

A propos de l'auteur

vice-président et trésorier de la Maison de la Culture du Havre délégué au Havre d'Actions pour promouvoir le français des affaires

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Jean Defrêne, adhérent de notre association, homme politique et militant associatif, est mort
Jean Defrêne,  maire honoraire de Rouelles, membre du Parti Socialiste puis du Parti radical de gauche au Havre, ancien maire de Rouelles et adjoint au
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,
Thelma recherche Louise désespérément…au Bastringue.
Le choix du titre fait référence à deux  film,  Thelma et Louise de  Ridley Scott (1991)et Recherche Suzanne désespérément de Suzanne Seidelman (1985). Les deux

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...