Aujourd’hui Les Suppliants d’Elfriede Jelinek font écho aux Suppliantes d’Eschyle, vues à Avignon, dans une mise en scène d’Olivier Py.

Les Suppliants (Schatten (Eurydike sagt)), d’Elfriede Jelinek, traduit de l’allemand (Autriche) par Magali Jourdan et Mathilde Sobottke, L’Arche, 118 p., 14 € (en librairie le 26 octobre).

Comme la plupart des textes de Jelinek, Les Suppliants n’ont pas été conçus spécifiquement pour le théâtre. Ecrit en 2013 en réaction à la tragédie migratoire de Lampedusa et au durcissement du droit d’asile en Europe, ce long monologue a d’abord été lu dans l’église Saint-Paul de Hambourg par des comédiens et des migrants qui y avaient trouvé refuge. Des metteurs en scène, comme Nicolas ­Stemann, à Hambourg, ou ­Michael Thalheimer, à Vienne, se sont ensuite saisis de cette puissante litanie de l’exil pour la mettre en scène. En Allemagne et en Autriche, Les Suppliants sont aujourd’hui devenus « das Flüchtlingsstück » (« la pièce des réfugiés »), l’œuvre théâtrale à la hauteur du drame qui se déroule toujours sous nos yeux.

Composé à la manière d’un chœur antique, le texte enfle comme une vague qui va tout emporter. (…)

Redoutable musicienne, Jelinek excelle plus que jamais dans l’art de composer des partitions de l’inaudible, de faire hurler ce que « Vous » ne voulez pas entendre. La plainte assourdissante des suppliants s’élève au-dessus des eaux. Elle est celle de tous les demandeurs d’asile, ce « Nous » que l’artiste héberge et auquel elle prête voix, avant que tout ne disparaisse dans l’eau noire, lisse et plate.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/livres/article/2016/10/19/elfriede-jelinek-demate-ria-lisee_5016611_3260.html#40rBoDsawlXCvOug.99

 
Elfriede Jelinek est née le 20 octobre 1946, à Murzzuschlag, en Styrie. Elle a grandi dans un pays ravagé par la guerre, hanté par les crimes nazis, au sein d’une famille mi-juive, mi-catholique, entre un père dépressif et une mère despotique(…).

En 2004 elle reçoit le prix Nobel de littérature.
La violence faite aux femmes, les structures inviolables de leur domination sociale, politique et artistique, l’asservissement du corps, le mépris de la pensée, l’interdit de création, rien ne change sur ce terrain-là, et ça rend dingue.(…)

Elfriede Jelinek ne décolère jamais. Ce sont les événements du quotidien qui déclenchent sa fureur d’écriture, des faits divers effroyables, comme les séquestrations de Natascha Kampusch ou d’Elisabeth Kritzl. Sans cette colère démesurée, Elfriede Jelinek cesserait non seulement d’écrire, mais aussi probablement de vivre, parce qu’elle étoufferait. « Rage » a été rédigé sous le choc, immédiatement après les massacres de janvier et de novembre, à Paris, en 2015. Convoquant Euripide, Klaus Theleweit et les « Cahiers noirs » d’Heidegger, Jelinek fait régner la terreur en plus de 300 000 signes, dans une langue qui incorpore la violence pour mieux l’exorciser et la retourner : « D’abord seulement grincer des dents, puis hurler, puis trépigner, puis outrager, envie meurtrière, rage meurtrière. »

Avec « Rage », l’écrivaine poursuit le travail déjà entrepris dans Enfants des morts : fouiller les décombres, chercher une méthode pour dire l’innommable. Toutes ces choses qui dépassent l’entendement, qu’il est impossible de penser, Elfriede ­Jelinek doit les écrire.

Christine Lecerf (Collaboratrice du “Monde des livres”)
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/livres/article/2016/10/19/elfriede-jelinek-demate-ria-lisee_5016611_3260.html#40rBoDsawlXCvOug.99
       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  Smart factory, la fabrique d’œuvres d’art, au Tetris Il resta silencieux pendant un long moment Il se tut pendant un moment Il était
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...